Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Chapitre 2] Le maître des éléments

Aller en bas 
AuteurMessage
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: [Chapitre 2] Le maître des éléments   Mar 30 Mar - 16:58

Chapitre 2 : LE JOUR TANT ATTENDU



Rompant le reposant silence de la nuit, une voix appela Amnaël, et le fit sortir des ténèbres. C'était la voix de sa mère qui résonnait dans sa tête, et qui essayait de le sortir désespérément de son sommeil. Le garçon regarda par la fenêtre, il faisait encore nuit malgré les premières lueurs de l'aube qui apparaissaient au travers des légères fentes de la fenêtre de la chambre.

Amnaël s'assis sur son lit, transpirant à grosses gouttes, sa mère le regardant d'un air effaré qu’il comprenait sans qu'elle ait eu besoin de lui en donner sa signification. Afin de répondre à son regard, il lui dit simplement :

- Toujours le même.

En effet, depuis maintenant plus d'une semaine Amnaël réalisait toutes les nuits le même cauchemar qui le hantait et finissait par le réveiller. Le souvenir éperdu d'une enfance tourmentée par la mort d'un père dont il ne restait rien ou presque. Cela faisait déjà quinze ans que son père Hérald était mort au combat en protégeant le village des ennemis.

Depuis que sa mère lui eût raconté l’histoire de son père, des bribes d'informations lui revenaient par petits morceaux ; mais depuis une semaine ces cauchemars s'intensifiaient en durée et en puissance, comme si son être tout entier redoutait ce qui allait se passer dans la journée.

Lorsqu’Helena vit que son fils s’était calmé, elle s'en alla se recoucher et le pria d'en faire autant. Cependant, l'aube approchait et dans la crainte de retomber dans l'une de ses crises pendant son sommeil, Amnaël pris la décision de rester éveillé.

Son esprit était partagé en deux, d'un coté ces horribles cauchemars qui le dévoraient de l'intérieur, et de l'autre, la peur de cette fameuse journée qui l'attendait ; c'était aujourd'hui que les élèves de la promotion sortaient de l'académie pour rejoindre les forces du village. Sur les trente étudiants de leur âge, ils n'étaient que neuf à avoir réussi tous les examens. C'était aujourd'hui que le nouveau chef de la cité allait nous donner la permission de rentrer dans notre armée.

C'était le jour qu’Amnaël attendait le plus au monde mais qui lui causait pourtant tant d'inquiétude. Il prit un verre d'eau dans la cuisine et repartis s'allonger dans sa chambre. Ne sachant que faire, son attention s'était reporté sur le miroir posé à coté de son lit, à travers cette glace à travers laquelle l’on apercevait un jeune homme au cheveux châtains, le visage arrondie avec des yeux verts clair qui scintillait presque dans la quasi-pénombre, mesurant environ 1m85, et possédant un corps façonné pour le combat après plusieurs années d’entrainement intensif.

Le Soleil se leva enfin et, comme le jeune homme ne s'était toujours pas rendormi, il partit dehors prendre l'air, songeant à la journée qui l'attendait, à ce que son père aurait pensé de lui s'il le voyait trembler à l'idée d'aller prochainement se battre pour de vrai. Ce fut alors un grand soulagement pour Amnaël d'entendre ces voix familière derrière lui crier son nom.

- Amnaël, Amnaël !

Amnaël se retourna et vit deux formes indistinctes accourir vers lui, c'était ses amis Altaïr et Alexia avec lesquels il formait une équipe, l'une des trois qui recevaient le diplôme dans l'après-midi, eux aussi s'étaient vraisemblablement mis à errer dans le village en attendant l'instant où ils recevraient leurs fameux documents donnant à chacun d'eux le droit et le devoir de se battre pour assurer la sécurité de leur nation.

A leur vue il sentit une grande joie montée en lui, ils étaient ses seuls véritables confidents dans tout le village. Une fois à leur portée Amnaël les étreignit, dans leur exaltation commune. Altaïr, aussi grand que lui, les cheveux blonds, les yeux bleus et un corps encore mieux taillé que le sien, il était le fils du nouveau chef du village, et, malgré leur mésentente du début, ils s'étaient vite rapprochés l'un de l'autre dans leur rivalité. Alexia, elle était la fille d'un des magiciens qui formait la garde personnelle du père d'Altaïr, ses cheveux bruns et long, avec des yeux d'un bleu aussi clair que les yeux verts d'Amnaël, Alexia demeurait depuis toujours un peu plus petite qu'eux, et était, comme s'amusaient à le dire Amnaël et Altaïr, taillé comme une guêpe, à tel point qu’ils en oubliaient parfois qu’un seul mot sortant de sa bouche avait le pouvoir de tuer un simple quidam.

Les trois amis avaient jusqu'à présent réussi à surmonter toutes les épreuves par leur remarquable complémentarité. Altaïr était un excellent combattant au corps à corps grâce à sa force surprenante, mais surtout par son agilité au combat ; Alexia, elle ne possédait que les connaissances nécessaires pour le combat, mais elle était grâce à l'enseignement de son père une magicienne hors pair maniant le feu comme elle le voulait et sans s'épuiser ; Amnaël quant à lui incarnait le juste milieu entre ses deux compagnons en maîtrisant le combat au corps à corps et la magie du feu d'une manière plus que satisfaisante, cela lui permettait d'aller secourir chacun des 2 dans leur moment de faiblesses.

C'est d'ailleurs ce qui lui valait d'être le capitaine de cette équipe, car, rare étaient les jeunes de son âge qui maîtrisait d'une manière aussi équilibrée l'art du combat et de la magie, du fait que pour perfectionner l’un comme l’autre, il fallait pouvoir y consacrer du temps.

Comme le jour s'était enfin décidé à se lever, Amnaël et ses deux amis se décidèrent à aller vers le centre du village. En chemin ils entendirent le vrombissement du volcan : ensorcelé par les magiciens pour qu'il émette un bruit qui leur indiquait le début de la journée. Il était donc 8 heures du matin et dans maintenant moins d'une heure ils recevraient officiellement leur diplôme par le père d'Altaïr.

Bien qu'Amnaël n'aimait pas énormément ce dernier, il s'était résigné pendant ces années de formations à l'académie à lui obéir le moment venu ; tout en se disant que s'il occupait en cet instant l'ancien trône de son père, s'était d'une certaine manière qu'il devait être tout aussi fort que lui

Pendant ce court laps de temps, Amnaël leur raconta une fois de plus qu'il avait encore fait le même cauchemar au sujet de cette fameuse nuit. Alexia essayait désespérément depuis le début de ses insomnies de lui donner des conseils pour le soulager, mais Altaïr, lui ne comprenait pas que ce genre de blessures invisibles à l'œil nu puissent infligées autant de dégâts à un être humain qui paraissait d'ordinaire si solide, pourtant cette fois-ci, il ne dit rien et se contenta de l'approuver dans ses paroles. Altaïr ne voulait pas créer un conflit entre eux à quelques minutes du moment pour lequel ils s'étaient tant battus depuis autant d'années.

Ils arrivèrent enfin devant l'académie où attendaient trois hommes, l'un vêtu d'un long costume rouge de cérémonie caractéristique du Pyroleader qu'Amnaël reconnut immédiatement comme étant le père d'Altaïr, les deux autres était en tenue de combat. Juste à coté d'eux l'on pouvait voir les six autres étudiants de la promotion qui recevaient le diplôme aujourd'hui.

Les autres ne se connaissaient que très peu, car le manque d'efficacité de la promotion de cette année était impressionnant, et, en conséquences, les examinateurs s'étaient mis d'accord pour prendre le meilleur élément de chacune des meilleures équipes. Seule celle d'Amnaël avait été gardé intacte, par opposition leur équipe avait même battu des records pendant les différentes épreuves de l'examen.
A ce qu'il semblait eux aussi n'avaient pas réussi à dormir cette nuit. Tout le monde étant arrivé, le Pyroleader décida d'avancer la cérémonie et de commencer dans l'instant.

Il fit en premier un long discours d'environ un quart d'heures sur l'esprit du feu qui animait chacun des soldats du village. Pendant son discours Amnaël s'était perdu dans ses pensées, l'esprit du feu, sa mère lui en avait justement parlé il y a tout juste une semaine, elle lui avait raconté que s'était à cause de cela, pour préserver l'esprit du feu que son père, le dernier Pyroleader s'était sacrifié. Mais lorsqu'il lui avait posé la question afin de connaître la signification de l'esprit du feu, la seule réponse qu'Amnaël avait obtenu était une de ses belles répliques qu'il détestait tant, disant que son père aurait voulu qu'il le découvre par lui-même ; et visiblement le père d'Altaïr était en train de donner la même réponse à son interrogation.

Une fois son discours terminé, le chef nomma tour à tour chaque membre des équipes, leur remis leurs diplômes et leurs nouvelles armes. La première équipe allait rejoindre l'unité de combat numéro trois qui était commandés par le capitaine Zanny ici présent, le capitaine leur souhaita la bienvenue et les amena dans leur quartier leur faire découvrir les autres membres de son bataillon spécialement réunis pour l’occasion. Le second groupe en fit de même mais eux, partait avec le capitaine Nara dans une escouade spécialisé dans la protection des magiciens, ils devraient se battre afin de permettre aux différents groupes de sorciers de se déplacer librement sur un champ de bataille.

Il ne restait maintenant que l'équipe d'Amnaël, et alors que l'horloge du manoir situé à quelques centaines de mètres de l'académie indiquait 8h30, ce dernier les appela :

- Nous avons longuement réfléchis à votre sujet avec le conseil du village et il a été décidé que vous ne rejoindrez aucune unité de combattant ni de magiciens.

Tous trois ne comprenaient rien à ce qu'il venait de se passer mais avant qu'ils aient pu reprendre leurs esprits, il continua :

- La décision a été prise que vous formerez une équipe indépendante du village. Vos excellents résultats aux examens nous ont incités à créer une équipe spéciale qui sera chargé d'espionner et de récolter des informations en terres ennemies afin d'anticiper chaque mouvement suspect de villages hostiles au notre. Le capitaine de cette équipe sera donc Amnaël lui-même.

Altaïr passa de la jubilation d'entendre cette nouvelle à une grande déception, cependant il sembla encaisser le coup, mais le moment de faiblesses d'Altaïr n'avait pas échappé à son père qui continua aussitôt :

- La raison de ce choix est que nous n'avons pas voulu risquer que l'équipe se fasse repérer en admettant un membre de plus, afin de ne pas compromettre les missions, mais pas seulement, le conseil ainsi que moi-même avons pensé qu'Amnaël serait plus que capable de gérer lui-même son équipe. Je ne pense pas que cela pose des problèmes sachant que vous êtes entre amis, et qu’ensemble vous semblez étonnamment soudés.

Amnaël, Alexia, et Altaïr, vous formerez par conséquent la première équipe des forces spéciales de notre village. Votre nom de code pour vos missions sera le même que le nom de votre équipe. Vous serez l'équipe Fantôme. Vous recevrez vos ordres du village, mais vous agirez de manière à ce que personne ne sache que vous servez ce village. Ainsi, si par malheur vous deviez être capturés en territoire ennemie, le village nierait donc toutes relations présupposées avec vous. Mais je vous rassure, je vous crois sincèrement capable d’accomplir de teles missions en toute sécurité.

Tous les propos du pyroleader venaient de tomber comme un coup de massues et, les trois amis en étaient encore sous le choc. Amnaël qui avait tant redouté ce jour, se sentait maintenant très à son aise et répondit :

- Nous saurons nous montrer digne du rang particulier que vous venez de nous confier au sein du village.

Alors qu'Amnaël et ses deux amis s'apprêtaient à prendre leurs nouvelles armes, le père d'Altaïr les arrêta une nouvelle fois d'un signe de main.

- Ce n'est pas tout, j'ai également quelque présent pour vous trois ; à ce moment là leur excitation revînt à son paroxysme dans l'attente de savoir quels cadeaux pouvait bien leur faire le chef du village ; tout d'abord pour toi Alexia, ton père t'en as sûrement déjà parlé. Il se trouve que nos magiciens viennent de découvrir…

- Que les roches volcaniques refroidies augmentaient considérablement les capacités et les réserves d'énergies des magiciens utilisant le feu, lança Alexia toute excité.

- Tout à fait exact, nous n'en connaissons pas encore la raison mais les faits sont là. Votre père m'a proposé de vous laisser tester les roches durant vos prochaines missions, et j'ai accepté.
Alexia pris la roche qu'il lui tendait et la rangea avec précaution dans son sac.

- Toi, Altaïr, j'en ai longuement discuté avec ta mère qui n'était pas d'accord mais j'ai finalement réussi à la convaincre. A partir de demain, je commencerais à t'apprendre une nouvelle technique qui ne se transmet qu'aux héritiers de notre famille. Ta mère ne te jugeait pas assez grand pour maîtriser une attaque aussi puissante mais, elle s'est finalement résignée.

Altaïr visiblement content à l'idée d'apprendre une des techniques les plus puissantes de son père se contenta de le remercier.

- Et enfin, toi Amnaël, ce que je vais faire maintenant pourrait me mettre sous le feu des critiques, je vais te donner un objet qui est sensé appartenir et se léguer de Pyroleader en Pyroleader, tout du moins s'est la décision qui avait été prise lors de la dernière grande guerre par ton père. Cependant je ne suis pas d'accord sachant que cet objet appartenait à ton père, l'ancien Pyroleader, je trouve cela plus juste qu'il t'appartienne.



A ce moment là il sortit de derrière son bureau une magnifique épée. Sa poignée était ornée de rubis, et sa lame qui brillait à la maigre lumière du soleil resplendissait d'un magenta éclatant.
L'on pouvait lire SALAMANDRA sur le milieu de la lame.

- Cette épée a été forgée par ton père Hérald et à présent elle te revient de droit. Le feu qui a servi à forger cette épée vient du volcan à coté du village et, il a été imprégné de magies.

C'est pourquoi l'on ne connaît pas encore tous ses véritables pouvoirs, mais je pense pourvoir te la confier sans risque.

Amnaël encore tout abasourdis n'osait pas bouger au moment au Alexia lui dit :

- Eh bien Amnaël qu'est ce que tu attends, essaye là.

Il s'en saisit alors et fut premièrement étonné par sa légèreté comparée à sa taille. L’épée avait beau avoir l’air d’avoir été façonné pour l’utiliser à deux mains, Amnaël arrivait tout de même à pouvoir la déplacer d’une main. Bien entendu, il ne pouvait pas se battre en ne portant cette épée d’une seule main, mais cela pouvait toujours servir.

Ensuite une sensation étrange l'envahit, il arrivait à ressentir les traces de magies qui étaient restées imprégnées dans la lame. Amnaël rangea alors l'épée dans son fourreau et remercia mille fois le chef du village de lui avoir donné un tel présent.

Pour lui il ne s'agissait pas vraiment d'une arme aussi puissante qu'elle soit : il jubilait pour la bonne et simple raison qu'il avait en sa possession un objet qui avait appartenu à son père, et, à travers lequel il arrivait à sentir sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: [Chapitre 2] Le maître des éléments   Ven 24 Aoû - 17:30

Passage de la 1ère PS à la 3ème PS dans la narration.

Correction de plusieurs fautes d'orthographes effectuée et rectification de quelques détails.

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
 
[Chapitre 2] Le maître des éléments
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 7 Le maître des éléments
» Chapitre 6, Le maître des éléments
» [Chapitre 2] Le maître des éléments
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Fictions & Romans
 :: Fantasy
-
Sauter vers: