Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Chapitre 3] Le maître des éléments

Aller en bas 
AuteurMessage
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: [Chapitre 3] Le maître des éléments   Mar 30 Mar - 17:00

RETOUR A L’ACADEMIE





Le vent sifflait dans les oreilles d’Amnaël. Autour de lui s’étendait une plaine où s’affrontait plusieurs combattants. Trois adversaires se tenaient face à lui. L’un de petite taille portait un arc en bandoulière avec une vingtaine de flèches dans son carquois, les deux autres, légèrement plus grands portaient un bouclier dans leur main gauche et une épée dans leur main droite. Soudain, le plus grand s’élança brandissant son épée en avant. Amnaël tira SALAMANDRA de son fourreau attaché à son dos, esquiva d’un mouvement rapide sur la droite, para un second coup, puis au moment où il allait se mettre en position d’attaque, une flèche vola vers lui et se planta dans le sol à quelque centimètre de ses jambes. Les sorts dont il s’était entouré l’ayant protégé efficacement, il se remit en garde. Tenant Salamandra fermement de ses deux mains, Amnaël asséna une suite de coup violent à son adversaire qui parait avec difficulté. Puis au bout d’une longue minute ses talents de bretteur firent la différence et son premier assaillant s’écroula au sol après quoi il vit le deuxième homme d’épée se lancer sur lui en beuglant de toutes ces forces. Les lèvres d’Amnaël remuèrent et deux secondes plus tard le guerrier s’affaissa n’ayant pas put supporter le sort d’Amnaël. Au même instant, la flèche du tireur qui le tenait en joug se figea dans un arbre après être passée au ras du combattant. Cet instant d’incompréhension suffit à Amnaël pour infliger à son adversaire un direct du gauche en pleine poitrine qui le mit également à terre. Quelques secondes plus tard trois autres soldats arrivèrent sur le terrain d’entrainement, ils paraissaient à la fois heureux de ne pas avoir été à la place de leurs compagnons et honteux de voir leurs amis se faire battre de la sorte par un jeune novice tout juste sortis de l’académie. Puis, ils s’en allèrent plein d’une crainte admirative à l’égard d’Amnaël. Etre doué d’une habileté au combat et à la magie lui donnait un avantage incontestable sur la plupart de ses adversaires ; ces derniers se trouvant toujours face à l’une de leurs faiblesses. Un simple sort modifiant la température de l’air autour de lui-même suffisait à faire dévier les armes de jets qui le ciblait. Ensuite, il se contentait de mettre à terre les guerriers par la magie, et les mages par la force de son épée.

Alors qu’Amnaël constatait avec joie que sa nouvelle épée n’était pas ébréchée après son duel, un homme s’approcha de lui en l’applaudissant et en le félicitant. C’était Martuff, un guerrier dont la taille atteignait presque deux mètres, il portait à son œil gauche une balafre qui le rendait borgne, qui d’après les archives de l’académie lui avait été infligé par un nain lors de la dernière grande guerre. Ce jour là, Martuff avait réussi à repousser une embuscade des nains du pays de la terre en tuant au combat une vingtaine d’entre eux, permettant ainsi au reste de son bataillon de se rendre compte de la supercherie. Grâce à son exploit il avait pu sauver un petit village du pays du feu nommé Calidor ainsi que la plupart de ses habitants, et à son retour au village il avait été honoré par l’ancien pyroleader, et avait obtenu la fonction de général des armées. C’était lui et le pyroleader qui décidaient des tactiques à adopter lors des batailles. Il était le genre d’homme à la carrure imposante qui forçait le respect.
Les deux hommes se saluèrent d’une poignée de main, puis Martuff pris la parole sur un ton plaisantin :
- Amnaël tu devrais arrêter d’envoyer nos soldats à l’infirmerie, il est déjà assez rare d’en trouver étant suffisamment compétents en ce moment pour que tu ne nous en envois trois par semaine à l’infirmerie ; puis les muscles de sa gorge se raidirent et il reprit ; toutefois, ce n’est pas cela qui m’amène. Aujourd’hui tu vas recevoir ta première mission en tant que véritable guerrier du village. Il ne s’agit certainement pas de la plus compliqué mais c’est de loin la mission la plus importante qui puisse exister.
Amnaël rangea SALAMANDRA dans son fourreau puis, il remercia Martuff de lui avoir transmit la commission, puis, il reprit sur un ton d’excuse :
- Je suis désolé pour les soldats mais depuis trois semaines je ne vois plus Altaïr, il passe toute ses journées dans le manoir avec son père et, Alexia, bien qu’elle soit très douée pour la magie n’arriverait pas à tenir en duel à l’épée ; et vous savez mieux que moi Martuff qu’un homme doit connaitre l’étendue de ses capacités pour ne pas faire une action stupide qui mettrait la vie de ses équipiers en danger.
- Ma foi, ce n’est pas faux ; reprit Martuff ; mais j’aimerais tout de même que tu évites de nous les renvoyer en plusieurs morceaux, tu as fait tes preuves à de nombreuses reprises, tu n’as pas besoin d’impressionner qui que ce soit ici. Et d’ailleurs ce n’est pas parce que tu arrêtes de t’entrainer à l’épée deux ou trois semaines que tu vas perdre ton talent, mais oublions ceci tu devras être au manoir du pyroleader dans deux heures pour qu’il t’explique la mission. Altaïr est déjà au courant, et je m’en vais à présent apporter le message à Alexia.
Les deux hommes se saluèrent à nouveau et se séparèrent.

Amnaël pris donc la direction du centre du village pour refaire son stock d'armes en tout genre qu'il avait épuisé au cours de ses entrainements des semaines passées. Le terrain d'entrainement était situé a quelques kilomètres du village. Sur le chemin, il remarqua une effervescence inhabituelle, des soldats courraient dans tout les sens, les uns à la recherche de leurs armes, les autres dont les préparatifs étaient les plus avancés partaient simplement à la recherche de leur famille.

Lorsqu' il arrêta l'un d'entre eux en pleine course et qu'il l'interrogea sur ce qu'il se passait, le soldat lui répondit:

- Il semblerait que la guerre éclate bientôt, nous partons pour la capitale. Puis le soldat repris sa course effrénée à travers le village à la recherche d'un membre de sa famille.

Fort de cette nouvelle, Amnaël accéléra son allure, la guerre allait éclater, il allait enfin avoir la possibilité de se battre; ce pour quoi il avait vécu et espéré; la guerre. Ses muscles frémirent de joie à l'idée de se battre prochainement et, avant même qu'il sorte de ces pensées, il s'aperçut qu'il venait d'arriver devant l'armurerie du village.

Il entra et s'étonna de voir que l'armurerie même grouillait d'agitation, Neil le vieux forgeron et ses deux fils Liam et Blast étaient occupés et ne savaient plus où donner de la tête. De l'extérieur l'armurerie ressemblait en cet instant à une énorme fourmilière géante d'où les soldats de la reine rentraient et sortaient à intervalles réguliers.

Amnaël se décida à rentrer, à sa vue une tête blonde s'approcha de lui en le serrant dans ces bras. C'était Liam, un des soldats que l'ancien pyroleader avait personnellement entrainé. Il s'en était d'ailleurs fallu de peu pour qu'il ne devienne également pyroleader à son tour, mais il avait toujours refusé ce poste. Cette relation de maitre à élève avait bien sur incité Amnaël à le connaitre et, depuis lors, Liam était devenu l'un de ses amis les plus fidèles malgré qu’il ait plus de deux fois son âge. Lorsqu'il avait des problèmes avec Altaïr ou bien qu'il se sentait dépassé par les évènements, c'est lui qu'Amnaël allait voir. Par ailleurs Liam bien qu'ayant un physique assez imposant était un grand défenseur de la paix.

Ils desserrèrent leur étreinte, Amnaël n'en revenait toujours pas de la cohue qui régnait dans le magasin, il avait pour habitude de passer donner des coups de mains à Liam, son frère et son père, lorsque le temps le lui permettait, et en cet instant Amnaël se sentit gêné de venir au magasin pour leur donner encore plus de travail, alors qu'ils étaient déjà si débordés.

Neil qui observait la scène de loin parut percevoir son embarrât et s'approcha de Liam et Amnaël; puis il serra la main de celui-ci et lança à son fils de sa vois rauque de paysans et forgeron:

- Va donc dans l'arrière boutique pour remplir à nouveau les présentoirs; Liam s'exécuta; et Neil profita de son absence pour rajouter à Amnaël; allons mon garçon pas la peine de te tracasser autant, je sais parfaitement que maintenant tu es bien plus occupé depuis que tu as reçu ton diplôme, même Liam n'est plus là très souvent il n'est rentré que hier de sa dernière mission à Kalox.

Amnaël, visiblement soulagé que le vieux forgeron ne lui garde pas rancune de ses absences répétées le remercia en lui jurant qu'il viendrait les aider à la forge quand tout sera terminé. Puis, reprenant un air grave, Amnaël lui demanda de lui fournir une trentaine de flèches d'une quarantaine de centimètres chacune, ainsi qu'un bouclier rond de petite taille afin de remplacer celui qu'il avait ébréché lors de ses entrainements intensifs des dernières semaines .

Le forgeron lui donna tout ce qu'il lui avait commandé; et alors qu'Amnaël allait s'apprêter à le payer, il l'en empêcha prétextant que ses travaux à la forge valaient bien cela. Décidément remplis de gratitude à l'égard du père de son ami, il le remercia encore une fois, pris ces armes, et alla saluer Blast en le priant de transmettre à son frère ses salutations.

Quand il sortit, cela faisait presque deux heures qu'Amnaël avait quitté le camp d'entrainement, il avait tout juste le temps d'aller déposer ses achats chez lui et de repartir pour le manoir du pyroleader. La maison était à l'autre bout du village, et pour s'y rendre il y mettrait une bonne demi heure en marchant, il réfléchit un moment et se demanda s'il ne valait pas mieux qu'il parte tout de suite au manoir afin de ne pas risquer d'arriver en retard, puis il prit sa décision et s'élança vers sa maison.
Au diable son ordre de mission, il ne pouvait tout de même pas partir en guerre sans avertir sa mère.

Sur la route qui le menait à sa maison, il remarqua la même agitation qui régnait au cœur du village, partout les gens courraient en tout sens, l'on entendait par ci les tintements d'armures de soldats et par là les cris affolées d'une femme appelant son mari ou son fils, seuls les enfants semblaient rester de marbre face à une telle agitation. Vingt minutes plus tard, Amnaël se trouvait devant sa maison. Elle était de taille moyenne, couleur cendre, et était entourée d'une clôture de roche volcanique renforcée par magie, le tout donnant une barricade très solide. Malgré cette clôture donnant à la maison une allure de forteresse.

Amnaël rentra dans la maison, déposa son chargement dans sa chambre au second étage, et comme il ne trouva aucune trace de sa mère, il repartit en direction du manoir, il ne lui restait maintenant qu'un quart d’heure pour refaire le trajet en sens inverse et atteindre le coté opposé du village. A présent qu'il était débarrassé de son chargement il pouvait courir beaucoup plus vite que lors du chemin aller, mais il n'était toujours pas sur de pouvoir arriver à l'heure.

Il sprintait à très vive allure, slalomant les nombreuses personnes qu'il rencontraient sur son chemin, ne s'arrêtant pour aucune occasion, il était tellement pressé qu'il passa même devant le père d'Alexia sans aller le saluer, mais celui ci avait de toute manières l'air tout aussi absorbé qu'Amnaël, et n'avait surement pas remarqué son passage.

Amnaël finit par arriver au manoir à temps, lorsqu'il passa le seuil, toute l'agitation qui régnait dehors sembla disparaitre, tout n'était à l'intérieur plus que calme et sérénité. C'était un calme parfait que quelques capitaines troublaient de temps en temps pour accrocher ou décrocher des punaises d'une carte. Bizarrement, Amnaël bien que lui aussi capitaine, ne se sentait pas à sa place ici, il aurait voulu être avec les soldats en train d'aider pour les préparatifs du départ, mais il se dit que s'était le prix à payer pour avoir une fonction particulière au sein de son armée.

Amnaël monta deux à deux les marches du grand escalier qui menait au second étage et, longea un couloir rectiligne qui allait l'amener dans le bureau du pyroleader. Il arriva devant la porte du bureau et au moment de tourner la poignée, il fut prit d'une crainte soudaine, c'était sa première mission, et c'était également la première fois qu'il allait rentrer dans cette pièce, longtemps il avait cherché à s'imaginer la décoration, se demandant combien de richesses et de signes de la puissance du pyroleader l'on pourrait y trouver. Il allait enfin avoir les réponses à ces questions. Il posa doucement mais fermement sa main sur la poignée et la baissa. La porte s'ouvrit lentement et laissa passer un rayon de soleil à travers l'ouverture. Amnaël s'avança et referma la porte. Tout ce qu'il avait pu imaginer auparavant s'évanouit à la vision de la pièce carrée. Elle était sobre, sur la face ouest, une large baie vitrée laissait passer la lumière du soleil. Les autres murs étaient teintés de gris. Il n'y avait aucune décoration, si ce n'est un mur qui avait pour seul ornement les portraits des anciens pyroleaders surplombés par le blason du pays du feu, de forme sphérique, il représentait un volcan en éruption d'où jaillissait les flammes.

Altaïr et Alexia étaient déjà là, et apparemment son arrivée venait de couper Altaïr en pleine tirade. Celui-ci s'apprêtait à continuer, mais il fut interrompu par un signe de main de son père qui s'adressa à lui:

- Lorsque j'ai pris la décision de t'enseigner cette technique, j'ai certifié à ta mère que tu étais devenu assez mature et sage pour l'utiliser à bon escient. Ne me fais pas contredire ça; Altaïr sembla vouloir répliquer mais avant qu'il n'ait eu le temps de dire un mot, son père rajouta à l'intention d'Amnaël; excuse moi mais voyant que tu n'étais pas à l'heure, j'ai commencé et j'ai donné des explications sur la situation et votre mission à ton équipe, Alexia t'aurait transmit la nouvelle dès que possible mais puisque tu viens d'arriver, je vais reprendre les explications depuis le début.

- Veuillez m'excusez de mon retard monsieur, dit Amnaël, j'ai été ralenti à cause de l'agitation qui règne au village. J'ai cru entendre que la guerre avait éclaté. Est-ce vrai ?

- Et bien, répondit il, cela n'est pas sur et certain pour le moment, mais nous avons de bonnes raison de le penser. Hier soir nous avons reçu un message provenant du roi à Endimyon, des éclaireurs du pays de l'eau ont été aperçus au alentour de nos cotes. Bien entendu, un émissaire à été envoyé au pays de l'eau et leur roi a prétexté une manœuvre militaire, cependant nous avons des raisons de penser qu'il ne s'agit que d'une diversion préparant un siège sur notre capitale.

- Et si cela n'est pas trop demander, risqua Amnaël, quelles sont ses raisons qui nous font penser qu'il ne s'agit que d'une diversion.

- Tu n'ignore pas que lors de la dernière grande guerre nous avons été en difficulté. Pour que tu comprennes, je vais faire un bref retour en arrière. le pays de l'eau était notre allié face aux nains du pays de la terre, et lors d'une contre attaque assez violente des nains nous avons été repoussés dans nos terres. A ce moment là le pays de l'eau nous avait informé qu'il effectuerait une manœuvre en longeant nos cotes pour prendre les nains à revers et permettre notre propre contre offensive.
Seulement, une fois arrivée à la frontière au lieu de continuer et d'attaquer les nains, ils ont mis le cap avec leur bateau sur la capitale en passant par l'Armagne, et nous ont trahis, ce jour là nous avons perdu le contrôle de la capitale. Les nains sont arrivés à leur tour et ils ont partagé les richesses avec le pays de l'eau.

Voilà un des grands évènements de la dernière guerre, voilà pourquoi l'on pense à une attaque imminente; Amnaël absorbait les informations sans laisser percevoir un brin d'émotion; ce qui m'a amené à la décision d'envoyer nos troupes disponibles à la capitale afin de la protéger ; après le sacrifice de ton père nos armées ont récupérés la totalité du pays du feu, ainsi que la capitale, nous ne pouvons pas la laisser tomber à nouveau.

- Quand partons nous; demanda Amnaël ?

- On ne part pas, répondit Altaïr en criant.

Amnaël sembla recevoir un cou de massue sur la tête et répondit :
- Je ne comprends pas, ne venez-vous pas de dire que vous allez envoyer toutes les troupes aux combats. Alors pourquoi nous ne partirions pas nous aussi ?

- Allons, allons un peu de calme! Je sais très bien que votre aide nous serait précieuse, mais comme tu me l'a justement fait remarquer tout à l'heure, l’on n’est pas encore sur de rentrer en guerre. Donc, je ne veux pas alarmer inutilement la population, de plus comme j'envoie tout nos effectifs, il ne va rester personne au village pour le défendre, je vais moi même partir pour cette campagne.

Ce qui m'amène à votre mission, en notre absence vous allez devoir assurer les cours à l'académie, vous devrez également surveillez la frontière à l'ouest pour être sur que les nains ne sautent pas sur l'occasion de nous envahir. En d'autres termes, Amnaël je confis à ton équipe le village pendant la durée de notre campagne, et si jamais la guerre éclatait, votre priorité serait de mettre les habitants en lieux sûr, et seulement après vous pourrez nous rejoindre. Pour vous aider, j'ai pensé que Liam pourrait également rester ici, de toute façon il aurait refusé de partir, il aurait préféré se suicider plutôt que d’obéir à un tel ordre. De plus, Liam à autant de capacité que moi, si ce n'est même plus, il est donc tout indiqué pour vous aider. Si cet imbécile est pour la paix, il n’en reste pas moins un grand guerrier qui fera ce qu’il doit faire pour assurer la sécurité du village. Il n’est pas fait pour mener des offensives sur un champ de bataille ; mais il donnerait volontiers sa vie pour protéger son village.

Alexia n'avait pas bronché depuis le début, elle semblait avoir été au courant de tout, quand à Altaïr et Amnaël, leur mécontentement s'envola dès qu'ils eurent compris que leur mission allait être bien plus importante que celle de partir en guerre. Ils sortirent donc de la pièce, la mine mi-heureuse, mi-triste.
Amnaël était à la fois soulagé qu'on lui confie une mission aussi capitale, mais il était aussi profondément déçu de ne pas pouvoir partir en guerre, il n'allait pas pouvoir venger son père pour le moment. A présent qu'il connaissait les circonstances qui avaient amené sa mort, la trahison du pays de l'eau, son désir de vengeance se consolida encore plus. Mais la mission était prioritaire, il devrait assurer la sécurité du village, et surveiller la frontière à l’ouest. Kalox pouvait servir d’avant-garde au sud et les avertirait de tout danger. Les troupes du village partait pour Endimyon au Nord. Si les nains attaquait, ce ne pouvait être que par l’ouest ou le sud, et leur amour de la montagne les contraindrait surement à passer par le sud, il n’y avait donc pas de danger immédiat selon Amnaël. Leur principale tâche serait donc de s’occuper du village en lui-même. De toute façon aussi fort soit ils, ils ne retiendraient pas une armée à quatre.


Dernière édition par Amnael le Jeu 30 Aoû - 12:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: [Chapitre 3] Le maître des éléments   Sam 3 Avr - 20:07

Bon commencement ! continue comme ça ! Bon style clair et limpide.
Bonne continuation !
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: [Chapitre 3] Le maître des éléments   Sam 3 Avr - 20:08

Merci mais j'aurai peut être du présciser que le chapitre est terminé, donc ce n'st plus un commencement et puiss c'est le chapitre 3....
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: [Chapitre 3] Le maître des éléments   Sam 3 Avr - 20:31

Nan ! bon commencement pour l'histoire globale^^
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: [Chapitre 3] Le maître des éléments   Sam 3 Avr - 21:09

ok daccors. Merci à toi Liam, j'attends toujours vos commentaires.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: [Chapitre 3] Le maître des éléments   Ven 30 Avr - 13:07

Bin, ils arrivent pas !!!! tongue

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Pan!
Admin remplaçant
Admin remplaçant
avatar


MessageSujet: Re: [Chapitre 3] Le maître des éléments   Ven 30 Avr - 13:15

ah si les voila... sauf qu'ils n'ont aucun rapport avec ton histoire^^
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: [Chapitre 3] Le maître des éléments   Ven 30 Avr - 13:18

^^

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: [Chapitre 3] Le maître des éléments   Jeu 30 Aoû - 12:11

Correction grossière des fautes d'orthographes, et correction de quelques détails effectuées.

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Chapitre 3] Le maître des éléments   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Chapitre 3] Le maître des éléments
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 7 Le maître des éléments
» Chapitre 6, Le maître des éléments
» [Chapitre 2] Le maître des éléments
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Fictions & Romans
 :: Fantasy
-
Sauter vers: