Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sujet d'invention (Seconde) en français.

Aller en bas 
AuteurMessage
Deedlit
Correctrice
Correctrice
avatar


MessageSujet: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 1 Sep - 19:00

Bon, quelque chose que j'ai écrit dans le courant de l'année scolaire - pour le français comme vous voyez. Je l'ai un peu retravaillé car ça s'imposait. Je l'avais à l'origine posté ailleurs ; je le mets aussi ici.
On nous demandait une "suite" à la nouvelle du Horla de Maupassant. Je ne me souviens plus des consignes mais voici le texte.
Par contre, j'ai mis le mot "FIN" par défaut, car je ne sais pas trop comment terminer cet incipit.
Je crois que c'est tout. Je vous laisse lire maintenant.




C'était à l'aube d'un jour brumeux de septembre. Le 10, peut-être... A moins que ce ne fut le 11 ? Mais pour Georges, la date importait peu. Tout ce qui comptait, c'était ce qu'il voyait à l'instant ; ce qu'il ressentait face à ce spectacle désolant. Cette impression d'oppressemment et comme si la mort rôdait alentour. Cette impression qu'il avait d'être perdu dans une sorte d'ailleurs innomable. Et ce froid - mon Dieu ce froid ! Ce froid insidieux qui pénétrait jusqu'à ses os et les tréfonds de son âme.
On lui avait dit que l'endroit était beau autrefois : une demeure aux proportions immenses et écrasantes - l'une des frasques et grandeurs d'un temps à jamais révolu - maintenant héritage en ruines. Tout ce qui restait, c'était le parc. La propriété en elle-même ne consistait plus qu'en quelques restes calcinés, créant l'impression d'un vide. Ou d'une antre vers les enfers cachée sous les décombres, selon le point de vue. Le temps s'était comme arrêté : pas de chants d'oiseaux, ni aucun des bruits habituels en provenance de Rouen, ville pourtant toute proche. La Seine elle-même semblait figée comme dans un tableau. Le lourd brouillard qui bouchait le ciel étouffait tout.

Il frissonna, rajusta le col de son vieux pardessus, tentant vainement de se réchauffer. Mais rien à faire : l'air glacial était sans pitié, cruellement inévitable. Et toujours, toujours ces ruines fantômatiques, taches noires émergeant de la brume, qui ne disparaissaient pas à ses yeux.
Son ami l'observait, passablement inquiet. Georges tenta de le rassurer par un faible sourire - qui ne sembla d'ailleurs pas le convaincre.
- Si tu te sens mal, tu peux toujours rentrer, tu sais ? proposa Bernard, brisant ainsi le silence pesant qui s'était installé.
- Non, vraiment ça ira...
- C'est toi qui décides. Mais je refuse de te voir tourner de l'oeil si on tombe sur un reste de corps calciné !
Georges eut un infime haussement d'épaules pour lui faire comprendre qu'il n'en avait cure. Son ami secoua la tête en réponse. Ce n'était pas les cadavres qui le gênaient. Et pour cause ! A chaque fois que Bernard avait (ne serait-ce qu'un début) de grand-titre, il filait ventre-à-terre vers les lieux du drame ! Son patron le félicitait d'ailleurs de sa rare efficacité. Georges, lui, le remerciait de l'emmener dans ses périples aux quatre coins de la France - même si, en contre partie, il avait droit à son lot de cadavres et bonnes gens éplorées.
Non... Il y avait quelque chose de mauvais dans l'atmosphère qui l'inquiétait. Il avait aussi la vague impression d'être suivi et cela le rendait nerveux. Loin de partager son trouble, Bernard rentrait la tête dans les épaules à cause de l'air glacé et de l'humidité qui refroidissaient considérablement son enthousiasme journalistique. Pour manifester sa mauvaise humeur, il maugréait sans discontinuer dans sa barbe taillée de frais des choses qui ressemblaient à : "Foutu brouillard !", "Fichu pays !", "... plus jamais revenir !"... C'était d'ailleurs les seuls sons que Georges percevait, outre les couinements de leurs chaussures dans l'herbe mouillée.

Il releva la tête pour jeter un rapide coup d'oeil aux restes couverts de cendre de la demeure. Bizarrement, elle lui faisait penser à son propriétaire. Ils avaient pu le rencontrer le matin même et l'avaient trouvé dans une sorte de délabrement mental assez surprenant. Il avait refusé de répondre à la moindre question et se souciait seulement de quelque chose comme un journal intime (à première vue) dans lequel il écrivait frénétiquement. Le seul moment où il avait daigné leur porter son entière attention avait été très étrange. Un des anciens domestiques rescapé avait fini par accepter, une fois convaincu par une somme d'argent assez conséquente, de les mener à l'ancienne demeure pour leur expliquer comment était celle-ci préalablement à l'incendie. Son maître avait soudainement levé la tête, alors que le marché était sur le point d'être conclu :
- N'y allez pas ! Je suis sûr qu'il est toujours en vie, tapi quelque part. S'il y est encore, l'un de vous connaître un enfer égal au mien. N'y allez surtout pas !
Sa déclaration les avait surpris et tous lui avait jeté un regard incrédule. Il avait continué encore quelque temps à marmonner sa dernière phrase en boucle d'une voix erraillée, l'air hagard. Finalement, personne n'avait tenu compte de son intervention. Tous finirent par croire à une folie engendrée par ces événements bouleversants ou seulement qu'il était trop choqué pour être cohérent. Ce fait continuerait bien, en tout cas, à alimenter les ragots et rumeurs en tout genre. Un tel malheur - pour un homme qui auparavant nageait dans la richesse et le bien-être - ferait le plaisir des bons français lisant les nouvelles du matin. La sorte de démence de l'infortuné ne pouvait qu'ajouter du piment. Le pire, c'était que ce propriétaire accablé était soupçonné d'avoir mis lui-même le feu à sa maison ! On aurait retrouvé des traces d'huile dans une pièce entière, propres à déclencher un incendie de belle ampleur. Le suspect ne s'était pour le moment défendu contre aucune accusation. On n'en pouvait d'ailleurs rien tirer à part quelques phrases inintelligibles.

Georges décida résolument de ne plus penser à tout cela. Ils arrivaient près des décombres lorsqu'il lui sembla entrapercevoir un mouvement. Il focalisa immédiatement toute son attention sur la pierre qui avait bougé. Oh, c'était infime, mais il était sûr de lui. De nouveau, il vit. Cette fois-ci, quelques gravillons dégringolèrent doucement. Il crut que son coeur venait de rater un battement. Il osait à peine remuer.
- Mon Dieu ! Bernard ! Tu as vu ce que j'ai vu ?
- Hein ?! grogna la personne concernée.
- Regarde ! Mais regarde, bon sang ! s'exclama-t-il en pointant du doigt le pan de mur écroulé.
Mais il ne se produisit plus rien. Tout était absolument immobile, figé. Georges gardait tous ses sens aux aguets. Après quelques minutes d'un silence pesant, il se prit à douter de ce qu'il avait entrevu - à moins que ce ne fut "cru" entrevoir ! Bernard le regarda de travers, l'air soupçonneux.
- Je crois que ces événements t'affectent plus que je n'aurais pensé. Depuis tout à l'heure, tu sembles nerveux, mais là... Tu as l'air halluciné. Tout ce que je vois c'est des tas de pierres : rien qui porte à paniquer comme tu le fais.
Sa voix était lourde de reproches et ses yeux exprimaient de sérieux doutes ; doutes portant probablement sur la santé mentale de Georges. L'intéressé préféra s'abstenir de tout commentaire, baissant les yeux : son ami n'avait pas encore "digéré" que leur pseudo-guide les abandonne en tremblant devant la grille. Ils avaient seulement eu droit à un croquis aux traits grossiers et fait de manière hâtive pour seules indications.

En soufflant et râlant de dépit, Bernard se planta d'un air de défi devant la maison et commença son fastidieux travail ; le coeur n'y était visiblement pas. Georges ne tenait pas à rester en sa compagnie alors qu'il se montrait aussi sympathique et éloquent qu'un ours. Il préféra aller contempler l'ombre de ce qu'avait été le parc. Il tâcha ainsi de s'éloigner quelque peu de la maison, sous prétexte d'aller observer un massif encore intact. Il voulait atténuer le sentiment de malaise que lui procuraient ces ruines.

Au bout d'une heure de labeur, son devoir accompli et un début d'article prometteur en poche, Bernard décida de revenir sans s'attarder davantage, contrairement à son habitude. Soulagé, Georges ne tarda pas à le suivre sans protester.

Lorsqu'ils arrivèrent enfin à leur hôtel, il était tout juste 11 heures. Georges regarda distraitement la pendule et soupira en voyant qu'ils devraient encore attendre deux bonnes heures avant de quitter la région. Le fiacre qui devait les ramener aurait peut-être même du retard à cause de l'orage qui semblait couver au dehors. Pour l'instant, seule la pluie se déchaînait sur Rouen, martelant la vitre sans discontinuer. Bernard, enfoncé dans un gros fauteuil, n'avait pas l'air à son aise. Il se sentait fiévreux et légèrement nauséeux. Devant encore passer voir le propriétaire il s'était changé en hâte mais sans les gestes énergiques habituels ; maintenant il profitait du court répit dont il disposait encore avant de repartir en cavale, cahin-caha et sans guère d'enthousiasme.
Trois coups timides furent toqués à la porte. Ce bruit anodin les fit pourtant sursauter l'un comme l'autre. Masquant son trouble et son air passablement fatigué du mieux possible le journaliste se leva avec regret pour aller ouvrir. Georges le vit s'engager dans le couloir, entendit le cliquetis de la chaîne suivit du bruit étouffé de la porte qu'on ouvrait. Il perçut quelques bribes éparses et confuses des paroles qui s'échangeaient en essayant vainement de trouver un quelconque intérêt aux dégoulinades grisâtres du dehors. Au bout de cinq minutes, Bernard vint reprendre sa place, la figure blême. Il se laissa tomber sans ménagements dans le fauteuil qui gémit sous le choc.
- Qui était-ce ? questionna Georges d'un ton qui se voulait détaché. On voulait te voir au sujet de l'article ?
- Rien. Ce n'était rien... Juste un gosse auquel on avait dit de m'annoncer que je ne pourrai plus rien tirer du propriétaire : l'imbécile s'est suicidé.
- Comment ? Tu plaisantes j'espère ?
- Non...
Il avait l'air sombre et sa voix était lugubre. Georges finit par conclure à part soi et sans vraiment trop y croire que la nouvelle étant des plus innatendues elle annéantissait sûrement les derniers espoirs de son ami quant à pouvoir encore tirer du propriétaire quelque anecdote intéressante. En conséquence, il s'abstint de tout commentaire et fit mine de s'intéresser au grand titre du journal trônant sur la table basse - dont il finit par se saisir afin de se donner une contenance.
- Peut-être qu'il avait raison... marmonna son ami.
- Pardon ?
- Peut-être qu'il y avait vraiment quelque chose de "tapi" dans les décombres de cette maison.
- Arrête avec ces sottises, tu es ridicule ! Il est devenu fou à cause du choc et il délirait un peu, voilà tout. Ce doit être la fièvre qui te fait dire ça, l'apostropha Georges avec autorité.
Lors du trajet de retour vers Rouen, il s'était astreint à envisager les récents évènements d'un point vue aussi rationnel que possible, en ne se permettant pas la moindre incartade qui tende à lui faire accroire à une intervention pour le moins fantastique. Ses frayeurs s'en étaient retrouvées considérablement diminuées, même si un insidieux malaise se rattachait encore à ce qui n'était maintenant plus que souvenir. Il n'aspirait maintenant qu'à oublier cet endroit glauque et la scène qui s'y était déroulée, quitte à se convaincre d'avoir mal vu. Sans doute l'air de mort qui régnait avait influencé son imagination trop vagabonde, lui inventant des chimères en partant d'insignifiants détails qui ne portaient pas à déraisonner en y prêtant une attention lucide.
Georges jeta un coup d'oeil discret à son compagnon. Celui-ci n'avait rien répondu à sa remarque et simplement hoché la tête, l'air pensif et ailleurs. Il n'était pourtant pas impressionable de nature - c'était même plutôt le contraire ; et il était le premier à critiquer la crédulité de certains face à quelques phénomènes un tant soit peu étranges. C'était à n'y rien comprendre ! De nouveau, Bernard brisa le silence :
- Le gamin m'a aussi transmis le journal de cet homme. Il aurait demandé à ce qu'on me le remette personnellement... avant de sauter par la fenêtre.
Il marqua une pause. Il s'était penché en avant, le menton dans les mains, sourcils froncés et visiblement plongé dans ses pensées.
- Je vais le lire, annonça-t-il abruptement. ... Pour voir si je trouve quelque chose. Enfin, n'importe quoi qui puisse étayer mon article, sait-on jamais.
- Au moins, ça t'occupera pendant le trajet..., répondit Georges d'un ton monocorde.

*

Quelques jours plus tard - de retour à Paris-, alors qu'il lisait en toute tranquillité le journal du matin, l'esprit à des milles des frayeurs qu'il avait eues, il entendit sa sonnette qu'on tirait furieusement. Son valet courut ouvrir la porte en catastrophe et revint précipitamment dans le salon.
- M. Bernard L***** demande à vous voir, Monsieur.
- Qu'est-ce que tu racontes ? avait retorqué son maître interloqué. Bernard me prévient toujours avant de venir ici. Si je ne te connaissais pas depuis si longtemps, je croirais à une farce de ta part Paul, jugea Georges en fronçant les sourcils.
- C'est pourtant vrai, Monsieur. Il dit que c'est très important, intervint Paul manifestement désireux que son maître le croît.
- ... Très bien. Fais le entrer, décida Georges après une seconde d'hésitation.
Son valet sortit l'air soulagé et ramena promptement Bernard avec lui. Celui-ci ne semblait pas au mieux de sa forme et aussi très agité. Il portait des vêtements salis et froissés ; sa barbe était hirsute, loin d'être aussi soignée qu'à l'accoutumée. Il jetait de nombreux regards alentour comme s'il redoutait quelque chose.
- Il fallait absolument que je te parle, annonça-t-il sans préambule.
- Moi aussi je suis très heureux de te revoir mon bon ami, lança Georges d'un ton mordant. Tu peux sortir Paul. Je te rappellerai peut-être pour nous amener un café.
- Bien, Monsieur.
Le domestique s'inclina et sortit aussitôt, fermant soigneusement la porte derrière lui. Georges désigna du menton un fauteuil à son camarade dans lequel celui-ci s'effondra, apparemment épuisé. Il ôta finalement son chapeau et commença à le triturer nerveusement sans avoir l'air de s'en rendre compte.
- Alors ? Que me vaut l'honneur de ta visite ? demanda Georges d'un air faussement enjoué.
- Je suis vraiment désolé de ne pas t'avoir prévenu, crois-moi. Je n'ai pas non plus beaucoup de temps devant moi. Je suis sûr qu'il va bientôt me retrouver et me reprendre.
- Mais, enfin... De quoi parles-tu ? le coupa son ami légèrement agaçé à présent.
Bernard farfouilla dans sa veste et en sortit le journal que lui avait remis l'enfant il y avait quelques jours de cela. Il le tendit aussitôt à Georges qui semblait maintenant passablement surpris et resta interdit quelque secondes avant de s'en saisir.
- Commence à le lire dès que possible, ordonna le journaliste.
Sur ce, il se leva et commença à faire les cent pas entre le fauteuil et la porte.
- Et est-ce que tu pourrais au moins m'indiquer pourquoi, par hasard ? questionna Georges, quelque peu excédé par son attitude.
Le journaliste s'arrêta brusquement et se retourna d'un bloc, prenant son air des mauvais jours, celui qu'il prenait à chaque fois qu'il cherchait ses mots pour bien faire comprendre son point de vue à n'importe quel imbécile. Sa carrure immense et son ton froid étaient loin de rassurer.
- Parce que tu comprendras quel sort attend l'humanité. Parce que comme ça tu pourras peut-être m'aider à me débarrasser de ce "Horla" qui me possède maintenant. Voilà pourquoi ! A mon avis, le propriétaire n'a pas tout essayé. Je refuse d'avoir à me suicider pour lui échapper ! déclara-t-il avec rage.
- Mais qui te parle de suicide ? Tu perds la tête, mon vieux !
- J'aimerais mieux que ce soit ça...

FIN




Vos impressions ?
Et j'ajoute que je ne souhaite pas être corrigée. Ou alors signalez-moi les fautes par mp ou par un commentaire et je me chargerai de remédier à cela. Merci de votre compréhension.

_________________
"La résignation est un suicide quotidien." Honoré de Balzac.


Dernière édition par Deedlit le Dim 20 Mar - 14:36, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 1 Sep - 19:21

Déjà ? Chouette ! C'est bon j'ai tout lu !

1) Shocked Pourquoi tu ne te mets pas à écrire ????????????????
Avec un style comme celui-là, tu assures !! (Balzac serait fier de toi ^^)

2) Comment tu as fait pour écrire tout ça en 2 heures ! Shocked
Tu as rajouté des paragraphes après ?

3) Tu as eu combien pour cet écrit ? (20/20 ?)

4) Elle donne la frousse ta nouvelle ! Ce qui prouve qu'elle est bien faite.

Vraiment bravo !
Et puis merci beaucoup de nous avoir fait partager ton texte.

cheers cheers cheers

Le Best of de la frousse ! :

Il frissonna, rajustant le col de son vieux pardessus, tentant vainement de se réchauffer. Mais rien à faire : l'air glacial était sans pitié, cruellement inévitable. Et toujours, toujours ces ruines fantômatiques, tâches noires émergeant de la brume, qui ne disparaissaient pas à ses yeux.

Tout ce qui comptait, c'était ce qu'il voyait à l'instant ; ce qu'il ressentait face à ce spectacle désolant. Cette impression d'oppressement et comme si la mort rôdait alentour. Cette impression qu'il avait d'être perdu dans une sorte d'ailleurs innommable. Et ce froid - mon Dieu ce froid ! Ce froid insidieux qui pénétrait jusqu'à ses os et les tréfonds de son âme.


Mini-critique négative :
Tu es sûre que le mot oppressemment existe ?
Ne serait-ce pas un Barbarisme?

oppression me conviendrait mieux.

Mais, après tout, cela peut rentrer dans l'étrange angoissant de l'histoire.

Finiiii !!*
J'espère lire d'autres textes de toi !

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*


Dernière édition par Liam Daläa le Mer 1 Sep - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 1 Sep - 19:42

Je n'ai rien de plus à ajouter, Liam à tout dit, ce texte est génial, moi aussi j'aimerais bien savoir si tu as eu un 20 voir plus ^^
Et aussi comment as-tu fais pour écrire tout cela en deux heures ? J'avoue que ça m'intrigue un peu.

Bref bref bref, comme Liam l'a dit, tu devrais toi aussi te mettre à écrire, ta plume est encore meilleure que la nôtre et de loin.

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Pan!
Admin remplaçant
Admin remplaçant
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 1 Sep - 20:20

Que dire de plus ?
Pas grand chose. Il est difficile d'imaginer ce que tu pourrais faire si tu te mettais, comme te l'a conseillé Liam, à écrire de ton propre chef. En tout cas (tu l'auras sans doute compris) j'ai bien aimé cette "suite" du Horla et je t'encourage moi aussi à continuer.
Sinon, il me semble bien que le mot "oppressemment" existe et je suis également curieux de connaître ta note (si ce n'est pas indiscret...).
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 1 Sep - 20:29

Je viens d'avoir eu le courage d'ouvrir l'énorme dictionnaire (celui-là il vaut mieux pas se le faire tomber sur le pied ^^) et je ne l'y ai pas trouvé.
Suis-je incapable de chercher dans un dictionnaire ? (Surtout avec ce poids entre mes mains ^^)
Ou est-il incomplet ? (Dans ce cas je le jette à la poubelle pour m'avoir fait souffrir pour me donner une fausse information ^^)

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Deedlit
Correctrice
Correctrice
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 1 Sep - 20:30

Merci pour vos compliments !!* C'est flatteur ce genre de remarques.
Pour répondre à vos questions et autres (dans le désordre par contre) :
- Non, je n'ai pas eu 20/20 : j'ai perdu au moins un point aux questions (sur 4) si je me souviens bien. Et puis ce n'est pas le texte d'origine, j'ai fait des arrangements et l'ai retravaillé. Donc je ne suis pas sûre d'avoir obtenu tous les points pour le texte - environ 14 sur 16, peut-être. Je dirais donc que ma note devait approcher... 17 sur 20 probablement.
- J'ai approximativement écrit cette proportion de texte en une heure et demie (moins une demi-heure pour les questions je vous rappelle), oui. Après, j'ai rajouté quelques lignes par-ci, par-là (peut-être une dizaine au total). Pas autant que je croyais d'ailleurs puisque j'ai remanié certains passages qui m'ont donc évité de trop en rajouter.
Mais j'arrive à écrire assez vite pour peu que je sache où je vais (de toute manière j'ai fait pire, vous pouvez respirer).
- Il se pourrait bien qu'il s'agisse effectivement d'un barbarisme, tu as raison Liam. Mais j'avoue que j'aime bien la sonorité du mot. J'essaierai de tourner ma phrase autrement histoire d'éviter ce problème (quand je pourrai... peut-être).
- S'il vous donne la frousse, je suppose que ça veut dire que je ne me suis pas trop mal débrouillée : chouette !!* Heureuse que cela vous ait plu sur ce point. J'appréhendais les réactions à ce sujet mais me voilà un peu rassurée.
- J'espère ne pas avoir été trop lourde. Notamment pour les dialogues : ce n'est pas toujours reluisant.
- Je veux bien essayer d'écrire un de ces quatre si quelque chose me vient. En attendant, je posterai éventuellement quelques anciens textes reretravaillés comme celui-ci.

Voilà !!* Un grand merci pour vos avis !!*

P-S : Laisse tomber le dictionnaire Liam (pas sur ton pied par contre). Il me semblait que le mot existait mais bon, ce n'est pas bien grave. J'arrangerai ça. J'en suis même à douter de l'orthographe de toute manière !

_________________
"La résignation est un suicide quotidien." Honoré de Balzac.


Dernière édition par Deedlit le Dim 20 Mar - 14:38, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 1 Sep - 20:34

Nananananèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèreuh !
J'ai raison, qu'elle a dit !
Je sais chercher dans un dictionnaire ! (je ne le jetterai pas)
clown clown clown

"Cessez donc de vous dévalorisez" ? C'est elle qui dit ça ? ^^

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 1 Sep - 21:49

Ouff... oppressant ton histoire.

C'est très bien écrit, la fluidité est bonne et la fin est sympa.
Ca m'étonne aussi de savoir que ça a été écrit en 1h30 (du moins, il y avait la quantité).


Juste deux remarques après j'ai eu la flemme de relever des trucs et me suis laissé porter par l'histoire, (y a pas grand chose à redire dessus de toute façon) :


« Le lourd brouillard qui bouchait le ciel étouffait tout. »


Je trouve pas très beau ce verbe (boucher). J'aurais plutôt mis: « masquait »
Mais d'un autre côté le verbe "boucher" insiste plus sur l'atmosphère lourde. Donc en fait je sais pas.


"Il frissonna, rajustant le col de son vieux pardessus, tentant vainement de se réchauffer."


Je me demande si c'est correct pour la forme du verbe "rajuster". J'aurais plutôt mis :
Il frissonna, rajusta le col de son vieux pardessus, tentant vainement de se réchauffer.

Mais c'est du détail.

Je t'envoie par mp quelques fautes visibles que j'ai relevées.



J'espère qu'on aura la chance d'en voir d'autres des comme ça Wink

_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 1 Sep - 23:29

J'aime pas ce vert. ^^
Mais je suis plutôt d'accord sur ta remarque de "l'ajustage de col".
Je pense que la présence de deux participes présent alourdi un peu la phrase.
Par contre, je pense que la phrase est grammaticalement correcte.
Boucher le ciel ? C'est une sorte de personnification qui accentue l'aspect étrange du texte.
Néanmoins je la trouve un peu spéciale. Elle me fait imaginer le ciel comme une bouteille de vin rouge. ^^

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Jeu 2 Sep - 7:28

Oh mais je pense à quelque cchose : est-ce que tu as fait un brouillon ?
Parce que si tu en as fait un ça veut dire que tu as écrit ce texte bien plus vite.

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Deedlit
Correctrice
Correctrice
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Jeu 2 Sep - 8:22

Eh non ! Je n'ai pas fait de brouillon ! Si ça avait été le cas, je n'aurais jamais eu le temps de finir. J'ai essayé de mettre l'incipit mais sans conviction. Je préfère encore écrire au fur et à mesure.
Et je me suis occupée des fautes "visibles", merci Shadow Wink
Pour le double participe présent, j'avoue ne pas y avoir fait particulièrement attention en écrivant. Vos remarques sont en effet juducieuses. Je vais lui faire un cas au "rajustage", promis !
Pour le "boucher" au lieu de "masquer", je voulais insister sur cette volonté du brouillard d'empêcher toute vision complète. Du coup, "masquer" me parraissait un peu pâle. Voilà pourquoi je l'ai mis malgré mes hésitations. Reste en revanche à trouver un mot plus approprié et qui conserve cette idée.
Merci pour vos remarques, il y en avait besoin !!*

P-S : Etrange ce lien que tu fais avec l'alcool Liam...

_________________
"La résignation est un suicide quotidien." Honoré de Balzac.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Jeu 2 Sep - 10:21

Tu insinues quelque chose ? ^^

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Deedlit
Correctrice
Correctrice
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Jeu 2 Sep - 12:38

Juste que tu sembles avoir été influencé par notre discussion de la veille.

_________________
"La résignation est un suicide quotidien." Honoré de Balzac.
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Jeu 2 Sep - 13:46

Joli pour un texte qu'on peut qualifier de "scolaire". J'ai toujours détesté ce genre de textes, vu qu'on doit rentrer dans un cadre précis, dire telles choses et parfois même écrire comme l'auteur. Ce genre d'exercices sont, à mon sens, d'une inutilité inégalée...Bien souvent les textes sont vides, fades, idiots, à la limite du je m'en foutisme. Heureusement le tien est franchement différent.

Le style est clair, ça se lit bien, tellement bien que quelques petites choses m'ont interpellé.
La description du lieu, par exemple, je la trouve rapide. Rapide par rapport à ce que faisaient les romanciers du XIXème. Ils étalaient leurs descriptions sur plusieurs pages, ce qui a tué plus d'un cerveau collégien pendant les lectures, cependant j'ai toujours adoré lire ces descriptions, leur finesse, leur précision, et l'image véhiculée par les mots donnait l'impression, le "sentiment" du lieu.
Là, les deux protagonistes ressentent une peur, le lieu va dans le sens de cette peur, de cet "oppressement" (j'aime beaucoup ce néologisme - ce n'est pas parce que ce n'est pas dans le dico que ce n'est pas bon), mais ne va pas jusqu'au lecteur.

Certaines phrases font mouche, notamment celles qui ont été citées ci-dessus. J'ai apprécié l'expression "boucher le ciel", qui va parfaitement avec l'oppressement. Et si Liam a pensé à une bouteille de vin rouge, j'ai aussi pensé à une bouteille, et il y a un je-ne-sais-quoi vraiment angoissant dans cette image.


En conclusion, je dirai qu'il y a de quoi faire. Des phrases sont bien tournées, sonnent juste, dirais-je, cependant je reste bloqué par la rapidité du texte. Sans doute le contexte de la rédaction a dû jouer, c'est un peu dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Deedlit
Correctrice
Correctrice
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Jeu 2 Sep - 14:29

Donc, si je comprends bien, je peux en rajouter un peu, ça ne dérangera personne ?
De toute manière, c'est mon texte, je fais ce que je veux. Na !

Bon, la première partie, il n'y aura pas vraiment plus de description des lieux. Comme il s'agit de la demeure du narrateur dans le Horla et que celle-ci ne prend guère de place dans la nouvelle, disons que je ne vais pas trop y toucher - de toute manière, vu ce qu'il reste... J'essaierai d'améliorer autant que possible quant à "l'ambiance" par contre, c'est le principal. Les ruines sont là, il faut que j'en tire la substance.
A ce sujet : je suis contente que le mot "boucher" ne gêne pas trop car j'ai beau me torturer les méninges, je n'en vois pas d'autre qui convienne pour diverses raisons.

Pour la seconde partie, je peux broder autant que je le souhaite ; pour la chambre d'hôtel aussi d'ailleurs. Autant en profiter, c'est vrai. [Confidence sur la deuxième partie : écrite en un quart d'heure. Le temps passait... un peu trop vite. Mais apparemment, le professeur a quand même réussi à me lire.]

C'est vrai que d'habitude les sujets de rédaction m'inspirent peu (voire pas). Celui-ci est le second que j'ai rencontré et sur lequel je n'ai pas bloqué pendant un quart d'heure pour trouver une idée (ça aide je pense). Certes, le temps est limité, mais c'est quand même intéressant à traiter. Disons que même si j'ai dû me restreindre, pouvoir écrire sous des "restrictions" qui me convenaient a vraiment été un plaisir. [D'accord, à la fin je tremblais, mais quand même !]

Aussi, je prévois que je ne pourrai pas améliorer grand chose avant quelques temps : rentrée oblige ! J'y travaillerai ce week-end, mais je ne pense pas qu'il y aura le moindre changement sous peu.

Pour terminer, je tiens encore à vous remercier. Ce que vous avez marqué est très motivant et me donne réellement envie de continuer à écrire ce texte. Il ne me reste plus qu'à retravailler l'ensemble et de ne pas être trop "rapide".

_________________
"La résignation est un suicide quotidien." Honoré de Balzac.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Jeu 2 Sep - 15:54

Mario a dit:

"Et si Liam a pensé à une bouteille de vin rouge, j'ai aussi pensé à une bouteille, et il y a un je-ne-sais-quoi vraiment angoissant dans cette image."

Voilà quelqu'un qui me comprend !
Dans un tel contexte, une bouteille (de vin rouge) est terrifiante !
Non, sans rire, j'imagine vraiment l'oppression (l'oppressement) de l'atmosphère comme si les lourds nuages nous enfermaient hermétiquement comme dans une bouteille.

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Deedlit
Correctrice
Correctrice
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Jeu 2 Sep - 19:19

Et bien, Liam, mes félicitations. Tu as très bien compris. (J'ajouterai d'ailleurs quelque chose dans les eaux de ce passage.)
Après, je veux bien remanier le texte niveau description, mais je ne veux pas en faire trois pages. Cela fait trop longtemps qu'il est ainsi et j'ai du mal à concevoir de le changer radicalement. Donc ce sera plus long, mais je veux que cela continue de ressembler un minimum à un sujet d'invention.
Bien entendu je tiendrai compte de ce paramètre à l'avenir, pour d'autres écrits éventuels - si tant est qu'il y en est un jour ; mais je ne me forcerai pas non plus (n'éxagérons rien). Je ferai ce qu'il me plaît et me convient de faire. Encore heureux ! Sinon cela voudrait dire que je n'écris que pour que cela plaise. [Déjà il faudrait que j'écrive héhé.]

_________________
"La résignation est un suicide quotidien." Honoré de Balzac.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Jeu 2 Sep - 21:04

Ecrire seulement pour que cela plaise? C'est, en effet, une bien mauvaise motivation.
On écrit avant tout pour s'exprimer, non? (Même si nombreux sont les livres de succès écrits pour plaire à un nombre important d'acheteurs.) Néanmoins j'aimerais aussi voir d'autres descriptions.
Juste une proposition : pourquoi ne mettrais-tu pas un autre titre que : Sujet d'invention (Seconde) en français. J'y verrais mieux un titre plus parlant?
Ceci dit ce n'est qu'un détail.

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Jeu 2 Sep - 22:21

Et bien oui et non Liam, certains écrivent pour vendre et seulement pour vendre. Exemple tout bête, toujours le même d'ailleurs^^
Paolini, une trilogie à la base ; crois-tu vraiment qu'un quatrième livre soit arrivé simplement parce que les autres étaient trop volumineux ? ^^ Non c'est une question de capitalisme ça ^^
Et pourtant malgré le fait que le livre ne soit pas écrit par l'écrivain pour montrer ses motivations, ça n'empêche pas que le livre ait du succès ; bien triste système hein...

Cela dit le meilleur moyen reste d'écrire pour son propre plaisir, voilà pourquoi je ne me force jamais à écrire.

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Pan!
Admin remplaçant
Admin remplaçant
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Ven 3 Sep - 18:18

Liam Daläa a écrit:
Ecrire seulement pour que cela plaise ? C'est, en effet, une bien mauvaise motivation.

Vraiment ? Mais pourquoi avoir peur de plaire ? En effet, cela peut-être stimulant de se dire que l'on va apporter du bon temps à des milliers de lecteurs... Bien évidemment, lorsqu'il s'agit uniquement d'une question de profit , c'est autre chose...
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Ven 3 Sep - 18:35

C'est un peu le problème des bouquins d'aujourd'hui. Les auteurs qui marchent, les Levy, les Gavalda, les Musso et autres hérésies littéraires apportent du bien aux gens (d'après un micro-trottoir vu sur une séance de dédicaces de Musso), mais ils ne font pas avancer la littérature.

Avec un peu de misanthropie, on peut dire que plaire à la masse est presque insultant, et je pense que ce n'est pas totalement faux. C'est triste, mais la finesse et la beauté du verbe ne plaisent plus aux gens. Est-ce une question actuelle ? Je ne sais pas, quand je vois que Baudelaire ne fut pratiquement pas lu de son temps, et qu'il a fallu attendre 1947 pour que sa condamnation soit levée, ça fait relativiser et dire que chaque époque à ses tares.

Le plus grave pour les auteurs cités plus haut, ce serait qu'ils n'écrivent pas pour plaire, mais pour la littérature elle-même. Quand on lit ce qu'ils écrivent, quand on voit pourquoi ils plaisent, à leur place je mettrais fin à mes jours en maudissant mon manque de talent.

Je finirai en citant Sagan : "Ecrire, c'est une chose avec laquelle on n'a pas le droit de plaisanter. C'est un cadeau du sort fait à très peu de gens, et les pauvres nigauds qui veulent en faire une carrière ou un passe-temps ne sont que de misérables sacrilèges. La littérature se mange toute seule, elle ne leur accorde rien, par cruauté. Un succès provisoire qui les ravage à vie".
Revenir en haut Aller en bas
Pan!
Admin remplaçant
Admin remplaçant
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Ven 3 Sep - 18:52

Cela dit, ce n'est pas parce qu'un auteur a du succès à son époque qu'il est dénué de talents (même s'il est vrai que de nos jours, c'est un peu le cas...). Parmi les plus célèbres, Zola ou bien Corneille (les exemples sont un peu bateau mais n'est-ce pas la preuve qu'ils sont encore connus de nos jours ?) ont été assez bien accueillis à leurs époques (pas unanimement bien entendu, ce serait trop beau...) et sont encore très appréciés de nos jours.
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Ven 3 Sep - 19:06

Mouais, je ne suis pas tellement convaincu. Zola et Corneille, puisque tu les cites, sont connus parce qu'on les bosse à l'école... Sans l'obligation de digérer l'Assomoir de Zola, qui irait le lire ?
Demande à une lectrice lambda qui elle préfère lire entre Musso et Zola, et tu sauras pourquoi à l'heure actuelle ce n'est pas flatteur de plaire aux lecteurs. Il ne faut pas les fatiguer, c'est ainsi. Faire un effort de réflexion, d'imagination, c'est désormais trop pour nos cerveaux lobotomisés par les écrans.

Mais il est vrai qu'il y a des auteurs à succès qui ont du talent, mais on a perdu nos lettres de noblesse littéraires depuis longtemps. Quand on pense que le XIXème lisait Hugo et consacrait Verlaine Prince des Poètes et qu'on regarde ce qu'on a en ce moment, il y a comme un vide...
Revenir en haut Aller en bas
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Ven 3 Sep - 19:19

C'est bien malheureux mais Mario a raison ; tous les auteurs que tu as cités, ils sont intéressant c'est vrai, mais tu ne ferais pas des études, tu voudrais lire simplement pour ton plaisir, lirais-tu ce genre de bouquin ?
Peut-être que oui, difficile de savoir. Moi en tous cas, même en faisant des études j'ai du mal à me pencher dessus donc...
Et pourtant ils sont intéressant quand on creuse le sens.
Mais le truc c'est que ton Zola, ne me dis pas que tu le lis par plaisir, mais plutôt non pas par obligation mais par nécessité. Moi je ne lirais pas l'Assomoir pour le plaisir en tous cas.

Mais bon après tout c'est possible ; mon j'ai envie de lire le livre de l'autobiographie d'Hitler, ça ne serait pas pour mes études et j'aimerais le lire, non pas pour les idées qu'il doit contenir, mais parce que ça m'intéresserait de voir comment cet homme pouvait se représenter le monde.

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Pan!
Admin remplaçant
Admin remplaçant
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Ven 3 Sep - 20:59

Citation :
on a perdu nos lettres de noblesse littéraires depuis longtemps
Sur ce point, je suis hélas tout à fait d'accord avec toi, d'ailleurs je ne m'intéresse pas vraiment aux auteurs contemporains.

Citation :
lirais-tu ce genre de bouquin ?
Je ne pense pas... Mais je pense que ce qu'il y a d'intéressant à étudier des auteurs à l'école, c'est que cela permet de découvrir de nouveaux écrivains, pour prolonger les lectures faites en classe (c'est comme ça que j'en suis arrivé à lire du Zola hors du cadre scolaire et à aimer ça). Bien entendu, le problème (comme tu le disais Mario) est que le gens n'ont plus la volonté d'approfondir les lectures, de chercher à comprendre les auteurs des siècles passés alors qu'on leur sert des livres beaucoup plus accessibles sur un plateau.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Ven 3 Sep - 21:42

Amnaël a dit :
"Et bien oui et non Liam, certains écrivent pour vendre et seulement pour vendre. Exemple tout bête, toujours le même d'ailleurs ^^
Paolini, une trilogie à la base ; crois-tu vraiment qu'un quatrième livre soit arrivé simplement parce que les autres étaient trop volumineux ?"

Tu prêches un convaincu ! ^^

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Ven 3 Sep - 21:56

Bah au moins maintenant on est fixé ^^ Mais pour autant je ne blâme pas ceux qui écrivent pour vendre, car si ça se vend c'est que ça plaît, et donc si ça plaît c'est que c'est agréable à lire.
Je pense qu'il faut de tout : des livres permettant d'approfondir certaines choses, et d'autres comme Eragon simplement pour se détendre.

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Pan!
Admin remplaçant
Admin remplaçant
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Sam 4 Sep - 9:04

Mouais... C'est peut-être bien la morale de l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 8 Sep - 14:45

Petite précision, je viens d'ouvrir un dico et je n'ai pas trouvé "opressement", donc ce mot ne doit pas exister...
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 8 Sep - 15:08

Et de deux.... avec moi ^^

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 8 Sep - 16:38

Bon je n'ai pas ouvert mon dictionnaire, cela dit, je pense d'après ce lien que le mot existe bel et bien.

http://www.cnrtl.fr/definition/oppressement

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 8 Sep - 16:54

Je ne fais pas confiance aux bêtises d'internet !!!!
Sur internet tu peux même trouver le mot "turludupip" ^^

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 8 Sep - 17:38

Ah bon, je ne savais pas dis donc !!
Revenir en haut Aller en bas
Pan!
Admin remplaçant
Admin remplaçant
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 8 Sep - 18:08

Google t'a vaincu Liam
http://www.google.fr/search?hl=fr&rlz=1C1AVSX_enFR393FR393&q=turludupip&aq=f&aqi=&aql=&oq=&gs_rfai=
De quoi ? si je n'ai rien d'autre à faire ? ben non...
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 8 Sep - 18:24

^^

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 8 Sep - 20:13

cheers Vive internet lol!

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 8 Sep - 21:34

N'empêche "Oppressement" ça n'existe pas dans la langue française ! NA !

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 8 Sep - 21:39

Mais rien n'empêche de l'inventer. C'est toujours drôle d'inventer des mots à partir de ceux qui existent, puis ça ne mange pas de pain.


Par contre turludupip, c'est joli mais un peu explicite.
Revenir en haut Aller en bas
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 8 Sep - 21:58

Et vive ségolène royal lol!

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Jeu 9 Sep - 6:56

Amnaël, tu sais il n'y a pas que Ségo qui invente des mots, Sarko en a inventé un récemment (j'ai oublié le quel).
Et puis de toute façon, c'est courant chez tous les hommes politique, l'invention de mots.

Mario, je suis d'accord avec toi.

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Deedlit
Correctrice
Correctrice
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Dim 12 Sep - 12:22

En conclusion : puis-je laisser ce mot ?

_________________
"La résignation est un suicide quotidien." Honoré de Balzac.
Revenir en haut Aller en bas
Pan!
Admin remplaçant
Admin remplaçant
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Dim 12 Sep - 12:55

A toi de voir... Je pense que personne ne te le reprochera si tu le laisses, mais si tu juges qu'il diminue la qualité de ton histoire, alors tu peux le remplacer.
Revenir en haut Aller en bas
Deedlit
Correctrice
Correctrice
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Dim 12 Sep - 16:15

Je ne cherche pas à faire de la "qualité" alors pourquoi pas... De toute manière, c'est le reste qu'il faut arranger. C'est trop rapide. Pas de pause marquée, rien pour ralentir la lecture ; tout se lit d'un seul trait, rendant l'ensemble un peu inconsistant. Les descriptions devraient un peu améliorer l'ensemble mais sans plus : je suis la seule blâmable pour ce médiocre résultat. Ce que j'ai écrit n'a pas assez de présence, voilà.

_________________
"La résignation est un suicide quotidien." Honoré de Balzac.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Dim 26 Sep - 16:24

Beuuh.
Pas assez de présence ???????????
Tu veux dire quoi par là ?

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Deedlit
Correctrice
Correctrice
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Dim 26 Sep - 16:32

Pas assez de profondeur, pas assez de... Il n'y a pas vraiment de mot... Pas assez de "présence", voilà (na !). Mais ça veut dire ce que ça veut dire. C'est trop détaché, ça ne "prend" pas suffisamment. Nous n'y sommes pas.


_________________
"La résignation est un suicide quotidien." Honoré de Balzac.
Revenir en haut Aller en bas
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Dim 3 Oct - 22:47

T'es un peu dure avec toi même là.
J'ai lu "Le Horla" récemment (oui je sais j'ai un peu honte d'avoir autant tardé à lire cette merveille Rolling Eyes )
Je trouve ce texte très réussi compte tenu de ce qu'il vous était demandé de faire et je mesure à présent combien tu étais bien dans le style de la nouvelle, tout étant suggéré (le passage de la dalle qui bouge et puis après il ne sait plus s'il n'a pas rêvé est totalement pertinent), y a de la description, le sentiment d'oppression et le suspense: tout y est.
J'ai pas dit qu'on n'arriverait pas à distinguer ton écriture de celle de Maupassant mais en tout cas ton style est fluide, les descriptions sont bien présentes et l'histoire est captivante.

_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mar 5 Oct - 20:54

Pour info : Deedlit a l'habitude d'être dure avec elle-même...
Revenir en haut Aller en bas
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mar 5 Oct - 21:09

Et comment:
Citation :
J'ai raté mon contrôle.

Citation :
Tiens 18/20

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Pan!
Admin remplaçant
Admin remplaçant
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Mer 6 Oct - 14:45

vanitas vanitatum, omnia vanitas...
ou autrement dit, les chiens aboient, la caravane passe.
mais plus sérieusement (bien que tout cela soit déjà très sérieux) je suis d'accord avec le triptyque du dessus... ne nous mésestimons donc pas... et je parle plus particulièrement pour certain(e)s d'entre nous.
Revenir en haut Aller en bas
Deedlit
Correctrice
Correctrice
avatar


MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   Sam 16 Oct - 13:51

... Je disais juste que j'avais raté la fin de certains exercices... Vous vous liguez contre moi ? 'tention, j'ai des moyens de pression ! (Gros bluff.)

Ce qui me gêne aussi, c'est l'incipit. Non, sans rire. Donc au final, c'est surtout la forme qui m'agace. Non parce que après, rester dans la continuité des événements de la nouvelle encore ça va, vu qu'on venait de la lire (on avait même le droit de sortir le bouquin pendant le contrôle pour se rafraîchir la mémoire quant à certains détails, mais bon).
Après, merci pour ton commentaire Shadow.

P-S : Toujours aucune modification effectuée, vous remarquerez.

P-S-S : J'ai aussi bien apprécié le Horla. Mais je n'aurais pas pensé à le lire s'il n'avait pas été au programme (d'autres lectures en cours).

_________________
"La résignation est un suicide quotidien." Honoré de Balzac.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sujet d'invention (Seconde) en français.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sujet d'invention (Seconde) en français.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sujet d'invention (Seconde) en français.
» société tu m'auras pas
» Le sujet du bac de français des premières S et ES 2009
» Forum d'invention d'univers fantasy
» François de MALHERBE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Nouvelles
 :: Fantastique
-
Sauter vers: