Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Karatcho

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Karatcho   Lun 27 Déc - 15:13

Bon, premier post dans cette partie du forum...

Un petit poème écrit y'a quelques années déjà, écrit rapidement et avec un grand sourire aux lèvres. Premier poème avec cette métrique aussi, je crois. Ah, le temps du vers réglé comme du papier à musique !




Karatcho


Elles se pressent les belles noblesses,
Bien endimanchées, stressées, frissonnant
Leurs fripes comblées d’or et de finesse,
Courent à la messe d’un pas affolant.

La cloche sonne l’heure de l’orage.
Les chapeaux se noient, forcés, dans la mer
De fanfreluches ballottées, en rage ;
La cloche annonce la venue du Père.

Presto ! On entre dans l’antre de Dieu !
Les mains, jadis si délicates et blanches,
Sont griffues – afin d’agripper les cieux-,
Et tiennent un missel rouge dans leurs manches.

Les bancs crient, crissent dans le brouhaha
Des gros rires gras, des regards perçants
Tuant sur place une fille de joie
Venue prier, inquiétant ses amants.

Tout à coup, un dandy aux yeux rougis,
Aux cernes noirâtres, la tête ailleurs,
Chante d’une voix pure d’ange maudit :
Oh…what a nice day for a murder !

Le purgatoire est sonné, assagi.
La voix sereine attire les doux cœurs
Et attise les péchés des harpies :
Karatcho ! Or the lost art of murder !

Les longs cheveux soyeux d’or ou d’ébène
Se teintent de goudron et de sperme
Les yeux luisent de vice, et, pleins de haine,
Dévisagent les hommes aux faces blêmes.

Karatcho ! Karatcho ! crient les furies.
On éventre, on dévore, on tue ensemble ;
C’est une communion, l’Eucharistie !
Sur le mur, même le crucifié tremble…

Et le parvis, noyé, ensanglanté
De cent ruisseaux pourpres leur fait honneur,
Devancé par la voix désormais louée…
Karatcho ! Or the lost art of murder !
Revenir en haut Aller en bas
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
avatar


MessageSujet: Re: Karatcho   Lun 27 Déc - 22:25

Impressionnant, inquiétant... un style et des images que je n'avais encore jamais rencontré dans mes lectures de poésie. Un sentiment de dégout mêlé à de la fascination que je n'ai pas l'habitude de retrouver en poésie.

Des influences tu en as, inévitablement, et elles doivent être nombreuses et floues; mais je suis curieux de savoir si tu as pensé à un poème en particulier en écrivant celui-ci.
J'admire la technique. La construction aussi est intéressante, avec une montée progressive de la violence.


Citation :
Oh…what a nice day for a murder !

Là je reconnais l'influence I love you

"Karatcho" ça veut dire quelque chose ou on doit imaginer ?


_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
Artalok

avatar


MessageSujet: Re: Karatcho   Lun 27 Déc - 23:25

Une pincée de violence et de sang mêlée à un soupçon de blasphème... Twisted Evil Voilà comment je définirais très brièvement ton texte étonnant mais néammoins intéressant, et je dois dire, original... Je ne sais pas ce qu'en pensent les autres, mais moi j'aime bien...

Sinon, The Shadow a déjà exprimé le reste de ma pensée. Je dirais aussi que pour un texte écrit à la va-vite, c'est plutôt bien, très bien même.

(blasphème, oui, car je ne pense pas me tromper en disant que l'intervention diabolique a lieu dans une église au cours de la messe?)


J'espère que tu as encore d'autres poèmes de ce genre!




Dernière édition par Artalok le Lun 27 Déc - 23:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mangatown.forumgratuit.org/
Zalarzane
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Karatcho   Mar 28 Déc - 21:26

Et bien, personnellement, ce n'est pas que je n'aime pas... Car j'aime quand même un peu.
Mais voici ce que j'ai vu à la lecture de ton poème:

- j'ai vu des bourgeois aller à la messe en bons hypocrites qu'ils sont, du coup j'ai vu Nietzsche.
- j'ai vu aussi une prostituée qui ne demande rien à personne, qui est au final une gentille fille et qui se fait craindre involontairement par sa simple présence. Car oui, quelle honte, au regard des conventions sociales catholiques et bourgeoises si jamais le mari, le père de famille, trompait la maîtresse de maison !
- j'ai vu un type qui sort de nulle part, façon Johnny Depp, qui déchaîne des walkyries dont je ne sais si elles sont réelles ou pas, et un massacre dont je ne sais s'il est réel ou pas: la fin cafouille un peu dans ma tête.

Bref, j'ai vu une caricature de ta pensée. Mais j'aime bien.
Revenir en haut Aller en bas
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
avatar


MessageSujet: Re: Karatcho   Mer 29 Déc - 0:26

Zalarzane a écrit:

- j'ai vu un type qui sort de nulle part, façon Johnny Depp, qui déchaîne des walkyries dont je ne sais si elles sont réelles ou pas, et un massacre dont je ne sais s'il est réel ou pas: la fin cafouille un peu dans ma tête.

Sur ce point là je te rejoins j'ai eu du mal aussi à comprendre à la première lecture le déroulement de "l'action" mais finalement je le trouve assez bien construit ce poème, et puis le "cafouillage" je l'ai éclairci en me faisant mon film. Mais effectivement je sais pas si le massacre a vraiment lieu ou si c'est une image, un massacre raconté, un violent mélange de tous les pêchés. Mais après tout, qu'importe l'intention réelle de l'auteur du poème, chacun interprète comme il veut.
Mais j'avoue que connaissant l'auteur je serais curieux de connaitre sa pensée originelle.


ps: Le "type qui sort de nulle part" ce doit être le prêtre, non ? J'avoue ne pas très bien connaitre le domaine
Smile

_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
Artalok

avatar


MessageSujet: Re: Karatcho   Mer 29 Déc - 0:36

Le type qui sort de nulle part "façon Jonnhy Depp" serait plutôt le "dandy aux yeux rougis, aux cernes noirâtres, la tête ailleurs" qui "chante d’une voix pure d’ange maudit : Oh…what a nice day for a murder !"
C'est peut-être un démon, ou alors un type possédé? Mais si ma définition d'un dandy est bonne, ce ne serait pas le prêtre lui-même. Et si c'est un démon, je le vois plutôt comme un shinigami élégant (venant "juger" les âmes présentes dans l'église) ou en diable, du genre Sébastian de Black Butler.
Revenir en haut Aller en bas
http://mangatown.forumgratuit.org/
Zalarzane
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Karatcho   Mer 29 Déc - 1:08

Voyons ça comme une métaphore, le symbole de l'hypocrisie globale de ceux qui vont à la messe. Des croyants. Je me place selon le point de vue de l'auteur, pour préciser.

Le dandy façon Johnny Depp, c'est le type moyen en apparence, mais qui commet quelques insanités de temps à autres. C'est celui qui pense que se confesser suffira à effacer son ardoise, alors qu'en fait c'est un alibi, un tremplin pour la bonne conscience. Mais c'est aussi celui qui met tout au jour, qui révèle les secrets, soulage les non-dits. Je le vois comme un antichrist, un Lucifer au sens étymologique, un individu subversif et malin.

Je pense que Mariochou veut nous faire comprendre qu'aller à la messe, pour les vicieux et les vicieuses, n'enlève ni les taches de sperme sur les cheveux, ni les crimes. Lorsque le sang se répand sur le parvis, les hommes écarquillent les yeux, parce qu'ils sont découverts, trahis, dévoilés, stigmatisés. Lorsque ces dames voient les souillures réapparaître sur elle, elles se montrent sous leur vrai jour: des traînées qui se cachent sous des airs de saintes nitouches, ou des femmes trompées qui accusent leurs époux et cessent de jouer la comédie, d'être muettes.

La cerise sur le gâteau, c'est la consommation de l'hostie: comment diable des individus truffés de péchés peuvent-ils faire l'eucharistie sans frémir ? C'est pour ça qu'il y a "massacre" à ce moment précis: l'aspect sacré et pur de la communion s'entache d'une hypocrisie à vomir, d'un mensonge continu et irrespectueux, presque blasphématoire. C'est presque irréel... à moins que tout cela n'ait aucun sens ? A moins que tout ne soit qu'une vaste mascarade, une farce ? A moins que la religion ne soit, encore une fois qu'un paravent, une armure, une tragédie qui devient comique. Du grotesque et de l'absurde.

Héhé. Je me suis un peu emporté. L'interprétation part loin.

Revenir en haut Aller en bas
Artalok

avatar


MessageSujet: Re: Karatcho   Mer 29 Déc - 1:28

Non, non, ton interprétation du poème me semble tout à fait plausible... D'ailleurs, tu as l'air de bien en connaître l'auteur, Mario... Il y a donc plus de chances que tu interprètes justement ce qu'il veut dire que moi... Mais bon après, seul l'auteur connaît le sens véritable du poème...
Mais je soutiens quand même que tout ton spitch a l'air plausible!
Revenir en haut Aller en bas
http://mangatown.forumgratuit.org/
Zalarzane
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Karatcho   Mer 29 Déc - 1:31

Bien le connaître, je ne dirais pas ça, c'est peut-être un peu prématuré, mais ma foi, je commence à en savoir un peu sur sa pensée générale, en particulier sur la religion...
Mais je suis certain qu'il va se faire un plaisir de démonter mon beau discours quand il en aura l'occasion x)

Enfin... A condition qu'il en soit capable. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Karatcho   Mer 29 Déc - 11:33

Azy, arrête de me stigmatiser ! I love you


Larzouille a écrit:
Voyons ça comme une métaphore, le symbole de l'hypocrisie globale de ceux qui vont à la messe. Des croyants. Je me place selon le point de vue de l'auteur, pour préciser.


J'ai dit que ce texte était plutôt vieux. Et à l'époque de son écriture, je n'étais pas aussi virulent qu'aujourd'hui sur la religion. L'hypocrisie ? Mouais, mais non, je m'en tamponnais un peu.
Et je n'avais pas encore lu Nietzsche, il me semble.
Le truc, c'est que tu places le texte dans un contexte actuel, alors qu'il sort d'une autre période. Pour un historien, c'est une erreur fatale. :p



Larzouille a écrit:
Mais c'est aussi celui qui met tout au jour, qui révèle les secrets, soulage les non-dits.

Le commentaire du paragraphe qui fait mouche. Quand on connait la référence, il est facile, je crois de deviner plus de choses. Et tu la connais, je t'ai filé l'inspiration "chantée".
Je le vois plus comme une sorte de "magicien", un fantaisiste qui ne révèle pas la bonne parole, mais une parole qui réveille des choses plus humaines, plus vraies, plus bestiales.



Larzouille a écrit:
Je pense que Mariochou veut nous faire comprendre qu'aller à la messe, pour les vicieux et les vicieuses, n'enlève ni les tâche de sperme sur les cheveux, ni les crimes. Lorsque le sang se répand sur le parvis, les hommes écarquillent les yeux, parce qu'ils sont découverts, trahis, dévoilés, stigmatisés. Lorsque ces dames voient les souillures réapparaître sur elle, elles se montrent sous leur vrai jour: des traînées qui se cachent sous des airs de saintes nitouches, ou des femmes trompées qui accusent leurs époux et cessent de jouer la comédie, d'être muettes.


Moui, pas faux. Mais le vrai sens, c'est le rire. Tu prends ce poème un petit peu trop au sérieux, même si globalement l'interprétation se tient.
Et je pense qu'on peut aller à la messe et ne pas être vicieux. Là encore, tu interprètes un peu trop loin et me prêtes des avis que je n'ai pas. Aussi, attention avec les termes : je n'ai jamais vu les femmes comme des traînées, des saintes nitouches ou de femmes trompées mais plutôt comme des croyantes, toutes, qui découvrent autre chose, une autre parole, plus violente. Pourquoi elles tuent à la place des hommes ? Aucune idée, mais l'idée que la force, la mort violente vienne des femmes me semble bien plus intéressante.


Larzouille a écrit:
La cerise sur le gâteau, c'est la consommation de l'hostie: comment diable des individus truffés de péchés peuvent-ils faire l'eucharistie sans frémir ? C'est pour ça qu'il y a "massacre" à ce moment précis: l'aspect sacré et pur de la communion s'entache d'une hypocrisie à vomir, d'un mensonge continu et irrespectueux, presque blasphématoire. C'est presque irréel... à moins que tout cela n'ait aucun sens ? A moins que tout ne soit qu'une vaste mascarade, une farce ? A moins que la religion ne soit, encore une fois qu'un paravent, une armure, une tragédie qui devient comique. Du grotesque et de l'absurde.


Il n'y a pas d'Eucharistie, la strophe est simplement teintée d'ironie.
Mais si tu as vraiment pensé qu'il y avait consommation d'hosties, alors c'est encore mieux, la scène est encore plus réussie, et le massacre touche au sublime.
C'est irréel ? Ça n'a aucun sens ? Une vaste mascarade et une farce ? Mais, mon cher ami, je ne vois là qu'un simple rassemblement de gens à la messe. C'est pour cela que je suis d'accord avec vos termes. Mais il y a quelque chose qui nous dépasse encore, n'est-ce pas, puisque les harpies sont des créatures de la mythologie...Du grotesque et du sublime, de quoi me faire rappeler aux bons souvenirs de Mme Oscar (dédicace à DesdiShadow)



DesdiShadow a écrit:
"Karatcho" ça veut dire quelque chose ou on doit imaginer ?


Imagine, c'est tellement mieux Wink


Dernière édition par Mario le Mer 29 Déc - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zalarzane
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Karatcho   Mer 29 Déc - 11:39

Ah, si seulement je t'avais connu à l'époque bounce

A vrai dire, à propos de l'Eucharistie, j'ai hésité. Il me paraissait évident que le rapprochement entre le "massacre" et la communion avait quelque chose de louche, mais je me suis lancé sur du concret pour avoir matière à polémiquer Laughing

Mais sinon... Pense à mes sentiments, quoi ! Shocked pirat
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Karatcho   

Revenir en haut Aller en bas
 
Karatcho
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Karatcho

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Poèmes, Chansons & Slams
 :: Lyrique
-
Sauter vers: