Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dans la nuit et le brouillard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pan!
Admin remplaçant
Admin remplaçant
avatar


MessageSujet: Dans la nuit et le brouillard   Jeu 2 Juin - 11:03

En fouillant dans de vieilles affaires hier, j'ai récupéré quelque chose que je ne croyais jamais devoir retrouver... c'est d’ailleurs pour çela que j'avais promis à certaines personnes (je ne citerai pas de noms Wink ) de publier ce texte si je venais à en reprendre possession, alors voilà:

N.B.: pour la petite histoire, je publie le document tel quel, et il s'agit d'un texte écrit en 3ème dans le cadre du concours de la Résistance pour les collèges et lycées et bla bla bla... dont le thème était, si ma mémoire ne me fait pas défaut "les enfants et les adolescents dans le système concentrationnaire nazie". Je prendrais peut-être le temps de le modifier, mais en attendant soyez indulgent, je vous en prie Smile
Une dernière chose, avant d'être taxé de plagiat: je n'avais pas vu (ni même entendu parler de) "la Vie est belle" au moment de l'écriture de ce texte...


Alcide Jolivet, élève de 3ème, vous présente l'histoire de Sarah Eisenstein juive de 7 ans arrivée au camp de concentration de Theresienstadt.


L'histoire de Sarah ou «un ange en enfer»
21 Juillet 1942
« -Maman, où sont Joseph et Nathan ?
-Je n’en sais rien Sarah Chéri.
-Mais Maman, quand est ce qu’on arrive et d’abord où on va ?
-On va dans un endroit où on pourra se reposer, ma chérie. »
Elle a bien besoin de vacances, maman, parce qu’elle a l’air d’être très tendue, enfin ça doit être un très bon camp de vacances vu que il y a plein de gens avec nous dans le wagon. C’est un chouette cadeau pour mes 7 ans, des vacances alors que je devrai être à l’école.

« -Rachel Eisenstein ! »
Ah ! ça, c’est Maman, depuis tout à l’heure le gros monsieur n’arrête pas d’appeler des gens pour qu’ils aillent soit à droite, dans un train qui va vers un autre camp de vacances qui s’appelle Auschwitz, soit à gauche pour rester là où on vient d’arriver, à Theresienstadt.
Zut ! Maman ne va pas à Auschwitz, pourtant ça avait l’air bien.
« -Sarah Eisenstein ! »
Ça y est c’est à moi. Chouette, je vais avec Maman.
«-Maman, c’est bien qu’on soit ensemble, hein ?
-Oui, Ma chérie »
Elle est bizarre, Maman, elle m’embrasse comme si elle était contente que l’on ne soit pas allée dans l’autre camp, celui qui était mieux.
« -hé maman, on va pouvoir se détendre en attendant Papa et les garçons.
-Oui Sarah chérie, c’est ça, se détendre. »
Maman, elle sourit, mais je vois bien qu’elle est un peu triste quand même de ne pas voir les garçons tout de suite.
« -Allez, viens ma chérie »
Elle me prend la main et on suit les autres pour aller à l’intérieur du camp. Ensuite il y a un autre monsieur qui nous répartis dans les bâtiments. Il y a plein d’autres enfants, ça me fera plein de copains avec qui joué. Dans le bâtiment, il y a des lits.
« Bon, Sarah, il est l’heure d’aller au lit »
Maman à raison il faut que j’aille me coucher pour être en forme demain.
1 mois plus tard
« -Maman, c’est moi ! Je suis rentrée de l’école.
-bonjour, ma chérie. Alors tu as bien travaillé ?
-Oh oui, ce soir, c’est moi qui est eu le livre de la classe pour m’entraîner à la lecture
-c’est bien. Allez viens, on va au réfectoire
-j’arrive Maman. »
Depuis un mois, j’ai bien compris que l’on était obligés de rester dans le camp de vacance, un peu comme si on avait déménagé. En fait, je crois que Maman a quitté Papa parce qu’ils ne s’aimaient plus et que c’est pour ça qu’elle pleure parfois la nuit quant elle croit que je dors. En tout cas moi et Martin, mon amoureux, on s’aimera toujours.
Dans le réfectoire, il faut se dépêcher, se dépêcher de se faire servir si on veut avoir du rab, se dépêcher de s’asseoir et se dépêcher de manger. D’ailleurs, entre nous on l’appelle le réfectoire mais c’est juste une grande salle où on s'assoit et où on mange une soupe de patates et de choux. Mais les cuisiniers, ils ne doivent pas être très bons parce que, dans la soupe, il y a les épluchures des patates et à mon avis ils mettent trop d’eau.
« -Maman, j’ai fini de manger, je peux aller jouer avec mes copains ?
-Bien sûr Sarah, mais ne tarde pas à rentrer.
-D’accord »
Je sors dehors pour retrouver mes copains. Il y a Martin, mon amoureux qui a 9 ans, Émile, son frère, Anna, qui est un peu peureuse et Léa, qui est un peu la chef du groupe.
« Eh salut Sarah !
-Oh salut Léa, salut Anna, vous savez où sont les garçons ?
-Oui ils sont dehors, il paraît qu'Émile a trouvé un truc fantastique.
-Chouette ! »
Émile, c’est un peu notre trésorier, il a plein d’objets formidables, et on l’aime bien même si il a un peu l’air bête avec ses lunettes. Tiens le voilà avec Martin.
« -Salut les garçons. Alors qu’est ce que tu as trouvé Émile ?
-Regardez, il dit Émile en remontant ses lunettes (ça m’énerve un peu quand il fait ça), c’est ça, une vraie bille et elle est en terre cuite en plus. »
Ouah ! Une bille, ça c’est chouette, c’est vraiment un bon trésorier Émile.
« -et comment tu l’as eu ? demande Anna
-Je l’ai échangé à un grand contre une cigarette que j’avais trouvé par terre.
-Waouh ! On s’exclame en cœur »
Après, on se met à jouer, puis au bout d’un moment, Anna dit :
« -Bon je dois y aller, sinon ma tante va s’inquiéter.
-Moi aussi, dit Léa.
-Bon, ben j’y vais aussi, s’exclame Émile, Bonne lecture ce soir Sarah. »
Ils sont gentils mes copains, de me laisser un peu discuter avec Martin toute seule.
« -Alors Sarah, comment va ta mère ?
-toujours bien, et ton père il tousse encore ?
-Ouais, j’espère qu’il ira mieux à la fin de la semaine pour le déménagement.
-le déménagement ?
-Ben Ou, tu n’es pas au courant ? Il paraît que l’on va nous déménager dans des autres bâtiments plus beaux pendant quelques jours.
-Pourquoi ?
-Je n’en sais rien, peut-être qu’ils vont refaire ces bâtiments pendant ce temps
-Oui, peut-être. Bon j’y vais sinon ma mère va s’inquiéter.
-D’accord, A bientôt Sarah.
-A bientôt Martin »
Tiens, c’est bizarre, Maman ne m’a pas parlé de ce déménagement. Bah, je verrai bien dans notre bâtiment.
« -Maman, dis-moi, Martin m’a parlé d’un déménagement dans quelques jours, est-ce que c’est vrai ?
-Oui, ma chérie, les dirigeants du camp vont nous amener dans des autres bâtiments.
-Mais pourquoi ?
« Je n’en sais rien Sarah, mais tu devras être très prudente même si tu es séparé de maman, d’accord ?
-D’accord maman.
-Bonne nuit ma chérie. »
C’est étrange, Maman n’a pas l’air de trouver ça bien. Pourtant nous allons déménager, ce sera marrant et puis il y aura les hommes en uniforme vert, ils sont marrant ceux-là même si ils me regardent parfois bizarrement.
Quelques jours plus tard
« -Allez, Allez, Schneider Judée ! »
Hé ben il s’est levé du pied gauche celui là. En tout cas, c’est pas aussi chouette que ça de déménager. Et puis, c’est bizarre il y a plein d magasins et de maisons comme dans la ville où j’étais avant d’aller dans le camp de vacances mas c’est comme si il n’y avait jamais eu personne dedans, ils ont l’air tout neufs.
« -Allez Sarah chérie, dépêche-toi.
-J’arrive Maman »
Les monsieurs en vert nous amènent vers une sorte de grand place. Il y a un homme sur une estrade, et on dirait qu’il va faire un discours
« -Écoutez-moi bien, Juifs, nous allons vous mettre dans ces maisons et des gens vont arriver et vous poser des questions : ils vont vous demander si on vous nourrit bien, si vous êtes bien logés … Vous allez leurs répondre que oui et tout se passera bien sinon vous serez rossés. Et si vous n'avez pas peur de la douleur, nous tuerons vos proches devant vos yeux. »
Mais c’est malhonnête, c’est des menaces !
« -Maman, pourquoi le monsieur nous oblige à dire ça ?
-c’est comme ça, ma chérie nous allons faire ce qu’il dit.
-Mais…
-Il n’y a pas de mais Sarah, tu feras ce que l’on te dit »
Mais ça ne va pas, c’est pas un camp de vacances, ça. Mais oui, et tous ces vieux et ces handicapés qu’on emmenait dans des wagons, et Mr Ducoq qui a disparu après avoir insulté un garde. Et ces gens qu’on amenait à Auschwitz c’était… pour y mourir ?
« -Allez maintenant, et souvenez vous de ce que j’ai dit… »
C’est ça, sale meurtrier…
« Hé, Sarah !
-Martin ?
-tu as vu ça ? C'est dégueulasse. On ne ferait pas ça dans un camp de vacances, tu ne crois pas?
-Oui, c'est louche tout ça, il va falloir enquêter. Où est Émile ?
-Ils l'ont déjà mis dans une maison avec mon père mais il n'y avait pas assez de place pour moi alors ils m'ont dit d'attendre.
-Vous, Kindern, Hier, venez ici. »
Sale bonhomme, tu pourrais pas attendre que ma maman arrive ? Mais, au fait, elle est où Maman ? Elle était la il y a deux minutes !
« Maman !
-Was ? Ta mère n'est pas ici, allez, dépêche-toi, petite.
-Mais...
-Allez, viens Sarah, sinon ils vont nous frapper.
-Mais ils n'ont pas le droit, c'est pas un camp de vacances...
-Allez Sarah, dépêche-toi. »
Mais c'est injuste. J'ai envie de pleurer. Je veux revoir Maman, et Nathan, et Joseph, Et aussi Papa. Et ils sont où d'abord ? Maman m'a dit qu'ils étaient allés dans un autre camp mais je ne les ai pas revu depuis que l'on a quitté l'appartement, à Prague. J'ai peur.
-Sarah, arrête de pleurer, qu'est-ce qu'il y a ?
-Oh, toi, laisse-moi, tu savais que ce n'était pas un camp de vacances, on est en prison hein ?
-De quoi ? Mais c'est toi qui m'avait dit que c'était un camp de vacances quand on est arrivés et puis d'abord, moi j'y suis pour rien si ta mère, elle a disparu. »
ça m'énerve mais au fond de moi, je sais bien que Martin n'y est pour rien. Pourtant je suis énervée et il faut que je me défoule. Enfin je pourrai bientôt tout dire aux gens qui vont venir me voir.
« Tu t'appelles comment ?
-Sarah.
-Sarah comment ?
-Sarah Eisenstein.
-Tu sais qui je suis ?
-Non
-Je suis une dame de la croix rouge et je vais te poser des questions. Tu vas devoir me répondre honnêtement, d'accord petite ?
-Oui Madame
-tu peux m'appeler Simone
- D'accord Madame Simone.
-Alors, dis-moi, est-ce que tu est bien logée ? »
Sinon vous serez rossés
-Oui
-Bien, et est-ce que tu es bien nourries ? »
Nous tuerons vos proches devant vous
« -Oui.
-Tu es avec ta famille ? »
Nous tuerons vos proches
« -Oui
-et est-ce que les gardes sont gentils avec toi ? »
On va dans un endroit où on pourra se reposer. Dans un camp de vacances qui s'appelle Auschwitz. Elle m'embrasse comme si elle était contente que l'on ne soit pas allées dans l'autre camp. Je vois bien qu'elle est un peu triste de ne pas voir les garçons tout de suite. C'est pour ça qu'elle pleure parfois la nuit quand elle croit que je dors. Les cuisiniers, ils ne doivent pas être très doués. C'est dégueulasse. C'est dégueulasse. C'est dégueulasse.
« Hé petite, tu vas bien, pourquoi tu pleures ?
-Non, Non, ça va, c'est juste que...rien.
-Tu es sûre ?
-Oui, Oui.
-Bon hé bien, tant pis. Au revoir petite.
-Au revoir. »
ça y est, elle est partie. Sale mégère, va. J'en ai ras le bol de tout ça. Je veux voir ma Maman, mes frères et mon père.
« -Sarah ! Tu es là ?
-Je suis ici Martin.
-ça va ?
-Oui.
-un homme est venu me voir et il m'a posé des questions, j'ai été obligé de lui répondre que j'étais bien ici.
-Moi aussi.
-Qu'est -ce que tu as, tu es toujours en colère ?
-Oui
-Allez viens, on rentre maintenant.
-J'arrive »
le soir
«-Alors ma chérie, qu'est-ce qui ne va pas ?
-Maman, c'est vrai qu'on est dans une prison ?
-pourquoi est ce que tu dis ça, Sarah chérie ?
-Les gens ne seraient pas comme ça si on était dans un camp de vacances. Dis, Maman est-ce qu'on sortira bientôt ?
-Oui, ma chérie, je l'espère, maintenant dors.
-Bonne nuit Maman. »
je me demande pourquoi Maman est en prison. Bah, de toutes façons, on sortira bientôt parce qu'à mon avis, elle n'a pas dû commettre un gros crime. Bon, allez je vais dormir maintenant.
Le lendemain
« -Hé Martin, Émile, par ici !
-Salut les filles, alors comment ça va ?
-ça va Martin, Hé, à votre avis, pourquoi on est en prison ?
-Moi, je pense que c'est parce que nos parents ils ont tué des gens. »
n'importe quoi cette Anna, elle est quand même un peu bizarre.
«-n'importe quoi. Ma mère c'est pas une meurtrière.
-non, moi j'ai entendu des gens qui disaient que c'est parce qu'on est pas d'accord avec Hitler. »
ça, c'est Émile tout craché.
«-Bien sûr, et pourquoi pas parce qu'on est Juif tant que tu y es.
-Bon, le problème, c'est pas de savoir pourquoi on est là, mais comment on va s'échapper pas vrai les filles, pas vrai Émile ?
-Ouais t'as raison Martin, voilà comment on va faire... »
1 an plus tard
« -Salut Martin.
-Salut Sarah, alors prête ?
-Oui. On récapitule une dernière fois avant que les autres arrivent ?
-O.K: alors voilà ; Émile et Anna distraient les gardes vert-de-gris en se disputant, pendant ce temps toi et moi, on entre dans le poste de garde pour prendre les clés de la porte. Au bout d'une minute, Léa arrive pour déclencher une bagarre et nous donner le temps de sortir. Puis on attend le soir et on se regroupe à la tombée de la nuit avec nos parents pour filer d'ici, d'accord ?
« D'accord. »
Quel héros mon Martin. Je suis impatiente de m'évader et de retourner à Prague pour revoir l'oncle Hubert, retourner dans la petite épicerie à coté de notre appartement. J'ai hâte que tout soit de nouveau comme avant. Je n'ai pas encore prévenu Maman parce qu'elle tousse beaucoup en ce moment, elle doit avoir attrapée un rhume. Je lui dirai juste avant de partir, ce soir. Ah! Voilà les autres.
« -Salut Émile, salut les filles alors vous êtes tous prêts ?
-Oui.
-Oui.
-Prêt.
-Bon, alors allez-y Émile et Anna.
-C'est parti ! »
ils y vont ! J'ai une grosse boule dans la gorge et j'ai chaud de partout mais je pense que c'est normal. Ça y est, ils commencent à se crier dessus. Ah les gardes s'approchent, c'est à nous de jouer.
« -Allez Sarah, on y va, vite! »
vite, je me mets à courir derrière Martin. On se cache vers le mur, on compte jusqu'à 3 et... hop, nous voilà dans la cabane. On s'installe derrière un coffre et on cherche les clés de la porte. Ça fait un an qu'on les regardent chaque jour alors maintenant on les connaît.
« psst, Sarah, regarde, les voilà. »
des cris dehors, ça doit être Léa qui arrive.
« je suis trop loin pour les prendre, essaie, toi, Sarah.
-D'accord. »
Je tends la main, encore quelques centimètres, je les ai !
« -Hé toi là-bas, Was machst du ?
-Quoi ?!
-Quoi ?!
« qu'est-ce que vous faites là ?
-euh... rien, on est nouveau et on s'est perdus
-oui, c'est ça monsieur, on c'est trompé...
-Ah oui ? Et vous êtes dans quel bâtiment ?
-Celui-là, la bas, vous voyez ?
-Ach ja , et quelles sont vos noms ?
-Sarah Eisenstein
-Martin Ziupage
- Gut, allez, partez maintenant.
-c'est vrai, on peut partir ?
-merci beaucoup, monsieur »
Ouah, il est gentil le monsieur de pas nous avoir puni, le monsieur. Surtout quand on voit ce qu'ils font aux adultes. Mais je ne devrai pas en parler à Maman sinon elle va s'inquiéter.
« C'est bizarre tout ça, tu ne trouve pas Sarah ?
-Non, je pense que ce monsieur était juste gentil.
-Mouais, en tout cas, on ferait mieux de rentrer tout de suite dans notre bâtiment. »
tard dans la nuit
mmh, qu'est-ce qui se passe, c'est quoi toute cette agitation au milieu de la nuit.
« Allez, viens Sarah ! Dépêche-toi !
-qu'est-ce qui se passe, Maman ?
-Les gardes viennent nous chercher, allez viens, suis-moi et tais-toi. »
c'est bizarre que les monsieurs viennent nous chercher au beau milieu de la nuit. Je me demande pourquoi ? Mais si ! Je me souviens de notre tentative d'évasion de cet après-midi. D'ailleurs j'aperçois Léa, Émile, Martin et Anna. Ils ont dû comprendre que l'on était pas bien ici et ils nous emmène vers un autre endroit mieux que celui-ci. Chouette alors !
Plus tard, quelque part dans la nuit et le brouillard
«Mais Maman, ça ne servira à rien, je ne suis pas sale et de toute façons, je n'aime pas l'eau. Maman, pourquoi tu pleures ?»

Plus de 144 000 juifs ont été déporté au camp de concentration et de transit de Theresienstadt dont 33 000 d'entre eux moururent dans le camp: de famine, de maladies ou de l'épidémie de Typhus qui fit rage à la fin de la guerre. Il y eu également 88 000 juifs qui furent déportés dans des camps d'extermination. On dénombra environ 19 000 survivants, dont à peine 1500 enfants.

Alcide Jolivet

_________________
https://www.youtube.com/watch?v=Lrle0x_DHBM
Ionesco
Revenir en haut Aller en bas
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: Dans la nuit et le brouillard   Jeu 2 Juin - 13:29

J'ai édité, autant que possible je préfère que les membres gardent l'anonymat dans les post, vous êtes libres de parler de vous dans votre profil ou bien par mp, mais pas dans les messages !

Merci de ta compréhension Alcide.

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Pan!
Admin remplaçant
Admin remplaçant
avatar


MessageSujet: Re: Dans la nuit et le brouillard   Jeu 2 Juin - 14:18

argh! c'est vrai, j'avais oublié... bof, pas grave

_________________
https://www.youtube.com/watch?v=Lrle0x_DHBM
Ionesco
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Dans la nuit et le brouillard   Jeu 2 Juin - 15:07

'faudra que je lise, ça !

Un grand bravo à Jolivet qui poste son tout premier écrit sur le site !
Youpiiiiiiiiiiiiiii ! cheers
Dès que je peux, je le lis.

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Artalok

avatar


MessageSujet: Re: Dans la nuit et le brouillard   Mer 15 Juin - 17:32

Ah, le concours de la Résistance... ça me rappelle des souvenirs, tout ça! Smile
Une jolie histoire un peu triste (la pauvre Sarah jeune, naïve et insouciante qui ignore que dans quelques instants elle va mourir asphyxiée... :'( ) avec pas mal de dialogues, mais bon, quand on a à peine 2 heures, on réfléchit pas trop à ça! (et puis ça apporte un certain côté plus "vivant" au texte... : ) )
Ton texte ressemble à "La vie est belle"? Un tout petit peu, certes, mais de là à t'accuser de plagiat! O_O

En tout cas, ça se lit facilement et rapidement, c'est un réel plaisir! ^^ Bonne continuation pour tes prochains textes! ;p
Revenir en haut Aller en bas
http://mangatown.forumgratuit.org/
Gudule
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Dans la nuit et le brouillard   Mer 15 Juin - 20:07

super j'ai adoré (enfin pas trop la fin,moi j'aime pas les histoire ou les héros y meure à la fin) mais bon, très bien raconté

juste un truc pour une meilleur compréhension du texte , au niveau de la mise en page, met un peu d'espace quand tu dis:"
un mois plus tard, tard dans la nuit" ect...
parce que on n'a pas de coupure c'est assez troublant je trouve...
Revenir en haut Aller en bas
Pan!
Admin remplaçant
Admin remplaçant
avatar


MessageSujet: Re: Dans la nuit et le brouillard   Mer 15 Juin - 21:25

Effectivement, la mise en page (entre autres) n'est pas terrible... je vais essayer de voir ça.

Citation :
Bonne continuation pour tes prochains textes!

Trop aimable... Laughing

_________________
https://www.youtube.com/watch?v=Lrle0x_DHBM
Ionesco
Revenir en haut Aller en bas
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
avatar


MessageSujet: Re: Dans la nuit et le brouillard   Jeu 16 Juin - 0:54

* essuie une larme.



En espérant que ce soit le début "d'Alcide l'écrivain"...

_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Dans la nuit et le brouillard   Ven 17 Juin - 11:03

The shadow a écrit:
En espérant que ce soit le début "d'Alcide l'écrivain"...

J'aurais pas mieux dit !

Je viens de le lire, là.
Pas mal la chute : " je ne suis pas sale" Bien trouvé.
C'est bien écrit. Je voudrais juste un peu plus de description.
Bonne continuation pour tes prochains textes.

Je le met dans la catégorie "nouvelle historique". (Qui n'existe plus mais que je vais recréer)

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans la nuit et le brouillard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans la nuit et le brouillard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans la nuit et le brouillard
» [Desarthe, Agnès] Dans la nuit brune
» Dans le nuit du 5 juin 44
» [Cauvin, Patrick] Théâtre dans la nuit
» UNE TRIBU DANS LA NUIT de Glenda Millard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Nouvelles
 :: Historique
-
Sauter vers: