Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 STF

Aller en bas 
AuteurMessage
Euphémia
Lectrice
Euphémia


STF  Empty
MessageSujet: STF    STF  I_icon_minitimeSam 10 Sep - 18:19

I. Prélude mortel



Une sombre nuit.
"Qu’est-ce que je faisais là ! "


Il était presque 20 heure 15 et déjà le ciel s’était obscurcit, je courais à perdre haleine, des types louches couraient aussi. Ils m’auraient bientôt rattrapés. Leurs allures patibulaires ne me laissaient présager rien de bon et je courais comme si j’avais le Diable aux trousses.
Je bifurquais dans une rue puis dans une autre. Curieusement, ce soir, il n’y avait personne dans les rues, c’était match de foot ce soir et tout le monde s’était précipité sur son divan avec des amis et des bières.
Les femmes, elles, préparaient le repas du soir, ou bien elles avaient rejoint le clan des supporters où bien elles occupaient leur temps comme elles le pouvaient.

"Mais qu’est-ce que je faisais dehors à cette heure ci ? "

J’étais bien incapable de m’en souvenir tant l’angoisse me prenait aux tripes.J’avais le cœur aux bords des lèvres, je le sentais prêt à se rompre tant il était peu habitué à ce rythme effréné.A un moment, je crus les avoir semé ; je tentais de reprendre mon souffle puis j’accélérais le pas.
Il se mit à pleuvoir.
Des gouttes fines et éparses tombaient doucement puis ce fut des cataractes qui prirent le relais, voilant ma vision comme un écran de télévision opaque.
Un des types avait réussi à me rejoindre et lorsque je vis son ombre puis ses yeux malveillants, la peur me tétanisa. J’allais défaillir.

"Bon sang ! Remue-toi pensais-je, tu as intérêt à déguerpir rapidement, il en va de ton salut ! "

Je luttais contre cet engourdissement de frayeur et je repris ma course éperdue vers un point de sauvegarde.
Non, nous n’étions pas dans un jeu, c’était bien réel et cela m’arrivait, à moi.
On pense toujours que le mauvais sort s’abat sur les autres et qu’on passera au travers de toutes les épreuves, ou presque, de la vie et bien souvent les autres, ces fameux « autres » c’est nous, nous faisons partie de ce lot.
On se ferme les yeux pour ne pas y croire, on s’invente mille et une raisons de ne pas se retrouver un jour
dans un encart des faits divers.On en vient à s’estimer heureux d’être épargné par la maladie, il faut cependant prendre en considération les obstacles, les accidents que la vie peut nous réserver.

Notre destin est-il déjà écrit ou pouvons-nous le modifier à loisir !

"Mais pourquoi ai-je tourné ici mais pourquoi ? Me mortifiais-je, je ne reconnais rien avec cette maudite pluie !
Me cacher !
Où ? "

J’en étais à me poser ces questions quand ma tête heurta violemment ce qui m’a semblé être un arbre puis ce fut la nuit.
Le trou noir.



La nuit était belle.
Le ciel était dégagé et les étoiles commençaient à luire comme de jolies lucioles accrochées sur la toile du Maître.
C’était magnifique. Un instant magique.
Je contemplais ce tableau en ayant l’impression de faire partie du décor.
J’eus soudain froid, j’étais trempée et je voulus me relever.Rien ne bougea. Mon corps refusa d’obtempérer.
Ma tête était lourde et semblait peser de tout son poids sur mon âme vacillante et le fait de la redresser,
ravivait la douleur du choc frontal.
Des douleurs vinrent raviver ma mémoire, les évènements précédents puis ce fut la révélation dans mon esprit,
toute l’horreur de la situation me revint.Ces hommes qui me coursaient, le choc contre l’arbre et le néant.
"Que m’était-il arrivée ? "
Je tentais de relever la tête et je vis un corps dévasté, mon corps, on me l’avait souillé.
Partout ou je posais les yeux ce n’était que plaies et taillades, des bleus ombraient déjà ma peau,
cette peau qui prenait un teint livide, les sillons de mon sang mêlés à l’eau de pluie formait des flaques rouges autour de moi.
"Ces porcs m’avaient-ils violé ? "
Impossible de le déterminer, je ne ressentais plus rien, mon corps s’engourdissait lentement. Ma main, de la vision que j’avais d’elle, flottait dans une mare brunâtre.
Elle refusait de bouger, quand au reste du corps, je ne ressentais plus rien, plus aucune sensation hormis le froid qui s’installait.

"Ça n’a pas de sens ! Ce n’est pas possible ! Tentais-je de me rassurer, pas moi ! Pas moi ! "

Des larmes s’ajoutèrent à la pluie qui reprit de plus belle, elles coulèrent presque involontairement, et je tentais de crier :
A l’aide ! Je vous en prie ! Aidez-moi !
Aucun son ne sortait de ma gorge, cet appel muet rendait la scène, de mon point de vue, plus sordide encore.

La pluie.
La pluie sur mon visage, la seule, l’unique sensation qui me restait.Je la recevais comme une bienfaitrice, je savais désormais que ma vie, lentement, s’évanouissait.
Mon destin était scellé, je n’avais plus qu’à attendre mon dernier souffle.Je commençais à me résigner sur le sort que je me voyais déjà attribué. La mort arrivait à pas feutré et me fauchait à petites doses, tranchant ma vie en part inégales.

Puis, mes yeux se fermèrent sous l’incandescence de cette lumière aveuglante.
Le chemin vers cette source scintillante s’était ouvert et je me précipitais vers mon ultime voyage.

" Etait-ce là mon lieu de salut, ma délivrance ? "

Mes yeux purent de nouveau s’ouvrirent. Les rais de lumière venaient m’éclairer de façon saccadée, des ombres de part et d’autres jouaient avec les effets de cette lumière.

Non, ce n’était pas là mon dernier voyage. Je repris espoir.
On venait me sauver, pourvu qu'il ne soit pas trop tard, j'espèrais encore, et depuis quand je pataugeais dans cette boue mêlant le fluide de ma vie dans l'eau de la pluie

Je ne pouvais toujours pas sortir un son et mes grimaces pour tenter de crier restaient sans effet mais je regardais ce point lumineux qui se rapprochait.
Mes yeux, grands ouverts, cherchaient la moindre attention, ils fixaient les ombres longilignes, les attirant vers ma personne.
Enfin je les vis, auréolés par cette lumière artificielle, je les distinguais mal mais ce que je vis me stupéfia.
Je me serais crue dans un épisode de la quatrième dimension. Ils ne ressemblaient pas à des êtres humains.
" C’était si incroyable ! "
Je devais sûrement être dans un rêve et les évènements précédents devaient aussi faire partie du rêve !
Je rêvais, voilà tout, j’allais me réveiller et reprendre ma vie quotidienne, juste un rêve, simplement un rêve.








Dernière édition par Euphémia le Dim 11 Sep - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Coco.B
Ecrivain
Coco.B


STF  Empty
MessageSujet: Re: STF    STF  I_icon_minitimeSam 10 Sep - 19:09

J'aime bien, mais le théme de la fille qui se fait courseer, croit mourrir et se fait sauver c'est un peu du déjà vu. Mais bon comme ce sont des extraterrestres qui la sauvent ça efface un peu. J'aime bien quand elle parle de ce qu'elle ressent quand elle croit mourrir, je trouve ça plutot bien écrit. Pour revenir sur les martiens, il sortent vraiment de nul part et ça fait bizarre, peut être que tu devrais faire une phrase pour vraiment faire comprendre que c'est pas normal, parce que la lumière artificielle, ça peut être terrien. Tu pourrais décrire une forme dans le ciel ou un truc comme ça.

Mais bon sinon franchement c'est pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
http://notdead.forumactif.org
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
The shadow


STF  Empty
MessageSujet: Re: STF    STF  I_icon_minitimeSam 10 Sep - 19:33

Pourquoi tous ces retours à la ligne ? ça a un peu perturbé ma lecture.

Il y a quelques constructions un peu maladroites, j'ai relevé:

Citation :
Les femmes, elles, préparaient le repas du soir, ou bien elles avaient rejoint le clan des supporters ou soit elles occupaient leur temps comme elles le pouvaient.

le "ou soit" c'est pas terrible.

Là, c'est pas que c'est maladroit c'est juste de la mise forme:
Citation :
Bon sang ! Remue-toi pensais-je, tu as intérêt à déguerpir rapidement, il en va de ton salut !
Faudrait séparer les pensées de la narration. Comme ceci:
"Bon sang, remue-toi!", pensais-je, "tu as intérêt à déguerpir rapidement, il en va de ton salut !".
En utilisant les guillemets. Faut il séparer par des points, ou est ce qu'une virgule suffit ? j'ai un doute pour le coup.

Citation :
Mais pourquoi ai-je tourné ici mais pourquoi ? Me mortifiais-je, je ne reconnais rien avec cette maudite pluie !
même principe

Citation :
Ces porcs m’avaient-ils violé !
Je ne comprends pas l'utilisation du point d'exclamation. J'aurais plus vu une interrogation.

Citation :
On venait me sauver, pourvu qu'il ne soit pas trop tard, je me fis la réflexion, et depuis quand je patauge dans cette boue mêlant le fluide de ma vie à la vie de la terre.
Ce passage est un peu indigeste. C'est dû à un problème de ponctuation.


Bon, sinon c'est pas mal.

_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
Euphémia
Lectrice
Euphémia


STF  Empty
MessageSujet: Re: STF    STF  I_icon_minitimeDim 11 Sep - 18:07

Hum... pour ma défense, je dirais que ce n'est pas ce genre d'histoire que je maitrise le mieux, je voulais juste me lancer et voir !

En fait, je m'aperçois que mon texte n'est peut-être pas assez développé mais en même temps, je n'ai pas envie de m'imposer dans le texte, je souhaite surtout que le lecteur puisse imaginer le déroulement de l'histoire et voir si ça correspond bien à la suite qui y sera apportée !

Citation :
J'aime bien, mais le théme de la fille qui se fait courseer, croit mourrir et se fait sauver c'est un peu du déjà vu. Mais bon comme ce sont des extraterrestres qui la sauvent ça efface un peu.
Oui je sais Coco, ça fait cliché mais je la voyais mal mourir en sautant d'un pont ou renversée par une voiture.

Pour ce qui est de la lumière, je pense développer plus ce passage dans un flash back.

Merci Shadow pour tes conseils, je vais de ce pas rectifier ces anomalies et pour ce qui est des retours , je vais tenter d'améliorer ça aussi, je pensais bien faire afin que le texte paraisse moins compact, je me suis plantée ^^

Si tu vois un autre détail peu concluant après la modification , n'hésite pas à me le faire remarquer Shadow Wink
Revenir en haut Aller en bas
Gudule
Ecrivain
Gudule


STF  Empty
MessageSujet: Re: STF    STF  I_icon_minitimeDim 11 Sep - 21:26

J'ai beaucoup aimé mais moins la fin. Je suis d'accord avec Coco, tu pourrais rajouter quelques trucs.
Revenir en haut Aller en bas
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
The shadow


STF  Empty
MessageSujet: Re: STF    STF  I_icon_minitimeDim 11 Sep - 21:58

Euphémia a écrit:
Si tu vois un autre détail peu concluant après la modification , n'hésite pas à me le faire remarquer Shadow

OK Wink
En attendant, en jettant un rapide coup d'oeil ça m'a l'air bien mieux.

_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
Anawaan

Anawaan


STF  Empty
MessageSujet: Re: STF    STF  I_icon_minitimeLun 12 Sep - 18:49

Bien que quelques petits détails restent à régler, je pense que c'est tout de même un bon texte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




STF  Empty
MessageSujet: Re: STF    STF  I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
STF
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Fictions & Romans
 :: Science-Fiction
-
Sauter vers: