Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Extrait de mon prochain livre qui va sortir chez "Edilivre" !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pedrito
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Extrait de mon prochain livre qui va sortir chez "Edilivre" !   Mar 20 Nov - 10:29



LUS FORTE ETAIT LA HAINE !
Roman
Désiré Sanchez
 
 
 
Dans la misère du temps, bien des hommes luttèrent, ayant au coeur l'envie de surmonter leurs destins en des gloires bien éphémères.
Dans cette Espagne jadis glorieuse, riche de toutes ces mines d'or d'Amérique, peu de gens en profitèrent, ces fortunes en fait, ne firent que passer vers des marchands de tous poils, vers un "eldorado" illusoire, comme le montra l'histoire.
Alors l'esclavage ne prit jamais fin... les grands propriètaires fonciers ou industriels, savent encore de nos jours, emporter les ouvriers vers un avenir de peines et de chagrins...
Je vais essayer d'écrire mes pensées, mes souvenirs et ceux des anciens de la guerre civile espagnole que j'ai connus dans mon enfance et qui ne purent jamais exprimer leurs sentiments à une échelle suffisante !
Je n'ai aucune prétention, j'ai lutté dans ma vie après des études moyennes, je ne pense pas avoir moins réussi que d'autres ! Je n'ai pas non plus l'éducation d'un tribun ou de journalistes dignes de ce nom...
Ces hommes d'autrefois qui immigrèrent dans cette France, que trop de gens qui en profitent rejettent ! Je vous annonce que ce n'était pas le cas des Polonais, des Italiens, des Portugais, des Espagnols qui y firent souche, y élevèrent leurs enfants et n'admettent pas qu'on insulte la France !
De plus ils ont apporté les fruits de leur travail ! Si les justes avantages sociaux existent, on les doit irrémédiablement à ces immigrés de valeur et aux ouvriers de France dont les "maçons de la Creuse" jadis !
Je le répète, je n'ai pas l'éducation ni la culture des tribuns, journalistes dignes de ce nom, cependant j'ai mon vécu, mes souvenirs, qui en valent d'autres...
Dans cette Espagne héritière d'un passé prodigieux, où les fortunes ne firent que changer de mains, sans aucun profit pour la grande majorité des "petites gens" des hommes se révoltèrent, luttérent contre Hitler et ses acolytes, avertissant les autres démocraties, qui ne firent que très peu d'effort pour les aider, ensuite, l'histoire parle pour eux...
Je vais parler de certains faits de la guerre civile espagnole, n'ayant nullement l'illusion de vous en faire un "topo" historique, je laisse cela aux historiens...
Dans la bataille de "l'Ebro" les chefs de l'armée Républicaine espagnole, commirent l'irréparable, traverser le fleuve pour défier une armée, mieux équipée, mieux commandée, fut une pure folie...
Par ailleurs, sur le front d'Aragon, là aussi les troupes Franquistes causèrent la perte de tous ces soldats mal entraînés, encore plus mal équipés, qui partirent en de longues marches vers les Pyrénées et le Val d'Aran qu'ils franchirent pour certains, sans équipement suffisant,
en plein mois de février...
C'est un peu comme ces soldats Français qui périrent de froid et de faim dans la retraite de Russie...
Je vais vous conter brièvement l'histoire d'un petit aviateur espagnol qui avec son "coucou" osa aller poser une petite bombe sur le pont d'un cuirassé Allemand en appui devant Barcelone...
Plusieurs marins furent tués, le Commandant de ce "colosse naval" pour se venger en repassant Gibraltar, fit ouvrir le feu sur des villages de la cote espagnole, des obus de gros calibres traversèrent des maisons, tuant femmes, vieillards, enfants et bébés, que dire de plus ?
La propagande n'est pas d'hier, plus tard on l'appela de "l'intox" et je veux vous parler un peu de la "pasionaria" femme devenue légendaire (bien qu'elle s'abrita ensuite en Russie bolchévique) et qui lançait dans son micro ce non moins connu "no pasaràn" (ils ne passeront pas) que reprit ensuite cette canaille de Mussolini en disant "siamo pasato" (nous sommes passés)...
Il faut savoir que longtemps après la guerre civile, ce salopard de Franco (j'ose employer ce terme, à mon sens, il n'y en a pas d'autres) faisait abattre chaque matin dans les prisons ce qu'ils appelaient "un sur deux" c'est à dire qu'au gré de ces "fumiers" chaque matin ils désignaient un prisonnier sur deux pour aller se faire fusiller...
Et c'est moi, qui invente ?
Ces "Anarchistes" Républicains espagnols ne se dégonflèrent pas devant les saletés des caciques; je sais bien que peu de jeunes savent aujourd'hui ce qu'il arriva en ces années là ! Ils préfèrent manisfester pour leurs retraites quarante ans à l'avance ! Ce qui me sidère et me laisse sans voix !
En ces années là, le Roi d'espagne était un imbécile (Alphonse XIII) incapable de gouverner en dehors de ses agapes, ce que Juan Carlos comprit ensuite en déclarant "je veux être le Roi de tous les espagnols" faisant voter les "Cortés" (assemblée nationale) mais avec son épouse, ne participèrent jamais en allant voter eux mêmes, car ils considéraient que leurs rôles était d'unir et de laisser le peuple choisir ! (Messieurs les politiques, que cela vous serve d'exemple).
Vous me direz que ce n'est pas une panacée non plus ! Je l'admets, mais sommes nous certains que nos Républiques fonctionnent mieux que les monarchies libérales ?
J'aimerais aussi parler de "Durruti" ce chef anarchiste qui trouva la mort (assassiné dans le dos) et qui mériterait à lui seul un livre tout entier !
Il était redouté car implacable, avec lui, même les gitans marchaient droit, il n'attendait l'aide d'aucun gouvernement (donc lucide) il voulait une vie décente pour tous, est-ce là un crime inexpiable ?
Ce qui caractèrise les Espagnols, c'est que comme presque tous les latins, ils ont la joie de vivre, chantent toujours un air de leur province d'origine, du flamenco, du fandango, de la "jota" ou encore en Basque en Catalan, sans oublier les hommes des montagnes Cantabriques, des Asturies, autant que de la belle Andalousie...
J'ai connu dans mon enfance des repas de Rois, attablés sous les figuiers les soirs d'été, le vin bu au "porron" les paëllas maison, donnaient des moments de bonheur, incomparables aujourd'hui; si vous ne connaissez pas cela, difficile à expliquer, c'est un peu comme les gens qui n'ont jamais mangé des pâtes dans une famille Italienne, rien à voir avec celles que vous trouvez dans les supermarchés...
J'ai passé ma vie en voyages professionnels et désormais dans ma belle Corrèze, je goûte un peu au bonheur, incomplet certes, mais en avançant vers l'apogée de nos vies, il est impossible d'en profiter comme lorsque nous étions dans la force de l'âge...
Alors quand des jeunes me disent :"t'es bien assis sur ta retraite toi !" je leur réponds que cela n'est pas venu tout seul et que dans une société on ne peut pas prendre sans donner, sinon c'est la "cata" rapidement, ce que je crains hélas...
Je vais revenir en ces années du front populaire en France qui correspond au début de la guerre civile espagnole...
Les ouvriers de cette époque étaient presque tous communistes, comment pouvaient-ils être autre chose ?
Seulement si le communisme était un espoir de société, ça se saurait depuis, non ?
Alors quand ils osaient exhorter des jeunes espagnols immigrés en France : "si vous n'allez pas aider la République espagnole, vous ne reverrez jamais votre pays"... çà, Il faut oser le dire !
Comme certaines "sectes"... quand on démontre à ces gens ce qu'ils ont dit et publié des années auparavant, ils crient à "l'apostasie" ! Vous faisant croire que sur Dieu, c'est eux seuls qui savent la vérité ! Quel orgueil, Dieu n'appartient à personne, c'est nous qui lui appartenons !
Aussi, permettez moi de dire que toutes les religions sont aussi fautives les unes que les autres, car à l'époque où peu de gens savaient lire, les prêtres de tous bords, fichaient la "trouille" aux gens (an mille) seulement depuis nous savons lire également, de toute façon c'est un peu comme les livres de droit, même les avocats s'y perdent...

Je vais revenir par moments sur la guerre civile espagnole (36/39) mais je souhaite faire d'autres commentaires au gré de ce que je ressens...
Il est des situations qu'il faut vivre pour en avoir une idée, je vais citer deux exemples : si vous n'avez jamais sauté en parachute ou plongé à bord d'un sous-marin, vous n'en avez qu'un sentiment imparfait !
Ce qui m'irrite aussi maintenant, ce sont les gens qui obtiennent des droits sociaux, sans avoir jamais cotisé et qui se permettent ensuite de rejeter la France !
Là, je ne peux pas l'accepter !
Il n'est pas question à mon sens d'en vouloir à un homme pour la couleur de sa peau, de son ethnie; mais devant l'extrémisme, devant l'intégrisme des uns et des autres, là, je dis NON ?
Je sais bien que personne ne changera ce monde, cela viendra en son temps, mais rien ne m'interdit de dire que les comportements inhumains m'horripilent !
Il y a toujours eu trop d'égoisme entre les hommes, un manque de "spiritualité" surtout ! De plus bien des organisations sociales sont pleines de pièges administratifs, de toute sortes ! On nous dit que "nul n'est censé ignorer la loi" ! Bien, dans ses principes élémentaires oui ! Après c'est trop compliqué pour la plupart des citoyens...
Pour moi, il y a une chose bien simple, Dieu a jadis donné à Moïse les "dix commandements" pas un de plus ! Il aurait suffi aux hommes de respecter cela, d'obéir et rien de tous ces drames que nous vivons depuis ne seraient arrivés...
Des gens qui naguère se disaient être mes amis, m'ont reproché de me croire "à la droite de Dieu"...d'être intolérant !
Quelles sottises ! Je ne suis nullement chargé d'aucune mission, je ne suis rien de plus qu'un petit Chinois ou Maori ! Je défends la parole Divine, parce que je la crois vraie ! Le reste n'est que philosophie, du "pisse copies"... aucun intérêt !
Des anciens d'espagne m'ont raconté que pendant la guerre civile, les soldats Républicains n'avaient droit qu'à un plat de lentilles par jour et parfois il y avait des jours sans... comment l'emporter dans ces conditions ?
Le matériel que l'URSS a fourni à la République espagnole était de piètre qualité, les camions n'arrêtaient pas de tomber en panne; les services médicaux bien insuffisants, et la liste de tous ces avatars serait trop longue...
De plus les Républicains se déchirèrent entre eux, à la grande joie des officiers Franquistes...
Pendant la "semaine sanglante" de Barcelone, les anarchistes et les communistes s'entretuèrent allègrement, Les uns pour le "POUM" (parti ouvrier à unification marxiste) les autres pour la FAI (fédération anarchiste ibérique) alors, plus rien ne tint la route, les Franquistes, bien appuyés par les Allemands et les Italiens, étaient unis eux !
Les disputes des Généraux étaient aussi courantes que celles des politiques, Franco lui, lorsqu'il prit en main le pouvoir que lui avait laissé le Général San Jurjo, ne lâcha jamais la bride, (ce Général s'est tué dans un accident d'avion) en rentrant du Portugal, pour prendre la tête de la rébellion fasciste...
 
J'ai fait bien des boulots dans ma vie...
L'écriture bien que difficile me passionne, car elle possède une "essence Divine" tant pis pour "mes chevilles" mais je le ressens comme cela...
J'ai entendu chanter bien des anciens de la guerre civile espagnole, en plus des chansons rituelles, ils aimaient tous ces vieux chants "libertaires" pour ne pas dire plus !
Chose étonnante, mon Père connaissait de pure mémoire des poèmes entiers, de Federico Garcia Lorca, Antonio Machado, Alberti etc...
Pour ma part j'en connais aussi, de plus j'ai une certaine passion pour la poésie, également en Français ! Où je peux aussi réciter des poèmes entiers de Victor Hugo par exemple...
Les "révoltés" d'Espagne n'avaient plus aucune confiance dans les prêtres, ces derniers ont toujours soutenu les "puissants" ce qui n'est pas le rôle d'une église, qui logiquement ne devrait pas se mêler des gouvernements humains, mais elles le firent toutes, alors se commirent des atrocités de part et d'autre (assassinat de Federico Garcia Lorca)... ce furent des massacres qu'aucun idéal ne peut justifier !
Bien sûr, tous ces ouvriers en révolte contre l'oppression, ne pouvaient pas savoir, comprendre, que Dieu n'est pour rien dans la folie démoniaque des hommes...
Je dois dire aussi que la République espagnole reçut l'aide des volontaires des brigades internationales, où ils y avaient des gens de presque tous les pays d'Europe et d'ailleurs... on y vit des Allemands, des Italiens venir lutter contre le fascisme, je suis obligé de le dire.
Cependant, il y eut un accord entre les bélligèrants, chacun devait retirer les aides militaires
présentes sur le sol espagnol, les Républicains le firent (retrait des brigades internationales) pas les Franquistes ! Je vous laisse juge de la malhonnêteté de Franco pour ne dire que cela...
Alors advint la seconde guerre mondiale, où Franco, même s'il accorda à Hitler la division "azul" pour l'aider sur le front Russe, ne prit pas parti ouvertement pour l'axe, bien qu'il en fût d'accord avec eux...
Par contre des anciens d'espagne, se sont engagés dans les maquis de France, dans la 2ème DB du Général Leclerc, plus tard dans la légion étrangère.
Puis se passa en 1945, un fait que beaucoup d'historiens préfèrent taire ! Le Général Leclerc avait promis (aux 40% d'espagnols présents dans la 2ème DB) qu'une fois l'Allemagne nazie vaincue, ils entreraient en Espagne pour règler son compte à Franco et ses sbires ! Mais les Américains dirent non !
Le général Leclerc répondit :"je leur ai promis, que vais-je leur dire maintenant ?".
Mais pour les Américains, l'Espagne était "chasse gardée", elle était pour eux une assurance contre le bolchévisme et constituait aussi le plus grand porte-avions sur l'Europe...
Les femmes luttèrent aussi dans ces affrontements entre espagnols, avec une férocité parfois supérieure aux hommes !
J'ai pour les femmes le plus sincère respect, du moins pour celles qui méritent ce nom ! Les femmes, je les aime ! Une Mère, une soeur, une épouse, une amante, qui n'a pas eu cela dans sa vie ?
Sur certains bateaux de la "Armada" c'est ainsi qu'ils désignent la flotte militaire espagnole, des mutineries se produisirent, des officiers furent éliminés... mais lamentablement, les mutins furent ensuite incapables de bien se servir de ces bateaux pour être d'une quelconque utilité à la République...
Il est évident que l'Angleterre et la France s'abstinrent d'intervenir efficacement pour aider la République espagnole, craignant la réaction de l'Allemagne nazie, mais ce ne fut que "reculer pour mieux sauter" et comme l'a dit un Monsieur que je ne veux pas citer :"ils ont préféré le déshonneur à la guerre, ils ont eu les deux" !
Pourtant je sais que bien des bâtiments de la flotte Française étaient en position, en surveillance devant les côtes espagnoles, mais que je sache ils n'agirent jamais !
Parler de la flotte Française, est assez compliqué, cependant en 36/39 n'était pas encore
arrivée la "contradiction" entre la France libre et le gouvernement de Vichy !
Les socialistes étaient au pouvoir en ces temps là, ils ne firent rien !
De cet exode espagnol vers la France il y aurait aussi beaucoup à dire. Peu de jeunes savent maintenant que la plupart de ces gens fuyant la guerre et la haine Franquiste, furent internés dans des camps du sud de la France, gardés même par des tirailleurs Sénégalais ! Le mépris, les conditions de vie que les autorités Françaises imposèrent à ces malheureux est encore une injustice de l'histoire...
Beaucoup furent renvoyés en Espagne et finirent dans les prisons de Franco où un grand nombre fut assassiné pendant des années, comme je l'ai dit plus haut...
Je suis désolé, mais quand on voit aujourd'hui que sous couvert "des droits de l'homme" on permet à des gens sous des prétextes incroyables, de profiter de tout notre système sans aucune contre partie, je m'insurge ! Des gens qui ont quarante ans de cotisation en France et qui n'ont qu'à peine plus de droits que ces gens là ! Qui peut l'accepter ?
Je vois que des dizaines de pétitions circulent et arrivent sur le bureau du Président de la République ! Il va bien falloir redresser la barre un jour ou l'autre ! Car la fraude sociale s'élève quasiment au montant de notre déficit national !
Franco avait fait "ses armes" pendant la guerre du Rif ! Il fut même grièvement blessé, puis il devint Général assez jeune !
La république l'envoya "mater" la révolte des ouvriers mineurs Asturiens, ils auraient dû y voir avec quel sadisme cet officier Général a accompli sa tâche !
Je sais bien que lorsqu'on envoie une armée en campagne, ce n'est pas pour ramasser des fleurs, mais certaines tueries n'apportèrent qu'un peu plus de haine ! Je n'ai nulle envie de vous raconter ces horreurs, mais vous pouvez vérifier dans les livres d'histoires sur ce sujet.
Les assassinats de prêtres, d'évêques même, ainsi que de députés, de poètes etc... firent dire à un grand écrivain Espagnol : "vous avez la force brutale, mais pas l'esprit..." Les Phalangistes n'osèrent pas le toucher, ils le condamnèrent à résidence chez lui où il était
déjà en fin de vie...
Tout cela n'est que mon avis, aussi j'accepte également la contradiction ! Mais avec des arguments ! Ce que je dis ici est peut être un "roman" à ma façon, mais si j'ai dit une bêtise, un seul d'entre mes éventuels lecteurs pourra me contrer !
J'ai eu bien des amis, beaucoup m'ont trahi, mais j'ai mes "fidèles" qui suffisent amplement à mon bonheur...
Aussi je vais emprunter cet aphorisme :"Gardez moi de mes amis, mes ennemis, je m'en charge"...
Cette Espagne de toujours garde sa particularité; je n'y vais plus, même si j'ai encore des cousins là bas... la plupart sont devenus aisés et ils n'ont plus aucun souvenir, ni du passé de leur pays, ni des parents qu'ils ont encore en France !
J'ai pourtant des cousines à qui je téléphone encore, je peux comprendre leurs préoccupations, mais un peuple sans mémoire me fait peur...
Il est vrai que les Espagnols ont une vie sociale que nous ignorons quasiment en France... je veux dire que dès qu'ils sortent du travail, ils se réunissent dans les bars à tapas, ce qui est courant chez eux. Il n'y a pas un bar en Espagne où l'on ne peut pas manger quelque chose en buvant un coup très tard dans la soirée ! Sauf peut être de bonne heure le matin ! Mais en France (pour avoir beaucoup sillonné les routes) ce n'est pas évident non plus de trouver un endroit où boire un café à six heures du matin...
Pour avoir longuement discuté avec des Espagnols plus jeunes que moi, j'ai été interloqué par le non sens de leurs paroles, d'ignorer à ce point l'histoire de nos "anciens" ! Alors c'est peut être moi qui ne suis plus de mon temps, mais j'en éprouve beaucoup de tristesse...
Les anarchistes Espagnols furent très virulents, très actifs, volontaires de la mort pratiquement, ils ne voulaient plus d'une socièté asservissante qu'imposait les "hidalgos"... hélas ils servirent d'exemple aux extrémistes Basques qui empoisonnent la vie des autres, depuis quarante ans environ, leurs crimes contre le bien d'autrui, les assassinats envers de jeunes "guardia civil" ne plaident pas pour eux à mon sens !
L'Espagne est devenue un pays de liberté où malheureusement des immigrés sans vergogne profitent comme chez nous de ce que d'autres ont acquis, construit...
Les Catalans sont plus subtils, ils arrivèrent à une indépendance provinciale en accord avec Madrid, sans aucune effusion de sang, mais leur séparatisme, leur langue qu'ils veulent imposer à tout le monde, cela me fatigue !
Jadis je faisais la douane à la "Junquera", et j'ai eu affaire à bien des "transitaires" qui étaient presque tous trilingues; je vais vous raconter un fait qui m'a marqué, mais je peux en conter plusieurs.
Un jour un inspecteur des douanes me parlait en Catalan, je lui ai fait remarquer que je parlais espagnol, ce Monsieur m'a répondu que le Catalan était sa langue ! Je lui ai rétorqué que la mienne était le Français et comme il parlait parfaitement les deux langues, pourquoi ne faisait-il pas l'effort pour que je comprenne ce qu'il me disait ? Le Catalan, je le comprends très mal, mais quand je voyais des chauffeurs nordiques qui ne pouvaient s'exprimer qu'en Anglais, ces tordus qui se pensaient tout puissants en frontière, les ignoraient !
Alors un jour la colère me submergea !
J'ai dit à un des ces "seigneurs" des douanes, qu'ils étaient trop cons pour faire partie de l'Europe ! Vous imaginez la suite !
De plus, ils se servaient copieusement sur les marchandises comestibles qui étaient dans nos camions, disant qu'ils voulaient "sacar muestras" des prélévements pour analyses alimentaires...
Certes c'était régulier, mais les trois quart de ces "échantillons" finissaient dans leurs poches...
Bien c'est la vie me direz vous et je ne suis pas non plus une "oie blanche"... mais la malhonnêteté à ce point m'a toujours énervé, surtout sous couvert de légalité...
Pour certains je suis "un raciste" ! Je pense qu'ils confondent ce mot avec "'équité sociale" ! Je ne vois pas de quel droit des gens qui ont obligé les Français à quitter leur pays, viennent ici profiter de nos avantages sociaux, imposer leurs modes de vies, alors qu'ils on été incapables d'établir chez un eux un code social acceptable ?
Revenons à l'Espagne. Là bas comme partout, les hommes sont en train de détruire la terre...
Toujours plus de profit, plus de volonté de puissance et d'hégémonie envers les plus faibles, rien n'arrêtera ce monde, mais où peut-il aller ainsi ?
*
J'ai vu qu'à la frontière entre le Chili et l'Argentine, ils projettent de démolir un glacier sous lequel se trouveraient des minerais rares et autres joyaux, alors pour du "pognon" ils vont détruire une des eaux les plus pures de la terre, tuer des milliers d'animaux si on les laisse faire ça ! Je suis sûr que toutes ces canailles tueraient leurs Mères pour gagner du fric ! Inouï !
Je ne parle pas du nucléaire, trop facile et là aussi, plus rien à faire, les spécialistes nous parlent de plusieurs décennies pour revenir à des normes qui de toute façon seraient insuffisantes devant les demandes d'électricité croissantes...
Autre histoire vécue : une jeune étudiante Française était un jour présente pour suivre le cours d'un professeur dans une université de Barcelone. Ce dernier attaqua en Catalan, comme cette jeune étudiante comprenait l'espagnol, elle lui demanda s'il ne pouvait pas parler en espagnol ?
Réponse de ce personnage :"si vous voulez parler espagnol, allez à Madrid ou en Amérique du sud" ! Elle en fut toute ébranlée ! Quelle idiotie partisane, grotesque, stupide...
 
Madrid ! Madrid la fière ! Qui résista jusqu'au bout de la guerre civile et ne se rendit que quand tout fut consommé !
Un Général (que je ne cite pas) avait promis à Franco qu'il irait boire son café dans une rue célèbre de Madrid !
Il n'y parvint jamais, et les Républicains mangèrent du steak de cheval pendant une semaine...
"Pour qui sonne le glas" ! Qui ne connait pas ce fabuleux roman d'Hémingway ? Il y décrit parfaitement ces luttes prolétariennes qui restent sympathiques malgré les horreurs qu'elles entraînèrent...
Comment parler de l'Espagne, sans parler de la "corrida" ?
Dans toutes les corridas que j'ai vues, la musique, le paso doble à la trompette d'harmonie étaient un régal !
Je sais que beaucoup vont m'objecter la mise à mort du taureau !
D'abord, il y a les "novilleros" sortes d'apprentis matadors plus ou moins talentueux (comme les mauvais toreros), qui font énormément "banderiller" la bête, la piquer à la lance d'un cavalier dont le cheval est bien protégé des cornes du taureau, ce qui n'était pas le cas avant, cela pour qu'elle perde un maximum de forces et de réflexes...
Mais il y a aussi les "Diestros" ces grands Maitres de l'art tauromachique qui posent eux mêmes les bandérilles et prennent un maximum de risques dans leurs passes.
Je vais vous rappeler que "El Cordobés" par exemple, prenait tellement de risques inouïs que les gens à l'époque disaient :" allez vite le voir avant qu'il ne se fasse tuer"... bien des toreros trouvèrent la mort dans les arènes, Manoleté, Paquiri etc...
La corrida sauve plus de bêtes qu'elle n'en tue et bien des races taurines n'existeraient plus sans elle.
Je ne suis pas sûr que la totalité des bêtes de nos élevages ne finissent pas à l'abattoir...
Pour avoir chargé dans presque tous les abattoirs de "France et de Navarre"... je termine en vous disant que la mort y est aussi horrible qu'aux arènes le soir...
Après la seconde guerre mondiale, Franco avait réclamé l'or espagnol à l'URSS ! Ces derniers répondirent qu'ils le rendraient à la République Espagnole ! Donc je ne pense pas qu'ils l'aient rendu un jour...
Dans le pays Basque la fureur fut à son comble, l'esprit du peuple Basque dont on ne connait pas l'origine exacte de leur langue, a toujours été à l'exemple des Catalans, des foyers de révolte contre le gouvernement de Madrid !
Moi je n'ai jamais aimé cela ! Si en France il y a des revendications de certaines régions, Corse et Bretagne notamment, ils n'ont aucun intérêt à quitter le giron National et comme l'avait dit Monsieur Raymond Barre en son temps :" Si les corses veulent leur indépendance, qu'ils la prennent" ! Mais la majorité du peuple Corse si elle tient à son originalité, est consciente qu'une fois indépendante, l'île sombrerait, soit à des puissances autres que la France, soit dans une dictature des clans et les Corses ne veulent pas ça, je l'ai entendu moi même car à une époque j'y allais assez souvent...
A l'heure où la construction de l'Europe est bien avançée, comment rendre des régions entières indépendantes ? Pure démagogie ! De plus il y a suffisamment de langues, trop même sûrement... aux Etats Unis quatre langues sont parlées généralement et c'est largement suffisant, non ?
Sinon je peux dire moi aussi "Vive la Corrèze indépendante et le patois du Limousin !" un peu idiot, n'est-ce pas ?
Bien sûr des patois régionaux existent dans tous les pays, c'est aussi le cas en Espagne, du Catalan au Basque en passant par l'Asturien, le Gallejo, le Valencian, c'est déjà assez compliqué, c'est la raison pour laquelle Franco avait imposé le Castellano (véritable espagnol d'origine) et interdit toutes les autres formes d'expressions, ce qui bien sûr ne fit que provoquer Basques et Catalans ! Mais que cela est lassant !
Que chaque région garde sa particularité, sa culture, je veux bien, mais il faut une langue nationale parlée de tous !
Ce fut le cas sous Napoléon, puis en 1914 où des régiments de Bretagne ne parlaient pas un mot de Français, les officiers durent donc imposer la langue Française !
Sur ces fronts d'Espagne, dans les tranchées, de jeunes officiers se rendant compte de l'illétrisme de beaucoup, se mirent dans les moments de relative quiètude, à enseigner l'alphabet d'abord, puis les rudiments de la la lecture, de l'écriture; cet enseignement de base a servi à bien des hommes qui ensuite progressèrent dans leurs vies personnelles...
Certes, pour nous qui avons reçu une éducation décente, cela parait dérisoire, mais l'ignorance blesse les hommes et les femmes qui s'en rendent compte, car leur intelligence est souvent aussi vive que celles des lettrés...
Il y a bien des formes d'intelligence, les maths, la littérature, les arts, etc... il est bien difficile d'arrêter une liste à ce niveau là...
Dans l'art, quel qu'il soit, c'est souvent inné, mais par contre, dans d'autres domaines, la formation, l'éducation sont inévitablement nécessaires...
Les anciens disaient "tous les métiers s'enseignent" ! J'ai connu un vieux forgeron qui avait été formé dans les mines des Asturies.
Une fois en France, il fut embauché par une grosse entreprise minière qui ne le lâcha jamais jusqu'à sa retraite !
Aujourd'hui hélas, il a disparu, il faut dire qu'il aurait au moins cent ans maintenant, mais je me souviens de lui, de son adresse; il n'y en avait pas un un comme lui pour voir le "rouge cerise" de l'acier qu'il forgeait; de plus c'était un autodidacte de la mécanique, dans son jardin, il avait installé un vieux moteur de voiture sous une cabane qui entraînait une pompe pour arroser son potager avec toute une installation de tuyaux !
Même en retraite, le garage du coin l'appelait pour réparer mobylettes, vélos...
J'aimais son accent des montagnes Cantabriques, son phrasé espagnol était "castizo" traduction : "pur" sonnant comme une trompette d'harmonie, cela restera dans ma mémoire jusqu'à la fin de ma vie...
La bataille de Teruel, connaissez-vous l'histoire des "amants de Teruel" ? Mais je ne vais pas vous la raconter, je dirai seulement que cet hiver là fut terrible, de ces hivers qui semblent toujours accompagner les guerres...
Je crois devoir dire que bien des espagnols furent enrôlés, bon gré, mal gré dans les troupes Franquistes !
D'autres ont su changer de camp fort à propos...
Les Espagnols ont un comportement étonnant envers la mort ! La devise des "tercio" la légion espagnole est toute aussi ignoble que le "viva la muerte" (vive la mort) qui résonna longtemps sur les champs de batailles...
Une chanson Mexicaine dit en substance :"vamos a matar compañeros..." (nous allons tuer compagnons) horriblement inhumain !
Ce n'est pas ce que je préfère et si je fus moi même militaire, je n'ai jamais eu ce sentiment là !
Sous Franco, j'ai vu dans ma jeunesse une patrouille de deux "guardia civil" intervenir dans une bagarre entre Gitans, les couteaux étaient sortis et ils se massacraient furieusement, les policiers espagnols, sortirent de voiture le révolver à la main et "flinguèrent" comme au stand de tir tous ces bélligérants !
Nous étions tous à plat vendre sur cette terrasse de café, je n'ai jamais pu oublier...
Plus tard j'ai raconté cela à un de mes cousins Lieutenant dans la Guardia Civil, il m'a répondu : "No se puede ahora !" (On ne peut pas maintenant)... mais la rigueur sécuritaire d'une dictature plait à plus de gens qu'on ne le pense et l'on peut se poser la question à l'heure où des canailles n'hésitent pas à prendre des otages et à tirer sur la police...
Le respect était dû à une patrouille de la guardia civil, celui qui ne la saluait pas, risquait une bonne correction !
J'ai entendu des patrons d'entreprises où je chargeais jadis en Espagne me dire :"à l'époque les touristes pouvaient laisser leurs voitures ouvertes toutes la nuit" ! Si un quidam s'aventurait à venir voler, la police le "dérouillait" sur place ! Et pas de main morte !
Après tout, est-ce mieux maintenant où tout est permis aux dealers, agresseurs et gibiers de potence de tous poils ?
Tous ces jeunes Espagnols connurent la faim, comme tous les gens qui connurent 39/45 à part peut être dans les campagnes, les profiteurs, les gens à l'abri de tout... mais la majorité a subi les privations, comment imaginer pareilles choses aujourd'hui ?
Cependant, attention, la pauvreté parfois revient "comme un cheval au galop" ... il faut peu de choses pour que la machine économique s'enraye et beaucoup d'endroits en ce monde sont touchés par bien des misères...
Si je ressens dans "mes tripes" mon origine espagnole, je suis né en France, j'ai servi dans la marine Française pendant de longues années et mon coeur est Français, bien que je ne rejette nullement les autres nationalités !
Après la tour de Babel, lorsque Dieu mélangea les langues, les hommes se réunirent en peuplades et créerent des frontières qui n'éxistaient pas avant et n'existeront plus un jour...
Vous aurez compris que je survis dans un monde qui ne me plait pas, que je n'approuve pas ! Je sais ne pas être le seul à ressentir cela ! La droiture est nécessaire, du moins un minimum, c'est "l'esprit" qui doit guider les humains, autrement c'est la porte ouverte à toutes les incartades possibles !
Notre conduite devrait être exemplaire, la fainéantise, la jalousie des paresseux, les processsus électoraux, font que les magouilles de toutes sortes, salissent nos démocraties; les tricheries sont légions et les agressions contre la terre elle même, deviendront à courte échéance un tel calvaire que la vie deviendra impossible...
 
J'essaie d'écrire pour ma fille, mes nièces, sans pour autant être certain qu'elles me liront un jour, qu'elles me comprendront...
Je le fais aussi pour les jeunes de toutes origines, car ne croyez pas que je sois un "raciste de base" !
Je sais demander une équité impossible dans ce monde, mais comme tous les croyants, j'ai l'espoir au coeur, ne veux absolument pas mener une lutte qui n'est pas de notre niveau ! "La vengeance m'appartient" nous dit l'Eternel ! Alors ce n'est pas aux hommes de le faire !
Ceux qui disent tuer au nom de Dieu sont des imposteurs, des assassins ! C'est tout !
Alors il faut laisser à "César ce qui est à César et à Dieu, ce qui est à Dieu" ! Les forces armées et policières des états sont légitimes, si le Tout Puissant les supporte, il a ses raisons et ce n'est pas en entrant dans ce genre de polémique que nous aurons une solution...
L'Espagne avec tous ses folklores légendaires, sa musique incomparable... comme disait un poète jadis "España en tiempos pasados fui reina de las naciones..." L'Espagne dans les temps passés fut reine des nations...
Aujourd'hui elle lutte comme beaucoup d'autres pays avec de plus en plus de craintes au ventre... car la peur du lendemain, des non-dits, envahissent tous les humains aujourd'hui.
Quand le Général De Gaulle rendit officiellement visite à Franco un peu avant de quitter le pouvoir, Malraux, un de ses ministres, qui avait été aviateur pour aider la petite aviation Républicaine espagnole de l'époque, refusa obstinément de l'accompagner !
Je me doute qu'il n'approuvait pas cette visite au "Caudillo" ! Pourquoi le Général l'a-t-il fait ? Je l'ignore, mais la politique des états reste une énigme, même si on se doute que comme partout, il faut un jour "laver le linge sale"...
J'ai connu un soldat Espagnol qui profita d'un exercice dans les Pyrénées au début des années soixante, pour jeter son fusil, son paquetage et déserta pour passer la frontière !
Mon Père s'en occupa un moment, tout comme il s'occupa d'un de ses neveux pour le faire venir en France, l'hébergea quelques temps puis, bien que mon Père n'était pas un homme facile à vivre, ce neveu lui tourna le dos; certes des années plus tard leur relation fut plus calme, cependant il ne vint même pas aux obsèques de mon Père, j'ai trouvé cela indigne ! No comment !
Les Espagnols ne sont pas meilleurs que les autres, mais ils restent fiers de leur origine, ce qui me navre en France c'est cette indifférence de la jeunesse devant ce passé fantastique de notre pays !
La France est aussi un exemple, bien que le monde critique une possible léthargie maintenant, avec certaines raisons...
Cependant, ce n'est pas mieux dans beaucoup de pays, alors je trouve étrange tout de même, que tant de gens veuillent venir chez nous, si cela était tant détestable, quelle en serait la raison, messieurs les censeurs ?
Je ne peux pas parler de tous les pays de la terre, je n'en connais, n'en ai connu que quelques uns, toutefois "ma Corrèze" est un paradis pour moi ! Si j'en juge par tous les touristes qui viennent l'été, ce n'est pas non plus négligeable...
Je dis que la France est belle, l'Espagne aussi, mais pas de la même manière, il faut tout de même reconnaitre que nos régions Françaises attirent bien des étrangers !
La France n'est-elle pas en tête des pays les plus visités ?
Bon, c'était mon "cocorico" je ne vais pas non plus en faire un orgueil incontournable...
De toute les batailles de la guerre civile espagnole, celle de Madrid reste pour moi hallucinante...
Comme disait un peu Georges Brassens :"moi mon colon celle que je préfère, c'est celle de 14/18..."
Ce que je veux dire par là, c'est que Madrid résista aux troupes "Maures" de Franco, aux subversions les plus dramatiques et tint debout jusqu'à ce que l'histoire la fasse tomber...
Je ne veux nullement dire que les autres batailles de ce drame historique sont à négliger, mais ce que j'aime, enfin le mot est simpliste, c'est cette combativité qui fit tourner à Garry Cooper "le dernier train de Madrid" où à mon sens il insulta la nature espagnole...
Encore une fois ce n'est que mon avis et ce film ne passe plus depuis longtemps sur nos écrans...
Dommage en fait, même si les plagiats de l'histoire m'agacent sérieusement...
Je ne prétends pas être un historien, seulement un spectateur de réflexion sur l'histoire, alors je préfère Hémingway...
Qui lui, avait compris l'âme, le combat des Républicains espagnols, comme il avait compris et décrit le Paris de 1945...
Alors vous pourriez me dire :"tu commentes, mais tu n'expliques pas beaucoup..." mais que voulez-vous que je vous explique ?
Ceux qui liront peut être ces lignes en savent sûrement autant que moi sur ce sujet !
Ce que j'essaie de dire, c'est le sentiment de l'âme, ce qui anime les coeurs humains blessés, agressés, par la diabolique emprise des tyrans, des dictateurs...
Depuis l'antiquité, en passant par bien des Rois, Empereurs, de Jules César à Clovis, Charlemagne, Alexandre le grand, Napoléon, Hitler, Franco, Mussolini, Pol Pot (excusez moi pour ceux que j'oublie) etc... ces êtres ne furent que sataniques et pardon j'allais oublier Staline, un des des plus grands assassins de la race humaine ! Cette explication vous convient-elle ?
Bien des anciens d'espagne avaient cette hargne révolutionnaire collée au coeur, comment ne pas les comprendre ?
Eux qui avaient perdu leurs familles, leurs terres, leurs illusions...
Alors ils chantaient les soirs au coin du feu, ils récitaient tous ces poètes de leur pays, je les entends encore et il m'a fallu quasiment toute mon existence pour entrevoir leurs sentiments...
Ne croyez pas qu'ils n'aimaient pas la vie, ils travaillèrent de toutes leurs forces, élevèrent leurs enfants avec dignité, ces hommes et ces femmes, je les salue, car je crois devoir l'écrire pour dire aux jeunes de maintenant : faites de la France ce qu'elle était et cessez de vous plaindre !
 
 
Bien des Espagnols en ces temps-là, furent fusillés par les phalangistes parce qu'ils n'allaient pas à la messe ! Difficile de croire cela n'est-ce pas ? Mais si vous regardez cette folie religieuse actuelle, vous avez un début de réponse...
La Foi n'est concevable que dans l'amour du Créateur et de notre prochain... "on vous reconnaîtra à ce que vous ayez de l'amour entre vous..." ! Que dire de plus, c'est tout simple, les "grands mots" sont inutiles, la barbarie n'est pas humaine, la haine non plus...
Revenir en haut Aller en bas
http://xooit.comlesanciens
 
Extrait de mon prochain livre qui va sortir chez "Edilivre" !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Extrait de mon prochain livre qui va sortir chez "Edilivre" !
» Ollivier Pourriol.
» Fin des Ames Croisées, début du ... prochain livre ?
» ALT - Khemri
» Karen Marie Moning : Des Highlanders à Jericho ...euhh à Fever

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Fictions & Romans
 :: Engagé
-
Sauter vers: