Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Tout vote sommeil, je le ferai fondre en me raclant la gorge."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eloiR
Ecrivain
avatar


MessageSujet: "Tout vote sommeil, je le ferai fondre en me raclant la gorge."   Ven 4 Jan - 0:42

J'attends vos avis sur ce texte...j'avoue ne pas être très sûr de moi sur le coup ! Je pense qu'il finira par évoluer.

"Tout votre sommeil, je le ferai fondre en me raclant la gorge."

Il est tard...si tard pour faire porter à la mort un dernier masque. C'est là toute votre pièce, toute votre tragédie, le monde pour scène et pour seul public l'infini. L'infini, et moi, parce que je sais qu'il est bien trop la nuit pour sortir dehors et offrir tout vos maquillages aux ténèbres. Mais vous avez voulu vous appeler "acteurs" jusque sous vos ongles, faire de vos peaux le meilleur déguisement pour souffrir en tout l'ordre d'une fleur : pour vivre. Il est trop tard pour moi parce que j'ai suivi la mort...dans toute sa lucidité, dans toute sa vérité. Je l'ai aimée jusqu'au matin pour m'éloigner de vous et de vos cœurs qui battent sur cinq actes. Et quand viendra l'heure du baisser de rideau, je ne vous applaudirai pas. Je scruterai partout vos pétales bien rangés pour consumer dans moi toutes les couleurs, toutes les odeurs bien lisses de vos vies. Je ferai fondre les glaciers de votre morale dans mon volcan du désordre. Il est tard...il est la nuit...et c'est avec du chaos pleins les mains que je saurai mon crime terminé, tout le cri du soleil, tout son jus, sa sève d'aubépine pèserons sur vos cernes. J'ai accroché votre drame et toute sa neige à mes sourcils d'été, à tout mon incendie, alors je sais comment bientôt vous finirez dans le jour et ses épines. Je vous ferai endurer tout le vacarme de mes ronces.

C'est dans cet homicide que je chante partout, dans la toux assassine de ma plume, que je t'ai aperçue. Toi qui avais encore les yeux de l'arrogance, les mots de 16 ans et le sucre du printemps plein les joues...mais le printemps ne m'intéressait pas. Je t'ai laissé passer entre deux phrases pour ne pas attraper ton langage, jusqu'à ce jour où j'ai l'angoisse de la ride, et d'attraper la pupille grise. Je meurs tellement sans ton innocence. Pourtant si je dois haïr, tuer, vieillir, je veux que ce soit avec tes caractères illisibles...

Je te revois sur le parvis de ma folie. Je te revois dans le froid des pavés, ou des brumes de mon encre. Je te revois, les cheveux mouillés des poèmes de la nuit et les mains pleines d'étoiles, de leur rire parfois, de tes larmes, souvent...Tu soutiens sur les épaules tous les soupirs du matin brodés par la rosée...ô ma petite, mon enfant du Soleil, tu as fini de brûler sous les affronts de la Lune, de porter partout la fièvre au coin de tes yeux. Je te revois, là, malade, chétive, un deuil muet dans la gorge, des ronces pleins les poumons et, dans le foie, tous les fantômes des grands écrivains. Comme tu souris mal...tu a les lèvres de la première fois que je te vois...ma toute petite, ces lèvres encore douces, de la vie parodiée que l'on aime rêver quand on a tes 16 ans...Les épines je te les apporte pour déchausser ta langue, pour qu'enfin elle avance pied nu dans les boyaux de mes mots...Pour que ton baiser soit arrogant, qu'il ne cache plus les parfums pâles des bouquets mais le vertige de la vie...toute la vie je te l'apporte sur les gerçures de ta lèvre, ce matin de tes yeux bleus. Ton baiser adolescent, j'ai osé y mettre les dents, le déchirer de mes rides, de mon geste de crépuscule. - parce que je veux que tu saches mieux que les autres enfants dans quel soir tu vis - Je te revois, ma toute petite, ma frénétique jeunesse, ta mèche anxieuse, ton pouls sec de désert, ta voix de mirage...

Laisses moi m'y plonger...t'offrir à croquer l'amertume des chardons, te promettre les caresses d'une écorce. Je peux t'offrir tout ce désordre, toutes ces plaies : je peux t'apporter la vie que tu racontes, les histoires qu'on te dit, parce que je l'ai déjà souffert, que j'ai les papilles fatiguées par la cendre. Je peux t'offrir le sensible qu'à ton âge tous ignorent ; tout ce que ces adolescents te prétendent. Seulement, toi, ma toute fragile jeunesse, laisses moi ta sueur le matin, et ton rire le soir. La moiteur du manque que je ne connais plus...

J'en ferai mon œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
avatar


MessageSujet: Re: "Tout vote sommeil, je le ferai fondre en me raclant la gorge."   Ven 4 Jan - 1:22

« qu'il est bien trop la nuit pour sortir dehors »
je ne suis pas sûr de saisir le sens. L'infini est la nuit ? pourquoi pas, mais c'est maladroit comme formule.

"Tout votre sommeil, je le ferai fondre en me raclant la gorge."

A la limite « je ferai fondre votre sommeil en me raclant la gorge », mais j'ai toujours du mal avec la phrase, j'ai rien contre l'abstraction, mais là c'est vraiment poussé et puis « fondre » et « racler » à si peu d'intervalles, je ne peux m'empêcher de chasser l'image de la raclette de mon esprit. Le lyrisme en prend un coup Smile et c'est dommage car le texte est bien écrit.

« consumer dans moi toutes les couleurs » j'aurais peut être mis « en moi »

« il est la nuit...et c'est avec du chaos pleins les mains »
Il fait nuit... et c'est avec le chaos posé au creux de mes mains
je verrais plus un truc dans le genre.

« Je te revois, les cheveux mouillés des poèmes de la nuit et les mains pleines d'étoiles, de leur rire parfois, de tes larmes, souvent... »
J'adore, en plus il y a un petit côté « Bateau ivre », « je me suis baigné dans le poème de la mer, infusé d'astres et lactescent... ».


Le texte a un petit côté "lemon incest" mais j'adhère.


ps: Les ronces reviennent pas mal ces derniers temps.

_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
eloiR
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: "Tout vote sommeil, je le ferai fondre en me raclant la gorge."   Ven 4 Jan - 11:41

Tout simplement que c'est la nuit, le mensonge...l'infini est ailleurs ou en tout cas pas seulement là ! J'aime bien cette formule, elle est bancale et ça m'a charmé à vrai dire...mais tout ça risque de bouger quand je m'attaquerai aux retouches je suppose.

Aha je ne voyais pas du tout le titre comme ça. Maintenant que tu me le dis...ça dénote un peu oui ! Encore une partie qu'il faudra que je retouche, je n'étais pas sûr du tout du titre pour le coup. L'image est importante, mais je trouverai un autre moyen de l'exprimer alors ! :p

Pour le "dans moi" là encore c'est la rupture qui rend bancale et ça me plait, même si ça fait toujours parti de ce qui peut changer, surtout après ton commentaire ! Wink

Ça ferait trop propre "posé" pour du chaos, pour un meurtre, c'est justement ce que j'ai voulu éviter...pour le "il est la nuit", toujours le côté bancale que je changerai sûrement !

C'est la première phrase que j'ai écrite du texte, c'est elle qui m'a inspiré donc je suis content qu'elle te plaise !

Après avoir ecouté Gainsbourg toute la journée...ça a dû transpirer un peu alors !

PS : je n'arrive pas à mieux dire "la vie", je cherche en permanence mais c'est ce que j'ai sur la langue...des ronces, ou les Balkans, pas mieux...
Revenir en haut Aller en bas
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
avatar


MessageSujet: Re: "Tout vote sommeil, je le ferai fondre en me raclant la gorge."   Ven 4 Jan - 15:29

C'est vrai que j'ai peut être trop tendance à lire les textes à travers le prisme de la poésie, du coup les choses bancales on essaie plus de les lisser pour que règne l'accord et la musique.
Mais je ne voudrais pas t'influencer surtout pas pour supprimer les "irrégularités" et aller vers l'uniformisation.

_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
eloiR
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: "Tout vote sommeil, je le ferai fondre en me raclant la gorge."   Ven 4 Jan - 19:00

Non non mais il ne faut pas que le lecteur sente de gêne, et a priori là c'est le cas, je risque de devoir passer un coup de poudre à mon texte pour le dérider...je n'aime pas ça mais après tout sinon je finis par écrire pour moi seulement...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Tout vote sommeil, je le ferai fondre en me raclant la gorge."   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Tout vote sommeil, je le ferai fondre en me raclant la gorge."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] ecran bascule tout seul
» Adibou 2 [HS de "Jeudi je ferai écouter "This Day Aria" à ma prof de formation musicale"]
» Un homme tout nu !!!
» La paralysie du sommeil !!! (attention ame sensible s'abstenir)
» Livre à disposition: Savoir tout faire avec Photoshop

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Poèmes, Chansons & Slams
 :: Lyrique
-
Sauter vers: