Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bout de rêve, partie I.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Deedlit
Correctrice
Correctrice
avatar


MessageSujet: Bout de rêve, partie I.   Mar 20 Mai - 14:59

Pour Liam, comme demandé, avec pas mal de retard.



Du dehors ne parvient qu'un murmure étouffé : le rythme tranquillement erratique des rails, l'épais bourdonnement ferrailleux de la machine, les cliquetis brusques et secs des mille courroies. Mais surtout, rendant tout cela informe, les fracas de l'air coulant le long des cloisons, le suintement des intempéries, ou encore le sifflement métallique d'un accroc à l'éther tiré sans fin. L'ensemble est assourdi en l'apparence d'une rassurante rumeur.
Quelques passent, posément, guère empressés ; chargés de quelque épais dossier, portant sur quelque primordial sujet ; et chargés encore de quelque lourde croyance en leur propre importance. Ils ne cherchent pas seulement à savoir où ils se tiennent.
D'autres vont et viennent, simplement, comme en une interminable et sinistre promenade. Mains nouées dans le dos, soupirant à s'en exaspérer, leurs yeux inquiets déchirant le plafond crémeux de pensées brouillonnes ; leur physionomie entière est tordue d'un mince pli amer. Ils marchent en voulant ignorer où ils se trouvent.
Certains demeurent assis, sur des bancs de bois blond, leurs larmes tachant de noir le sol déjà trop sombre. Leurs silhouettes paraissent se renfoncer dans les parois, que l'on croirait peinturlurées d'un sang séché, vieilli, usé ; à chaque instant plus indiscernables, inconsistants, oubliés. Ils ne savent plus où ils sont ou s'ils sont encore.
Un raclement sourd, puis un tumulte assourdissant qui envahit d'un souffle tous les moindres recoins de cette pièce qui ne raille plus d'indifférence. Vide soudain à portée de tous, par où s'immiscent les vents tonnant à déchirer les tympans, qui agrippent à grands cris toute parcelle offerte, étouffant les dernières pensées à leur silence.
Dans l'encadrement, frêle, tenant à peine aux battants, la fautive sourit à la fuite des spectres qui la transpercent. Sa robe claire claque aux vents ; ses cheveux strient sa figure de meurtrissures ; et le paysage file fou en un furieux délire. Insensée, elle plisse ses yeux d'amusement - iris d'onde claire, scintillante et trompeuse, cernée de l'ombre des vieux contes.
Elle lâche prise, rejetant la tête en arrière, avide - disparue en un grand éclat de rire.

_________________
"La résignation est un suicide quotidien." Honoré de Balzac.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Bout de rêve, partie I.   Mar 20 Mai - 15:36

Vouii ! Je verrais bien ce rêve sous forme de tableau.

Whaou:
 

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Bout de rêve, partie I.   Mar 20 Mai - 19:31

Bien écrit, vraiment. Beaucoup d'adjectifs, peut-être un peu trop, mais j'adore ça. De jolies sonorités, un jeu sur les allitérations, aussi.

J'aime la façon dont certaines phrases concluent des existences :

Ils marchent en voulant ignorer où ils se trouvent

Ça enferme la phrase, l'ambiance, l'univers déployé, c'est efficace.


La suite maintenant ?  Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: Bout de rêve, partie I.   Mar 20 Mai - 19:46

Ahahaha on l'aura bien attendu celui là !!!

Je ne ferais pas d'analyse aussi poussée que Liam et Mario, mais je dois dire que j'ai bien aimé tout de même Wink Pour ma part le surplus d'adjectif ne me gênent absolument pas mais je ne suis pas une référence non plus^^

La seule phrase (oui parce qu'il faut bien dire un truc négatif...) qui m'a un peu turlupinée c'est celle-ci:
Deedlit a écrit:

les fracas de l'air coulant le long des cloisons, le suintement des intempéries, ou encore le sifflement métallique d'un accroc à l'éther tiré sans fin.

Pourquoi ce :"les fracas de l'air" et non pas "le fracas de l'air"

Ouai, il n'y a qu'une seule lettre qui me dérangent dans tous le texte mais quand même, ça vient peut être de moi, mais je trouve que ça ne passe pas très bien de mettre les fracas sachant que l'air n'est pas vraiment un truc que l'on peut compter, puis même au niveau des sonorités je trouve que ça passe mieux avec "le".
A tord peut-être^^

Mario a écrit:
La suite maintenant ? Rolling Eyes

Hum, dans 3 ans peut être que l'on en aura un morceau^^
M'enfin je pense que partie I suppose partie II =) reste à savoir quand Wink

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Deedlit
Correctrice
Correctrice
avatar


MessageSujet: Re: Bout de rêve, partie I.   Sam 31 Mai - 16:37

Ladite suite ;)Sur le même sujet, oui. Alors que c'est la partie II, oui. Aucune logique ? Tout à fait d'accord Very Happy
Et merci pour les commentaires !!* Pas trop mécontents du résultat du pari alors ?
Et pour l'histoire de "le(s) fracas"...  je n'y avais pas songé en écrivant, mais ce n'est pas faux comme remarque... Du coup j'hésite sans pouvoir me décider entre les deux sonorités/sens ><






Bout de rêve, partie II.

(Ce peut être, mais ailleurs - la réalité d'un autre.)
Sous le lourd dallage millénaire, les roulements d'un engin souterrain hurlant transpercent la pierre en une vibration ténue, sourde, démente ; animant un court instant les murs engourdis, croulant sous l'âge et la poussière, et faisant tinter loin au-dessus des têtes un lustre supposé et inaccessible.
Le phénomène est courant - personne pour s'en inquiéter. Pas de place, au creux des habitudes anesthésiantes, pour un tressaillement de surprise, d'attention ou d'intérêt. Personne n'a jamais vu, de ces sons si hauts perchés, s'écrouler de désastre aussi pesant que mortel, dès lors pas seulement soupçonné.
A une croisée des enfilades du dédale, il s'agit de décider d'une destination, aussi dépourvue de but soit-elle. Déterminer l'implacable déroulement jusqu'à ce que prennent fin ces futilités. Mais les engrenages grincent déjà, broyant une myriade des possibles. Les fragiles bulles éclatent, submergées de vacarme, car l'existence est bruyante.
- Faites silence ! -
Une carte étale ses moisissures sur le parchemin craquant d'amertume, déployant interminablement ses galeries d'encre tout aussi interminables, les laissant s'étirer, s'embrouiller en plis qui empêtrent et tiraillent à en mourir le choix à différer - s'y perdant autant qu'entre les murs tangibles.

_________________
"La résignation est un suicide quotidien." Honoré de Balzac.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Bout de rêve, partie I.   Dim 1 Juin - 14:59

Shocked 

Tu ne peux pas ouvrir les frontières de tes rêves, juste un peu, pour pouvoir y faire un peu de tourisme, prendre quelques photos, ou tourner quelques films ?! Ton texte en donne vraiment envie ! Je crois que j'aurais du te donner plus de gages.
Tu n'aurais pas des dates d'examens sur les quelles parier prochainement ? Wink

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Amnael
Administrateur Graphiste
Administrateur Graphiste
avatar


MessageSujet: Re: Bout de rêve, partie I.   Dim 1 Juin - 15:24

Liam; concentrons nous sur nos rattrapages déjà :p

_________________
Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventé du début à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Deedlit
Correctrice
Correctrice
avatar


MessageSujet: Re: Bout de rêve, partie I.   Mer 11 Juin - 23:04

Si tu veux, je promets à partir d'aujourd'hui de marquer tout ce dont je me souviendrai chaque matin (s'il reste quelque chose, bien sûr...) ^^ Ce qui ne remplace peut-être pas un laisser-passer onirique, mais ce dernier étant quelque peu compliqué à obtenir et mettre en oeuvre...
Tu aurais pu parier sur les résultats de mon second semestre, mais l'échéance est passée :b

Bref ! La suite.








Bout de rêve, partie III.

Flâner, d'un pas à un autre, d'un point à un autre des paillettes d'encre et leurs griffures. Rêverie de rêve, ou part indissociable du cadre au détour d'un lieu ? Cheminant, la tête perdue aux cieux invisibles, rien n'est à la place qu'on croirait - ou bien est-ce que tout peut exister d'entre quelques traits, pauvres figures noires aux angles volatiles ?

Clairière de la lagune, chamarrée et éblouissante ; éclats et couleurs s'y entrechoquent en bris de bris de dérive, reflétés sans cesse des uns aux autres. La salle est plus contenue que contenant, débordée de toutes parts, assaillie voire vaincue ; les murs ne rémergent qu'aux frondaisons, n'étant plus que soutien à l'immense dôme de verre qui n'a jamais cédé aux rafales des vents. L'or y divise les déclinaisons d'un arc-en-ciel égaré là, dont les couleurs se battent dès lors pour repousser ces rayons mous, forçant les limites premières, l'insupportable entrave - insatisfaites de l'assigné et de l'immuable, pour une danse sans fin, tourbillon perpétuel et grisant. L'averse de lumière est déguisée là en toute hâte, et atteint la scène en contrebas parée de toutes nuances qui diffèrent à l'instant.
Une sirène, appuyée au rivage trempé, charme un oiseau fantastique ; les remous en dentelles perturbent les reflets du miroir, transpercé de roseaux, trahissant la chasse d'autres. Sans souci du gouffre, béant à bailler d'insondable, s'enfoncer vivement jusqu'aux remparts de l'ennui n'est qu'un jeu et, sinistres fils de lumière, elles se cachent parmi les ruines englouties des cités vertueuses d'antan.
Les fières dames blanches, au creux de leurs paumes, en recueillent les éclaboussures, et s'en cristallisent des colliers grandioses, coulant à leur gorge, d'un éclat mouché par leur peau d'ivoire ; hautaines, mais ne dédaignant pourtant pas le doux brillant de la nacre, pour parure à leur chevelure d'écume floue, plongeant alors de longs bras trop pâles dans l'onde claire.
Les essences de fleurs folles, exténuées de senteurs - si tristes -, vapeurs de satin aux yeux de plein iris, au bord changeant languissamment se penchent ; denses de vives couleurs, s'écoulent de leur tête fragile et chancelante des filaments d'une interminable finesse, s'épanchant entortillés à fleur d'eau au mince trône d'émeraude des précieuses de chair tendre.

_________________
"La résignation est un suicide quotidien." Honoré de Balzac.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Bout de rêve, partie I.   Mer 11 Juin - 23:30

Encore encore ! C'est toujours aussi perturbant et sympathique !

Deedlit a écrit:
Si tu veux, je promets à partir d'aujourd'hui de marquer tout ce dont je me souviendrai chaque matin.
Comment ça "si je veux" ?  Bien-sûr que cette promesse me ravit !

Et puis, tu auras un rôle dans la SYG & V, tu seras notre oniriste en chef, si tu veux bien. Celle qui écrit et partage ses rêves. Avec ton autorisation, on consultera tes rêves et s'inspira peut-être de tes mondes pour nos prochains scénarios. (Notamment sur le projet d'une web-série astéroïdale poético-absurde.)

Sur ce, je plussoie le dernier commentaire d'Amnael que je n'avais pas vu.

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bout de rêve, partie I.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bout de rêve, partie I.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Warner] Harry Potter et les Reliques de la Mort - 1ère Partie (2010)
» Comment laisser une seule partie de couleur ???
» Aller au bout du monde avec toi
» [roman]Au bout, la lumière E. Torres
» loeb au bout de ma rue.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Autres
 :: Texte ou sujet provisoirement inclassable
-
Sauter vers: