Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Extrait d'un roman romantique :p

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
boubou

avatar


MessageSujet: Extrait d'un roman romantique :p   Sam 13 Sep - 16:00

Voilà un petit extrait plus ou moins réussi, à vous de me le dire Wink
Sachez qu'il a été écris il y a déjà quelques temps et que je viens de le retravailler. S'il y a des améliorations je suis prête à les entendre et à les faire. Merci d'avance.
PS: Si je les mis dans cette catégories c'est que la thématique peut se placer ici bien que j'ai longuement hésité à le mettre ailleurs.





« … Elle tenait toujours un bracelet entre ses doigts. D'une poigne ferme, elle craignait de le faire tomber. Ce n'était rien d'autre qu'une simple ficelle ornée de perles colorées. Cependant, ce bracelet avait une valeur sentimentale. Je le savais parce qu'à chaque fois, elle le sortait de sa poche et le tenait de ses doigts avec une délicatesse étonnante et une fermetés pourtant si importante.
Quelle que soit la situation, quand le moment se présentait, elle sortait cet objet si précieux à ses yeux et le laissait glisser doucement d'une main à l'autre. J'ignore encore pourquoi elle ne l'attachait pas autours de son poignée comme l'aurait fait n'importe qui, elle le mettait simplement dans la poche de son jean qu'elle prenait soin de refermer. Je ne savais pas depuis combien de temps elle l'avait ni même ce qu'il symbolisait, mais quoi qu'il en soit, il était de toute évidence, un objet dont elle ne pouvait se passer.
De toutes les informations que j'avais réussi a obtenir à son sujet, la seule chose suffisamment intéressante pour être évoquée était l'importance qu'elle accordait à un objet pourtant si futile.
Peut-être était-ce simplement cela qui la fascinait le plus chez un tel instrument ou alors la fragilité qu'il inspirait, après tout, un bout de ficelle, c'était aussi simple à fabriquer qu'à casser.
Au final, je crois que personne ne savait à l'époque ce pourquoi elle y tenait tant et pourtant, moi, du haut de mes seize ans, je voulais savoir.
Si l'on me demande pourquoi je ne saurait que dire, cette jeune fille m'impressionnait simplement et quelque chose en elle me rendait perplexe et me donnait envie d'en connaître plus.
En savoir plus ne paraissait pas bien compliqué étant donné que je ne connaissais rien à son sujet. Et pourtant, elle ne paraissait pas prête à dévoiler ses secrets aussi facilement.

Parler d'elle, de son bracelet, de ses secrets, me dérange maintenant. J'ignore quel nom donner à cette sensation, et je pense encore que peu de gens peuvent comprendre ce que je ressens.
De toute façon, peu de gens comprennent réellement si les événements ne les touchent pas directement.
C'est d'ailleurs une des phrases qu'elle m'a dit une fois. Un jour où je cherchais à la connaître un peu mieux.
Mais même si vous ne comprendriez pas forcément, vous avez le droit de savoir, tout le monde à le droit de savoir enfin, de toute façon, ce n'est plus qu'une histoire passé, un problème résolu désormais.


Je ne sais par où commencer, le jour où l'on s'est rencontré, la première fois qu'elle m'a adressé la parole, ou simplement la seule et unique fois où j'ai ressentis le besoin de raconter cette histoire.
Trop de question se bouscule dans ma tête, je crois que c'est pour ça que je suis ici, que c'est pour ça que j'en parle et que l'on arrête pas de me dire que si je ne le fais pas, je finirais par avoir des idées noirs et que l'on me mettra dans un asile.
Quoi qu'il en soit, je vais bien devoir finir par commencer.
Elle s'appelait … non laissons cela de côté. Je crois que j'avais jamais connu une personne aussi passionnante. Cette phrase ne possède aucune ironie, elle m'inspirait énormément et à plusieurs reprises, elle m'a donné envie d'écrire un livre sur son histoire. Malheureusement, je ne suis pas doté du talent artistique qu'est l'écriture. Non au contraire, moi je déteste tout ce qui touche à la littérature, et bizarrement je suis dans une classe de littéraire. Je crois que mes professeurs ont raison quand ils disent que je suis perturbé. Après tout, c'est vrai, je ne suis jamais sûr de ce que  je fais, et la plupart du temps, je me contredis moi-même, mais ça n'a aucun rapport avec mon histoire.
...
Donc, je disais... elle était passionnante et surtout, elle m'intéressait beaucoup. Ce n'était pas spécialement son physique qui m'avait interpellé en premier, bien qu'elle ne soit pas moche du tout. Au contraire, elle avait des yeux en amande que je n'arrivai pas à oublier, des cheveux châtains clair, et une manière de se tenir qui rappelait la famille royal d'Angleterre.
Pourtant, malgré ce premier abord plus ou moins intéressant pour une adolescente, ce qui m'avait d'abord interpellé, était le fait que même en étant là, elle paraissait ailleurs. Toujours absente, évadée dans ses pensées et sans jamais dire quoi que ce soit à son sujet.
Elle était arrivé au lycée un vendredi après-midi, je ne sais même pas pourquoi, mais c'était deux jours après la rentrée des classes ce qui était d'ailleurs étrange car elle ne semblait pas vouloir se faire remarquer.
Dès son arrivée, elle avait été distante, elle avait mis une ligne invisible entre chacun de ses camarades de sorte qu'elle était dans chaque matière assise au fond de la classe, de préférence près d'une fenêtre et qu'elle n'adressait la parole à personne. Quand les gens lui posaient une question, elle répondait si doucement que l'on devait tendre l'oreille car elle ne se répétait jamais. Elle hochait parfois simplement la tête et passait rapidement à autres choses comme pour oublier que quelqu'un avait osé lui parler.
Ce genre de comportement habituellement ne m'inspirait pas beaucoup, j'avais autrefois connu des filles qui ne voulaient pas se mélanger au « petit peuple » comme elle le disait si bien mais elles traînaient toujours en groupe et étaient nettement plus désagréable.
Aux interclasses, elle attendait patiemment devant la salle, toujours dans ses pensées à regarder, au plafond, devant, par terre ou même derrière elle. Elle ne jouait pas avec son téléphone portable comme le faisait la moitié de la classe, ni ne racontait les nouveaux scoops qu'elle venait d'entendre. Personne ne savait réellement qui était cette jeune fille.
On ne connaissait que son prénom et la plupart du temps, on écorchait son nom.

Devant tant de souvenir je ne savais comment réagir, fallait-il pleurer, crier, ou rire ? Je ne savais pas. Je me sentais pris d'une douce mélancolie et de ce fameux sentiment du « c'était mieux avant ».
J'avais en mon fort intérieur un sentiment de reproche et de culpabilité. Le reproche et toujours accompagné de culpabilité.
Parler d'elle, de son physique, de ses secrets me dérange maintenant. J'ignore quel nom donner à cette sensation, et je pense encore que peu de gens peuvent comprendre ce que je ressens.
De toute façon, peu de gens comprennent réellement si les événements ne les touchent pas directement.
C'est d'ailleurs une des phrases qu'elle m'a dit une fois. Un jour où je cherchais à la connaître un peu mieux.


Avec ce genre de choses à son sujet, j'étais mal partit pour lui adresser la parole. Pourtant, j'ai finis par me lancer, si l'on me demande le jour, je ne saurai que répondre.
Je sais juste que j'ai longuement attendu avant de prendre mon courage à deux mains et osé lui parler. Enfin, parler, c'est un bien grand mot, je n'ai fait que prononcer son prénom sauf que malheureusement, elle ne m'a pas entendu.
J'ai voulu retenter ma chance le lendemain, mais elle était à nouveau occupée à contempler son bracelet de perles.
Je crois que raconter dans le détails chaque journée où j'ai voulu essayer quelque chose pour qu'elle m’aperçoive serait gâcher du temps inutilement. J'avais tellement de fois réfléchis à la façon de l'aborder que j'en venais à faire des schémas chez moi. Ça, je ne l'avais jamais raconté à personne parce que au fond, ça me fait paraître légèrement pour un psychopathe, chose que je ne suis pas.
Quoi qu'il en soit, j'ai finis par réussir sinon, je ne serai pas là et je n'aurai pas à raconter toute cette histoire qui me fait tant de mal.

Je sais que vous voulez que j'en vienne au fait. Qu'est ce qu'il s'est passé, qui était donc cette fille, qu'elle était ce fameux secret qu'elle cachait tant, pourquoi suis-je ici à raconter des choses qui ne vous apporteront sans doute rien d'autre qu'une réflexion sur vous-même et la manière dont vous pourrez peut-être essayer d'échapper à ce genre d'événements...
Mais parler d'elle, de la manière dont j'ai essayé de lui parler, de sa façon de ne pas remarquer mes efforts, ou plutôt de ne pas remarquer mon existence et la manière dont je jouais tout seul à « fuis moi je te suis », me dérange maintenant. J'ignore quel nom donner à cette sensation, et je pense encore que peu de gens peuvent comprendre ce que je ressens.
De toute façon, peu de gens comprennent réellement si les événements ne les touchent pas directement.
C'est d'ailleurs une des phrases qu'elle m'a dit une fois. Un jour où je cherchais à la connaître un peu mieux.


Elle ne devait m'écouter qu'à moitié car quand je prononçai son nom, elle sursauta d'un coup. Elle me regarda de ses yeux en amande et me demanda simplement de répéter.
Répéter ça je savais faire, j'avais imaginé un millions de fois la scène qui était en train de se dérouler et pourtant, sur le moment je perdis tous mes moyens.
Vous devez trouver ça bizarre car après tout, je n'avais pas à être intimidé par une fille que je ne connaissais pas. Mais j'avais beau essayer, à chaque fois que je pensais à elle, que je la regardai ou que j'imaginai lui adresser la parole, je perdais tous mes moyens.
On ne s'était jamais parlé, on ne partageait rien en commun, et elle devait sans doute ignorer mon prénom, mais je me sentais comme amoureux à cet instant.
En fait, ce ne fut pas seulement à cet instant.

C'est peut-être parce que je ne suis plus amoureux que je peux enfin en parler.
Parler d'elle, de la façon dont je pensais à elle, de la manière dont j'étais naïf et innocent, me dérange maintenant.
J'ignore quel nom donner à cette sensation, et je pense encore que peu de gens peuvent comprendre ce que je ressens.
De toute façon, peu de gens comprennent réellement si les événements ne les touchent pas directement.
C'est d'ailleurs une des phrases qu'elle m'a dit une fois. Un jour où je cherchais à la connaître un peu mieux.
Revenir en haut Aller en bas
DrunkyWolf

avatar


MessageSujet: Re: Extrait d'un roman romantique :p   Sam 13 Sep - 16:21

Par moment j'ai trouvé un petit peu répétitif mais j'aime beaucoup Smile
Revenir en haut Aller en bas
boubou

avatar


MessageSujet: Re: Extrait d'un roman romantique :p   Sam 13 Sep - 16:23

Ce qui est en italique?^^
C'est volontaire Wink
Revenir en haut Aller en bas
DrunkyWolf

avatar


MessageSujet: Re: Extrait d'un roman romantique :p   Sam 13 Sep - 16:26

okaaaay ^^
Revenir en haut Aller en bas
Gudule
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Extrait d'un roman romantique :p   Sam 13 Sep - 20:49

C'est sympas, et plutôt agréable a lire, la narration est assez étrange et originale mais ça passe,
Les passage en italique sont pas mal, ça donne un coté plus posé au texte, et ça le fait sortir de ces innombrables textes romantiques sans originalités.
La phrase que tu répète a chaque fois est assez stylé

Mais ça mériterai d'être plus retravaillé, et il y a quelques tournures un peu moche, du genre :
Citation :
une délicatesse étonnante et une fermetés pourtant si importante.
le "importante" et carrément lourd

Et ce n'est pas la seule, il y en a un peu partout dans le texte

Il reste du travail sur ce texte, mais il peut être bien cat
Revenir en haut Aller en bas
boubou

avatar


MessageSujet: Re: Extrait d'un roman romantique :p   Sam 13 Sep - 21:37

ça marche, je compte sur ton aide mon petit Gudule Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Extrait d'un roman romantique :p   

Revenir en haut Aller en bas
 
Extrait d'un roman romantique :p
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Extrait d'un roman romantique :p
» Extrait de mon roman policier pour les curieux
» Besoin d'aide pour trouver un extrait de roman sentimental
» LE LIVRE DES PETITS POURQUOI de Ghislaine Roman
» Le Roman satirique - Jean de Lannel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Fictions & Romans
 :: Romantique
-
Sauter vers: