Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fog Spiritual

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mario
Ecrivain



MessageSujet: Fog Spiritual   Jeu 27 Nov - 16:11

Fog Spiritual





en remontant les fleuves des montagnes de charbon
des courants d'air en passant de banlieues en donjons
j'ai croisé les troupeaux d'alphabets en pâture
quand j'apprenais à l'époque à lire les sourires
c'est le temps des naissances dans les soleils amoureuses
un passé glorieux ma Grèce antique mon temple sacré
la journée à crier dans la vie entre les murs

arrêt station Sganarelle, sur les planches d'azur
les représentations de mon double fallacieux
les masques tombent et trébuchent et bondissent
Il n'y a rien que les planches, les bois blancs de la scène
les mots sinon résonnent et s'enfuient sous les voûtes
parcourent le fond des sièges et s'endorment aux lustres
pour peu qu'un clappement de main final parvienne
sinistre englué dans l'admiration futile
je n'ai jamais cru au talent, ni l'inspiration, ni l'envie
je ne vois partout que la force de l'infini
telle est l'écriture tels les mots l'essentiel
les récitations divinatoires qui squattent chaque autel

bien sûr nous cherchons nous tendons à l'évolution
la révolution en spirales magiques quasi-quasi
j'ai totalement ré-inventé un capitalisme poétique
spéculation versicale sur poétillons exploités
rachats ventes enchères des figures de style surannées
pour le look et la frime, la rime facile s'enfile
le rythme bafoué des peuplades quaternaires
l'impair vendu comme un produit lié au cor
au corps à l'âme sans littérature de gare-marchande
à tous nos supermarchés souffrant sans flammes
car le plus beau des mauvais anges sacrifiés
sert d'antenne-relais à l'armée passive, la pire des troupes

vaincus, nous avons vaincu, la poésie-capital a gagné
les combats sont finis et les stylos rangés
mes frères ont voulu savoir de quoi ils étaient faits
fabriqués dans l'âme, mécanique divine
roulements d'horloges ou rouages de vent
ricochets des émotions sur l'onde calme de l'histoire
tout est soluble, répétez attentivement, tout est soluble
vous, moi, tes mots, la terre et tes souvenirs
mon crâne est une planète dévastée par leurs yeux
un astre dévoré par les comètes de l'ailleurs
J'ai des volcans synaptiques en fureur incontrôlée
l'éruption de vivre explose en gerbes sonores
le mot coule, du centre de la terre, et forme le monde
la carapace osseuse du genre humain

l'instant me fait devenir planète évoluée révoltée
les déchets tournoyant autour de mon front-océan
ils forment une ceinture d'astéroïdes défectueux
tas de satellites bousillés qui hurlent dans mon espace vital
à des moments entrecoupés d'images en zapping
mêlées à des horreurs d'animation, de films, d'écoutes
mélangées dans la pourriture et l'humus des villes
dans le calme funeste des bibliothèques j'ai respiré la mort
et je l'ai écoutée, et je l'ai étudiée, pour savoir comment
bon dieu comment nos parents survécurent à tous les cataclysmes
et j'ai vu quelque fois ce que tout ce monde a dû voir
sur les barricades, dans les usines et les fermes isolées
dans les tranchées, en mouvement, dans les cafés
les guerres de religion, les religions de guerre
les discussions près du feu pendant les hivers rudes
les discours et les espoirs, la manipulation partout
l'humanité absente de sa propre humanité
se répand dans l'inhumain et fait saigner son fils
la douleur comme culture la souffrance à jamais :
est-ce ainsi que nous imaginions l'homme ?
C'est le tableau que j'ai pu voir en creusant les tombes
ce sont les murmures qui sortaient des catacombes
des remords souvent pour des regrets immondes
quand j'ai vu les enfants aux yeux de fin du monde

la rue paisible me dit en chantant dans la fraîcheur d'automne
- mon gars, la raison est un brouillard spirituel
ce fut là l'unique réponse de l'architecture du quotidien
et j'ai continué ma route sur les trottoirs des Andes
mes hauteurs de civilisation disparue à dates fixes
comme un produit comme un achat comme une pub
ton cœur est à vendre en soldes avec ton cerveau
économise un peu et tu pourras racheter ta nouvelle âme
fournie d'applications avec ta carte fidélité
le monde est un bon client dans un marché-foetus
peut-être qu'en renaissant la rue poussera son premier cri

rien que des cimetières, au milieu coule un fleuve
à peine reposant si on y regarde de plus près
le fleuve de l'histoire berce les grandes capitales
et les têtes blondes font mine d'importance
moi, au milieu du brouillard des âmes fantômes
j'ai fondu mes yeux dans la géométrie de l'univers
voyageur erratique en attente d'extases cognitives
que fais-tu sur la terre, mon loucha mon sourire ? dit-elle
bien sûr je t'aime, mais surtout j'attends...
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur



MessageSujet: Re: Fog Spiritual   Ven 28 Nov - 22:45

Joli fleuve de mots. Des références rimbaldiennes, encore un petit côté bateau ivre, de voyageur millénaire.
Un vers révolutionnaire qui m'a plu : peut-être qu'en renaissant la rue poussera son premier cri



_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Mario
Ecrivain



MessageSujet: Re: Fog Spiritual   Ven 28 Nov - 22:57

Rimbaud, oui, et bien d'autres. C'est un poème "pensée".
Et sans doute l'un des seuls dont la lecture est particulière : hachée, murmurée, accentuation sur toutes les consommes, comme un crachat quasi-silencieux. Et j'ai essayé de transformer les liaisons en images.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur



MessageSujet: Re: Fog Spiritual   Ven 28 Nov - 23:04

Je vois, c'est quelque-chose d’intéressant et parfois d'assez réussis. Les liaisons font images.

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur



MessageSujet: Re: Fog Spiritual   Sam 29 Nov - 0:03

tout est soluble, répétez attentivement, tout est soluble
vous, moi, tes mots, la terre et tes souvenirs
mon crâne est une planète dévastée par leurs yeux
un astre dévoré par les comètes de l'ailleurs
J'ai des volcans synaptiques en fureur incontrôlée
l'éruption de vivre explose en gerbes sonores
le mot coule, du centre de la terre, et forme le monde
la carapace osseuse du genre humain


Toujours fidèle au thème de l’éruption de vivre, ici c’est particulièrement bien écrit on voit presque le monde se former sous nos yeux et imprégner le cœur des hommes.


la rue paisible me dit en chantant dans la fraîcheur d'automne
- mon gars, la raison est un brouillard spirituel
ce fut là l'unique réponse de l'architecture du quotidien


La raison est un brouillard spirituel. Ça pourrait être le début d’un essai philosophique. En tout cas c’est classe.

comme un produit comme un achat comme une pub
ton cœur est à vendre en soldes avec ton cerveau
économise un peu et tu pourras racheter ta nouvelle âme
fournie d'applications avec ta carte fidélité


Peut être la seule critique que j’aurais à faire sur ce texte se trouverait sur ce passage, l’idée/l’image sur quatre lignes, j’ai trouvé que ça frôlait la lourdeur, surtout ce dernier vers.


que fais-tu sur la terre, mon loucha mon sourire ? dit-elle
bien sûr je t'aime, mais surtout j'attends...

Magnifique fin. Tu poses cette question qui hante tous nos cœurs d’hommes, la question de l’attente. Nous attendons tous la même chose, mais sans savoir vraiment quoi. En attendant nous aimons.

Question secondaire, c’est quoi un loucha ? Un loup-chat ?

_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain



MessageSujet: Re: Fog Spiritual   Sam 29 Nov - 0:34

C'est un poème et c'est moi (orgueil toussa). Un surnom pour Madame.


La lourdeur est voulue. Maintenant que tu es parisien, tu peux contempler l'omniprésente envahissante de la publicité, et j'y trouve une certaine poésie, nihiliste, du désespoir. Tout est produit, on s'arrange pour que tout se vende, pourquoi pas la poésie ? ou l'âme ? ou dieu ? ah dieu c'est déjà fait, il reste encore l'incertitude de l'âme, et la marginalisation de la poésie toujours rebelle.


merci pour ton commentaire
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur



MessageSujet: Re: Fog Spiritual   Sam 29 Nov - 18:22

Tu vois de la poésie dans la publicité comme j'en voyais dans les efforts de Valli.

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Mario
Ecrivain



MessageSujet: Re: Fog Spiritual   Sam 29 Nov - 22:53

Valli est plus méritant(e) que la publicité.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur



MessageSujet: Re: Fog Spiritual   Sam 29 Nov - 23:37

Le mérite n'existe pas.

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Mario
Ecrivain



MessageSujet: Re: Fog Spiritual   Sam 29 Nov - 23:58

Quand l'univers poétique te dit que tu es mauvais et que tu continues quand même à y croire et à poster, je crois que si. Cela peut se joindre de la folie ou de l'idiotie, mais il y a dedans du mérite complexe à décortiquer, ce qui est tout bonnement impossible à réaliser via internet.
Revenir en haut Aller en bas
Princesse Alice




MessageSujet: Re: Fog Spiritual   Dim 30 Nov - 17:57

Enfin bon des fois aussi, comme pour Valli, ça m'énerve d'ailleurs ses textes étaient pas si mauvais, simples en fait, juste un cheminement (parfois étrange j'avoue avec obligation de passer par des traverses, mais les images et les messages étaient souvent quasi toujours même, jolis)...

Tout ça pour dire : souvent c'est pas que ce soit mauvais, dans les faits si un dit : "c'est mauvais", pleins d'autres vont dire : "c'est mauvais", pareil pour ce qui est bien.
Et au final, souvent je trouve, le regard n'est pas vraiment prolongé dans le questionnement du : est-ce que c'est bon ou est-ce que c'est mauvais ?
Puis ya des jours où tout me parait nul à chier, bas, sans aucun intérêt, sinon pour le mérite... Je sais que certains textes que j'ai fait, il n'y a vraiment aucun mérite, j'ai fait aucun effort (c'est peut-être pas le curseur pour dire ce qui est bon ou mauvais, mais pour moi quoi, pour le mérite que je me donne quand je fais des efforts Smile ).

Ensuite c'est le partage, je sais que des petits textes simples et sympas, c'est super agréable à lire, attention gros classique : https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=pwGR7vpQVCo , génialissime quand-même et j'adore quand je fais ce genre de truc...

Bon aprés, j'ai découvert ça hier, j'ai bien aimé, c'est étrange et sympa :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=BysVzAnR9MY
J'écoute pas ce genre de truc d'habitude, mais là j'ai été agréablement surprise, c'est original le mélange des styles.

Sur ce, j'ajouterai qu'internet est vachement pratique pour tout décortiquer ou alors j'ai pas compris, possible...

Merci du partage !!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fog Spiritual   Aujourd'hui à 17:19

Revenir en haut Aller en bas
 
Fog Spiritual
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Nathan Lemaire] Spiritual Garden Tome 1 : La fin de la toile
» Spiritual view
» NINJA POWER
» Spiritual Atheism: 'Buffy,' 'Angel,' 'House' and 'Doctor Who'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Poèmes, Chansons & Slams
 :: Lyrique
-
Sauter vers: