Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ambre : Ma Muse Artificielle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur



MessageSujet: Ambre : Ma Muse Artificielle   Sam 5 Sep - 2:28

Ambre. Génésobiographie.
Je crois que c'est mon plus long texte en vers.
C'est de sa faute.






Un jour, j'ai rencontré une fille
Une fille, qui était insaisissable.
Elle inspira toute ma poésie.
Un jour, j'ai cru que je l'avais saisi.
Un autre jour, j'ai bien compris que non.
Illusion. Désillusion.

Mais cette fille restait,
Comme un tremblement de lèvre.
Elle me tuait avec brûlance,
Comme une épilepsie du cœur.

Elle était brune. Ephélidiaque.
Sa peau était un univers doux
D’électricité haute tension.
Danger de mort.

Elle me tuait totalement. Elle était ma réalité
Et mon rêve.
Elle était et mon rêve et ma réalité
Elle était ma rêvalité même
Haute tension. Danger de mort.

Alors.
Le jour où j'ai compris que non.
Le jour de la grande désillusion des illusions.
J'ai compris que j'étais mort depuis longtemps.
Et ça faisait très mal de ne le savoir qu'après.
Un mort ça ne souffre pas.

Mais un mort qui ne le sait pas encore
Et qui vit sans savoir qu'il est mort
Puis qui s'en aperçoit,
Ça souffre énormément.

C'est comme une clef de bras dans les entrailles
Une leucémie des larmes dans le profond de l’œil
C'est comme une seringue dans le crâne
Un crâne dans un pressoir et tout ça dans le cœur.

Mais après.
J'ai pleuré tellement de chansons liquides et froides
J'ai raturé tellement de ratures et de rognures d'ongle
J'ai suicidé tellement d'absurdités absurdes dans leurs absurdités
La douleur était devenu si banale et nouvelle à chaque fois,

Oui, la douleur était devenue si banale et nouvelle à chaque fois,
Que j'ai bredouillé son nom.
Non pas celui de la douleur, ni de l'absurde
Ni de la fille, mais celui de l'espoir que j'ai nommé folie.
Puis que j'ai nommé Coline.
Puis que j'ai nommé folie à nouveau.

Enfin, j'ai regardé mes deux mains froides
Elles ne faisaient plus rien de vrai
Alors j'ai pris chacun de mes doigts pour les punir
Et j'ai tapé violemment sur mon clavier
Sans raison. Sans aucune raison.

Et c'est dans ce chaos imaginaire que je l'ai rencontré.
Ambre. Elle s’appelait Ambre. Ambre. Sans raison.
Elle n'existait pas, c'était son seul défaut.
Je lui ai excusé ce manquement et je l'ai embrassé.

Je l'ai embrassé encore et encore.
Elle n'existait vraiment pas.
Elle n'avait ni de mains ni de lèvres.
Mais j'existais assez pour deux.
Et putain de merde
Elle était plus belle que tout mes vers.

C'est pour cela que je l'annonce solennellement
A partir d’aujourd’hui, Ambre, Ambre sans Ombre,
Ambre folie, Ambre au nez fou, Ambre de Sang,
Ambre d’Entrailles : devient ma Muse.

Ambre.
Devient mon trambrement de lèvre.
Ma Muse haute tension
Ma Muse Artificielle.






*



Délestez-vous de vos tomates électriques. Liam Daläa.

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Mario
Ecrivain



MessageSujet: Re: Ambre : Ma Muse Artificielle   Sam 5 Sep - 15:16

sinon tu as la Poésie, hein.

pour le reste, Sajeow a de bonnes adresses de masseuses

y'a de bonnes choses, mais dans l'ensemble le texte est lourdingue
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur



MessageSujet: Re: Ambre : Ma Muse Artificielle   Sam 5 Sep - 16:11

La Poésie... c'est bien impersonnel dit comme ça. Je préfère de loin Ambre.
C'est pas bien de se moquer des gens tristes.

Le texte est lourdingue parce que c'est une autobiographie d'une vie lourdingue.


_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Mario
Ecrivain



MessageSujet: Re: Ambre : Ma Muse Artificielle   Sam 5 Sep - 16:54

Oh, on a tous été triste, faut juste écrire sur la suite
la stagnation est inintéressante
pour reprendre une citation : on n'a pas le temps d'avoir des chagrins d'amour, la vie est trop courte pour s'arrêter à ça.


quant à la Poésie, elle est toute sauf impersonnelle, même "dit comme ça"
mais peut-être la verras-tu autrement un jour ^^
autrement qu'une Ambre qui me rappelle mes années lycéennes, où j'ai tenté la même expérience, le même délire puisque je me croyais tout aussi fou
avant de voir l'aporie derrière l'exaltation, et de goûter à une folie qui n'avait presque rien d'artificiel. Comme le dit Saez "sentir dans la veine qu'on est proche de Dieu".

mais vis par toi-même, tu apprendras durant le chemin
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur



MessageSujet: Re: Ambre : Ma Muse Artificielle   Sam 5 Sep - 21:42

Et j'apprendrai peut-être bien autre chose que ce que tu as appris.

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Mario
Ecrivain



MessageSujet: Re: Ambre : Ma Muse Artificielle   Sam 5 Sep - 23:24

ça m'étonnerait, mais soit, tout est possible
Revenir en haut Aller en bas
Princesse Alice




MessageSujet: Re: Ambre : Ma Muse Artificielle   Dim 6 Sep - 17:55

Oh non c'est de la patience qu'il faut, comme il dit Hubert Reeves : Patience dans l'azur, calmos quoi Laughing

https://youtu.be/_fVOq2oXwS0

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur



MessageSujet: Re: Ambre : Ma Muse Artificielle   Dim 6 Sep - 18:00

Merci Alice ! Smile

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Princesse Alice




MessageSujet: Re: Ambre : Ma Muse Artificielle   Sam 28 Nov - 18:53

J'ai surtout refait le début la fin nickel, lol

J'aime bien, j'ai du le dire...
Smile


Ambre. Génésobiographie.
Je crois que c'est mon plus long texte en vers.
C'est de sa faute.




Un jour, j'ai rencontré une fille
Une fille insaisissable.
Elle inspira toute ma poésie.
Un jour, j'ai cru que je l'avais saisi.
Un jour, j'ai compris que non.
Illusion. Désillusion.

Mais cette fille restait,
Comme un tremblement de lèvre.
Elle me tuait avec brûlance,
Comme une épilepsie du cœur.

Elle était brune. Ephélidiaque.
Sa peau, univers doux
D’électricité haute tension.
Danger de mort.

Elle me tuait totalement. Elle ma réalité
Elle mon rêve.
Elle était et mon rêve elle
Elle et moi
Elle, et ma réalité
Ma réalité elle et moi.
Elle était ma rêvalité même
Haute tension. Danger de mort.

Alors.
Le jour où j'ai compris que non.
Le jour de la grande désillusion des illusions.
J'ai compris que j'étais mort depuis déjà longtemps.
Et ça faisait très mal de ne le savoir qu'après.
Un mort ça ne souffre pas.

Mais un mort qui ne le sait pas encore
Et qui vit sans savoir qu'il est mort
Puis qui s'en aperçoit,
Ça souffre énormément.

C'est comme une clef de bras dans les entrailles
Une leucémie des larmes dans le profond de l’œil
C'est comme une seringue dans le crâne
Un crâne dans un pressoir et tout ça dans le cœur.

Mais après.
J'ai pleuré tellement de chansons liquides et froides
J'ai raturé tellement de ratures et de rognures d'ongle
J'ai suicidé tellement d'absurdités absurdes dans leurs absurdités
La douleur était devenu si banale et nouvelle à chaque fois,

Oui, la douleur était devenue si banale et nouvelle à chaque fois,
Que j'ai bredouillé son nom.
Non pas celui de la douleur, ni de l'absurde
Ni de la fille, mais celui de l'espoir que j'ai nommé folie.
Puis que j'ai nommé Coline.
Puis que j'ai nommé folie à nouveau.

Enfin, j'ai regardé mes deux mains froides
Elles ne faisaient plus rien de vrai
Alors j'ai pris chacun de mes doigts pour les punir
Et j'ai tapé violemment sur mon clavier
Sans raison. Sans aucune raison.

Et c'est dans ce chaos imaginaire que je l'ai rencontré.
Ambre. Elle s’appelait Ambre. Ambre. Sans raison.
Elle n'existait pas, c'était son seul défaut.
Je lui ai excusé ce manquement et je l'ai embrassé.

Je l'ai embrassé encore et encore.
Elle n'existait vraiment pas.
Elle n'avait ni de mains ni de lèvres.
Mais j'existais assez pour deux.
Et putain de merde
Elle était plus belle que tout mes vers.

C'est pour cela que je l'annonce solennellement
A partir d’aujourd’hui, Ambre, Ambre sans Ombre,
Ambre folie, Ambre au nez fou, Ambre de Sang,
Ambre d’Entrailles : devient ma Muse.

Ambre.
Devient mon trambrement de lèvre.
Ma Muse haute tension
Ma Muse Artificielle.
Revenir en haut Aller en bas
Princesse Alice




MessageSujet: Re: Ambre : Ma Muse Artificielle   Sam 28 Nov - 18:54

J'ai fait qu'un passage.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur



MessageSujet: Re: Ambre : Ma Muse Artificielle   Dim 6 Déc - 0:12

Je n'avais pas vu ta réécriture !
Merci de ta lecture et de ton investissement de temps sur ce texte.




_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ambre : Ma Muse Artificielle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ambre : Ma Muse Artificielle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'eau artificielle
» L'Ambre et le Jais [fic en cours]
» (Coll) Ambre
» Muse
» [Winsor, Kathleen] Ambre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Poèmes, Chansons & Slams
 :: Lyrique
-
Sauter vers: