Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Source

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Source   Sam 9 Jan - 0:45

cette volupté: parler ta vie,
explore-là non comme un songe
mais comme éclatement profond
de la plaine, la nuit
allongeant ce monde terrestre
oblique
comme un phare
où ciel fra
casse
ra
vive
ral
lume
ras
sit à raz-
de-source

*

et de jadis la tristesse mystique
où vagues monts vagues neiges vagues élans
s'enroulaient en un secret cimetière
s'élèvent lors en cathédrales
abruptes
aux hanches somptueuses
aux verdures corsetées
comme une dame de joie
en noces à l'Atlas


Dernière édition par Ghan Vo le Sam 9 Jan - 14:10, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Source   Sam 9 Jan - 0:45

ballade


I

oui le jour s'est longtemps caché sous les brises d'ouest
et l'on pensait: ses grands lis d'eau dorment à jamais
et l'on pensait: son soupir ne crèvera plus au-delà de ses fenêtres

mais
comme un siècle nouveau les ombres s'ouvrent
en nous les volets claquent
la mort, délicieuse, surgit
et la rivière exulte ses envoûtements
et l'orage s'abat en mélodie errante

oui le jour s'est lavé
et les rideaux en lesquels s'enrouler s'enfermer s'étrangler
avec d'atroces parfums de noyade et d'amour
sont devenus légers

je n'ai plus pour ta courbe qu'un désir de sculpteur
pour ma laideur une joie puérile, liante
comme d'un pont, une arche naît, devenue l'horizon
et l'horizon rendu à sa féminité

et mes doigts d'eau douce en forme de delta
à ton ventre de manguier
à ce tragique solaire à peine effleuré
à cette cadence oubliée
font de plus chastes caresses

ma nocturne plaie dans le matin naissant
paysage du corps, ma merveilleuse soif
tu es fait pour la surprise capiteuse
et moi pour boire en chacune de tes pierres, à chacune de tes ciselures
leur fraîcheur
Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Source   Sam 9 Jan - 0:46

II


il y a les dunes de séquoias immenses, gravissant les brumes
comme vagues montantes de pierres obélisques
avec leurs cimes envolées, hautes comme les dents des Andes
striées comme le roc des Alpes
il y a la mer dure, dure, au goût de jungle vietnamienne,
une guerre y est passée, silencieuse,
et nous passons dans l'histoire, et l'histoire passe en nous
il y a la mer, dure, dure, la terre ferme, la dense, impénétrable
qui entoure de tout son rivage
de toute sa morsure  

et la détresse rougoie entre ces mondes
terres et ciels, vents et abîmes  
ramant comme une
je ne sais quoi
la peau tannée
de braise
ramant avec
je ne sais quoi
debout dans ce coracle
qui chante
Revenir en haut Aller en bas
Princesse Alice

avatar


MessageSujet: Re: Source   Sam 9 Jan - 9:56

J'aime bien ceux-là, plus si je prends en compte tout ce qui a été dit sur ton désir de changement poétique, je trouve que tu n'as pas perdu ce que j'aime dans ta poésie : l'image.

Elles sont trés jolies, même les idées.

Cool, merci du partage !!

Smile
Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Source   Lun 11 Jan - 2:06

merci beaucoup mademoiselle I love you
Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Source   Lun 11 Jan - 2:14

le dernier (inspiré par le cubisme analytique à la Picasso)


--


Chambre mansarde mon amour

(étude sur les nus - en mouvement rotatif amoureux)


deux corps sont enlêmlés
un menton dessus l’autre
bras dsus bras dsous

du coin de l’oeil, l’un voit fenêtre
l’autre l'oreille déjà: MORDUE

la vitre, rectangle parfait,
s’émeut:  arrondie par
               son ouverture
au monde tournoyant
                 comme un vent ivre de
             notes qui                                  t      la chair
                                c                         n
                                    o                  e
                                         u         b
                                               r
                                               
et tout s'engouffre comme un public dans un théâtre

la vitre: buée
roule boule avec les corps
         oubliée
vrille et:          SOLEIL
à notre seuil
du dehors
                 au dedans
de la chambre au
                       lointain
d'un oeil rêveur
hubloté
couché,           au coin
        des ombres
aux pieds
               des dunes
fenêtre: ouverte
   et son tournis
        s'engouffre
sous les draps
ardents
             piquant
la peau
         à son 
              SOLEIL
              fourmillant
                          du bout des doigts

et l'odeur froide d'un fleuve
passe
lequel? le Rhin
pour l'ivresse
légère, au coin
du feu
           des lèvres
le Rhin
pour la pâleur du désir
que j'ai de toi
qu'elle a de lui
ô candeur alsacienne
de tes mains
colombes des reins
ou combles des ruines

              Rhin
pour son SOLEIL
             glaçant
             d'hiver
             bâillant
             happé
pour le   vent
            à la fenêtre

             SOLEIL
d'où nuite cette chambre
                            moite et
                                  rusée
SOLEIL - devenu nôtre
(car nous t'avons volé)

deux corps sont enlêmlés
et l’ongle de l'une à l’angle de l'autre
caresse:
la joue
s'ébroue:
le coeur
étreint:
la cuisse
tiédie

et le geste chuchote:
chut, et toi tu
pelotes
émue
ma joue:          hihi
tu GRIFFES:       aïe!

un genou dévie,
l'autre
          s'écarte
                         déplie
    replie
               frôlé:      ce   d
                                           o
                                      s
         en pont cambré
 
            (brrrrh)

sous le drap —
                       — tiré          ) ) ) )       gonflé
                                                     de gestes

                              grimpant
              sternum/                             tendres                                                                                                                                                                       
                             
baisent les soupirs         ) ) ) )       ô tendres                                                                                             
                                                             
                                  
                                    orteils dé-                                  
                                                      collés                          F
                                                  dé-                           O        A
                                                       tendus            N                   L
                                             en é-                    D                           P
                                                     -ventail                     
                                                                                                       E
                                                     tendus                                        L
                                                            d'un fil  
                                 (in-                                                                  R
                                          visible
)                                                      A
                                                                              tiré                    P
                                                                     
                                 
                                   gorgé de nuit immense
                                      et d’envoûtements

               le buste dé-
grafé
                la lune dé-
vêtue

ventre de l'un bombé sous la moiteur de l'autre

et le miroir
      profond : dont tout mouvement

                             de lui
                                       vers elle va
                                comme aile dé-
                                                           ployée referme
                                                                                       la pointe de
                                                                                                             ses plumes
                                                                                                         à
                                                                                                             ses     seins    



**
*




                   et l'oreiller plié pour y dormir

                                    ton bisou-nez (blotti
                                                                        contre-mon-rêve (bâti
                                                                                                                 dans ton corps
                                                                                                                                            qui tremble (et me
                                                                                                                                                                              boulverse)


Dernière édition par Ghan Vo le Mar 12 Jan - 19:29, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Princesse Alice

avatar


MessageSujet: Re: Source   Lun 11 Jan - 7:40

C'est cool les "calligrammes", des fois je le fais un peu à l'écrit mais j'arrive pas à le rendre sur l'ordi...
C'est relou !

Bon là y'en a des particulièrement bien.
Smile

C'est marrant je reconnais un vers du poème qu'on avait fait !

Là de la série mon préféré, je dirai que c'est le premier, il est beau !!!
Les autres aussi, merci du partage !!!
Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Source   Lun 11 Jan - 13:57

oui, j'ai eu un mal de chien à donner un rendu visuel correct, on peut même dire: ça m'a consumé

en fait, il faut prévisualiser deux fois pour que les espaces soient pris en compte


merci beaucoup d'être passée Smile
Revenir en haut Aller en bas
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
avatar


MessageSujet: Re: Source   Lun 11 Jan - 20:20

Impressionnant ce travail sur la forme ! Je salue l'effort.

_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Source   Mar 12 Jan - 9:30

Je n'ai jamais été particulièrement convaincu par les Calligrammes, les trouvant chez Apopo souvent lourdingues ("vous avez vu, je dessine un miroir et je parle de moi biatches !"), mais conceptuellement intéressants. J'apprécie davantage le positionnement des vers, formes avec laquelle il m'arrivait de jouer au début de l'écriture, dans une tentative de compréhension formelle...comment le positionnement du mot peut changer la lecture, etc. Il me semble que Liam s'était également amusé avec ça, en tentant des choses intéressantes sur le placement des vers, et c'était plus pertinent que certains calligrammes.

Cela étant, un poème-sculpture, l'idée me plait. Seul hic avec les vers assez courts, presque hachés, modifiant un peu ce qu'on attendait au début, mais qui restent plaisants.


J'ai bien aimé ce passage :

deux corps sont enlêmlés
et l’ongle de l'une à l’angle de l'autre
caresse:
la joue
s'ébroue:
le coeur
étreint
la cuisse
tiède



et la fin, qui part dans tous les sens, est très bien fichue. C'est convaincant,  ça donne du corps, c'est langoureux. L'ensemble est juste, peu de calligrammes qui est un jeu puéril (ne me lapidez pas de suite !), mais assez pour accompagner l'agencement des formes et des sons.


J'aime assez, enfin, le tournant que tu saisis à pleines mains, à mots entiers. On arrive dans autre chose, de la quasi-nouveauté, des tentatives, des idées derrière les mots, de l'affirmation. Ce qui manque chez beaucoup en ce moment. Les cojones aussi.
Pour les prochains, peut-être donner plus de profondeur au texte, on peut émettre une objection sur la puissance forme/fond, un débat éternel de plus pour la Polésie.
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Source   Mar 12 Jan - 9:39

De quoi rappeler un débat de plus sur la structure du réel (scandaleuse), ou le désordre de l'adstruction de Liam...ce qui me ramène à un questionnement sur l'architecture d'un poème, plus en profondeur. Ce dont je te remercie.
Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Source   Mar 12 Jan - 13:18

merci beaucoup d'être passé Shadow Smile


depuis que je l'ai posté, le poème a subi quelques modifications typographiques profondes, qui en bouleversent davantage encore la structure, sans tendre pour autant, j'espère, vers la lourdeur d'un poème-dessin absolu (ce n'est pas l'objectif). mais je n'ai pas le courage de tout remettre en forme. bientôt, peut-être.

quant aux calligrammes d'Apollinaire je suis entièrement d'accord avec toi. j'ajouterai peut-être (avec toutes les pincettes qu'on doit prendre lorsqu'on parle de filiations) que si le poème doit souffrir une comparaison, il me semble qu'il doive être associé davantage au coup de dé de Mallarmé (bien que ma démarche soit plus érotique, moins réflexive, et par conséquent, en un autre sens, peut-être plus proche d'Apollinaire). mettons que je revisite un entre-deux, sous l'angle de mes propres préoccupations.

tu auras peut-être noté que j'ai aussi parlé plus haut de cubisme analytique. c'est vrai qu'Apollinaire se voulait tenant d'un certain cubisme en poésie : seulement je trouve que ça ne lui a pas réussi ; ses calligrammes ne s'en sont pas donnés les vrais moyens ; cela tient au fait qu'ayant mis figure dessinée et figure poétique simultanément sur le même plan, sans inféoder la première à la seconde, il me semble déboucher sur une contradiction peu fertile. une poésie à deux têtes, scindée, en partie divorcée d'avec elle-même, qui se mêle de ce qui ne peut vraiment la regarder (comme ceux qui prétendent que la prosodie peut égaler une véritable notation musicale: cette prétention est absurde pour la simple raison que le matériau esthétique n'est pas le même. s'il y a une musique, en poésie, c'est une musique des signes linguistiques, avec ce que cela implique). donc confondre absolument dessin et poésie: infertile, car illusoire. le dessin y est nécessairement signé, alphabétisé, lexicalisé - et suppose encore l'invincible syntaxe, sa primitive condition d'existence.

or, je crois que la poésie a, entre autre tâche, celle de fertiliser l'impossible, de produire un miracle de langage, qui l'établisse en intuition (cette tâche doit l'élever au rang d'une science de la sensation, d'une science du singulier, d'une science du mystère, et doit puiser toute sa force, toute sa validité dans une imagination librement mais intelligemment réglée). la syntaxe demande à être travaillée, bouleversée, éclatée, liée et déliée d'une manière extrêmement délicate et rigoureuse. expérimenter, ce n'est pas faire n'importe quoi, en dilettante. on n'expérimente rien de bon si l'on ne prédit pas son but. on n'expérimente pas sans poser d'hypothèse, et l'on ne pose pas d'hypothèse sans avoir une intuition profonde. le cercle est presque parfait : l'intuition de l'un, lorsqu'elle se possède pleinement, doit rejoindre l'intuition de tous. c'est cela la science poétique. elle exige une véritable ascèse, une véritable M E T H O D E (science avec patience, le supplice est sûr) et, dans une certaine mesure, elle demande de connaître les limites du langage : à strictement parler, les possibilités du poète ne sont ni celles du sculpteur, ni celles du musicien, ni celles du peintre, ni celles de l'architecte. en revanche, il peut chercher à toutes les transposer dans l'ordre du langage, à s'en inspirer librement sans se faire trop d'illusions. c'est en tout cas ce que j'ai cherché à faire avec mes petites ressources (mais ce n'est qu'un début).

je transmets ici ce que j'ai dit ailleurs (de mon rapport au calligramme d'Apollinaire), puisqu'ailleurs le nom d'Apollinaire a également été évoqué (et peut-être es-tu déjà tombé dessus). cela m'a donné l'occasion de préciser un peu mon approche.


du bon usage du calligramme:
 


je prends en compte tes conseils finaux (objections que je m'étais d'ailleurs faites à moi-mêmes), que je méditerai encore de mon côté, entre deux gorgées de rhum quantique (je note simplement, pour le moment, qu'il est extrêmement difficile de retrouver une forme neuve, sans se condamner à ne faire qu'effleurer en superficie le corps véritable - ou l'Idée - qui doit gouverner cette forme et se révéler en elle)

merci beaucoup (et pardon pour la longueur grotesque de mes développements. j'espère néanmoins avoir été assez clair pour ouvrir, éventuellement, la discussion.)
Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Source   Mar 12 Jan - 18:51

(bon voilà, finalement, j'ai mis la version finale)
Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Source   Mer 13 Jan - 14:23

Etude du cou


Je suis une longue feuille frissonnante
en suspens
dans le coin d'ombre de tes paumes

l’écorce, la cime qui trouve écho
hors de l’arbre, au long du doigt
du vent qui louvoie

Tout entier, secoué par l'averse froide, soudaine
me traverse ton parfum comme un geste d'été

Ta bise déshabille ma gorge
- lente griffe des profondeurs -
y mord la courbe, la fissure d'Adam:
pesante sainteté

Ah mécréante
ton doigt fait le vitrail de mes sursauts
tu y trempes ton rire, ton baiser, tes dents

Par coeur
cette cruauté, je la sais

Enfant
je meurs en sa tendresse




**
*




Le joueur d'harmonica


Il a mouillé l’harmonica
dans ton idée
et ton idée fit balbutier sa nuit
chambre penchée
comme un visage priant
vers ce ciel un peu trop pur pour...

Il a glissé le corps amer
cette anche à vent
au lointain qui, l’habitant,
le fuyait de plus belle

... bu à l'air, l’octave qui casse
coupe
assène
aux lèvres, ce qui ne dort, mais

- troué
par 15 cm de blues
aux lames
vibrantes -

gémit

Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Source   Mer 13 Jan - 14:29

Le baiser clair


I.


J’écris vivement pour l’évènement
qui, de sa main lâche,
me renverse
comme un vase de porcelaine

C’est la fin de l'automne

L’après midi ne bousculera plus rien, ne cassera plus rien
que des terrasses joyeuses
pintes levées vers le soleil tiède encore
et les rues effeuillées de toute leur lèpre,
de tous leurs tessons d'or...

On ramassera bientôt le soir
comme le long drap d’un feuillage oublié
un caillou tombé
au son bleu, cristallin, haut et douloureux
et dans ce geste, dans cette chute, tu te loveras,
tu te mêleras à ce lit, avec mon ombre amante,
où l'on se couche de pâleur



II.


A cette manière de border le monde,
de pencher les rivages,
de galber les angles, les arrêtes, les roches des cours d'eau:
à cette manière de nager à ma pensée
je trouve une façon savante de douceur
et les reflets s'émeuvent à ta peau transparue

échine froide, linge portant ma fatigue, tu émerges du courant
je veux dire, par là, de cette vie qui me terrasse
et m'avale en toi

tu ordonnes de mon visage: son souffle ; de mes paumes: la brasse nuptiale
tu appelles mon corps entier: abandon
nommes mon bain: aurore
et l'aurore: baiser clair
qu'il faut laisser entrer
comme on meurt au monde commun
en soi
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Source   Mer 13 Jan - 15:21

le cou et le baiser sont sublimes, surtout le II

je suis impressionné, je développerai plus tard
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Source   Mer 13 Jan - 21:16

Dès que ma semaine d'examens sera passée, j'aurai de la lecture.

Mes yeux n'ont pu éviter de se poser sur le joueur d'harmonica (et d'en mourir un peu).


_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Source   Jeu 14 Jan - 2:03

Smile
Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Source   Lun 30 Mai - 20:59

Voyage


villes transpercées, j'appelle
de toute votre confusion
votre dense, vos épaisses contusions
à la lame cinglante de l'oeil, j'appelle  
le tissu
les muscles
la matière
le crime
les corps qui éraflent vos larges murs
de métal et de briques
et la mélancolie sanglante comme
un début d'averse, la nuit...

c'est mon oeil qui vous sent
mon oeil un lac de douceur
à raz de démence
sur le poids des dômes
et les collines affibrées à toutes ces strates
qui mordent inexpugnablement la terre
"ô mère gravité"
elles mordent et elles mordent, ah
c'est mon oeil et le désir qui le colore
et le regret qui l'épuise, mon oeil
tirant
sur son dos
on-ne-sait quelle
absurde suspension cosmique
on-ne-sais-quelle
transparence ascendante
on-ne-sait quel
infini de siècles forgé
de brumes, d'étoiles, de poussière, de vide
de ricanement des sphères

villes transpercées
à coup de lassitudes
vous portez la nuit comme les draps l'amour perdu
pensées qu'imbibe - quoi ?
un parfum ? non
horreur des parfums - une sueur

le train passe, lumières étouffées par les vôtres
et bientôt les ténèbres plus froides et odorantes
les espaces déformés, les arbres, les taillis
campagne: l'air est nu, habillée d'ombres
l'infini, voyez-vous, n'existe plus
le désespoir, pris à contre jour,
la jeunesse se lovera
jusqu'à réclore des paupières
et les villes recomposées
sous les draps brûlants
les élégies mur
murées
des gouttières ruisselantes
Revenir en haut Aller en bas
Princesse Alice

avatar


MessageSujet: Re: Source   Mer 1 Juin - 9:46

Le début est génial la suite est super et la fin est cool.

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Source   Mer 1 Juin - 14:54

Plusieurs versions d'un même poème, voilà ce qu'on aime !


Je préfère celle-ci dans les ajouts les répétitions les découpages
la structure, mieux ficelée, en meilleure respiration

l'autre est m'as-tu-vu et pour les poètes du troisième âge
mais de la meilleure des qualités pour cette poésie, entendons-nous


bientôt l'estuaire, comme signalé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Source   

Revenir en haut Aller en bas
 
Source
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ayn Rand : la source vive
» Profil f3k perso en open source
» [Japon] Onsen ou source chaude
» Source d'éveil
» Counter Strike Source

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Poèmes, Chansons & Slams
 :: Lyrique
-
Sauter vers: