Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Débat & états des lieux à propos de la République

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Débat & états des lieux à propos de la République    Jeu 10 Mar - 14:53

Suite à une question de Deedlit, voici ma réponse et extrapolations diverses.
Toute idée, pensée, réaction, question, objection est autorisée.




Deedlit, en plein cours de finance-gestion-management, pose la base du débat :

pourquoi est-ce que l'école républicaine ne donne pas les moyens de penser la république ? nous sommes la liberté, l'esprit critique, la pensée sans frontières ! mais sachez que les choses sont ainsi et pas comme ça et que bon non en fait c'est trop dangereux de vous apprendre à penser car sinon notre chère république de façade ne pourra faire long feu - autrement dit, ne pas donner les moyens de penser notre propre société, ou alors seulement par des biais qui la fragmentent (il faut se spécialiser, voyons - engagez-vous, rengagez-vous), et donc par suite empêcher une prise de recul dans la façon de penser, dans les moyens de penser, et donc une action faute des connaissances nécessaires pour permettre sa mise en oeuvre, et (toujours plus) une action qui serait même concertée (et là on arrive à la bêtise du système français dans le supérieur : taffer comme un débile pour avoir son diplôme, pour le genre de diplômes qui continuent à faire tourner le monde tel qu'il est ; ou alors dans des filières avec des moyens et du temps de pensée, mais très peu écoutées)

*qui serait même concertée et collective et cohérente



Réponse de Mario, enveloppé d'histoire romaine et d'un châle astral :

théoriquement, on a par exemple dans le publique des cours d'instruction civique, mais rien qui ne fasse réfléchir le système sur lui-même, car on estime que la nouveauté est en fait dangereuse
qu'il faut un roc centenaire pour élever des générations qui ne veulent pas de ce bout de rocher dépassé
si on te donnait les moyens de penser la république, les gangs qui se partagent le pouvoir n'y seraient plus depuis longtemps
et là tu arrives dans des thèses anarchistes, l'état - et par l'état, les élites - souhaitent garder le système en place pour continuer de sa gaver. Ce qui va avec l'ignorance et la non-politisation
*se
c'est simple : les élites en place, bourgeoisie autant financière qu'intellectuelle doivent garder le contrôle d'une société pour conserver les privilèges de classes - car il s'agit d'une lutte des classes. Pour cela, l'école reste le principal lieu d'inégalité fataliste, que personne ne souhaite modifier ou changer, d'où les ghettos scolaires, d'où les jeunes profs inexpérimentés dans des endroits où la masse doit rester la masse, d'où les problèmes des banlieues, car les nouvelles générations menacent l'ordre établi des élites, et toutes revendications déplaisent fortement, car revendiquer, c'est prendre conscience, et prendre conscience, c'est déjà conquérir sa propre liberté, et SURTOUT ! la liberté est absente, car elle fait peur.

regarde Taddéi. Pourquoi lui a-t-on reproché son émission ? Parce qu'il créait dans l'espace publique un débat ouvert, libre, et les élites ont eu peur de cette liberté si facilement accessible, qui amène à la pire des choses : la réflexion, l'interrogation...le doute !

et si le système ne nous correspondait ? est le pire des questions, qu'ils redoutent tous, qu'ils essaient de restreindre. C'est pourquoi il faut empêcher le peuple de penser, de se questionner - on verrouille les infos et on défonce ceux qui parlent trop, ou qui proposent autre chose



Deedlit s'offusque de toute sa jeunesse :
Et tu oses appeler ça des élites ?



Mario lui tapote le crâne en mode "là là, c'est pas grave" :
hélas
le problème, c'est qu'intellectuellement, nous sommes plus forts
et ça, ça change tout



Deedlit demande développement devant une telle prétention :
Cad ?


Mario développe avec tout autant de prétention :

c'est à dire que nous voyons, pensons et pouvoir agir plus loin qu'eux, sauf qu'ils nous empêchent d'agir en compressant l'espace de réflexion de ceux qui n'ont pas assez de conscience pour se libérer intellectuellement
ça passe par la religion, les partis, la tradition, la culture française, développé par les médias qui involontairement ou non participent à la chape de plomb - tout en voulant une révolution car même les élites sont conscientes du danger imminent - tout en le provoquant
et bien sûr la force armée : tu luttes contre les élites, on t'envoie les flics
ce qui empêche toute évolution brusque pour aller vers une évolution faite de transitions pour à la fois amincir l'épaisseur révolutionnaire, et pour garder la mainmise sur le pouvoir - jusqu'au jour où
raison pour laquelle ils reculent des lois, taisent des informations et sont plus à l'écoute certaines fois, sentant la masse leur échapper
on est dans la Zone du Dehors, et on a 4 à le savoir
à prendre la conscience de notre totale et immense liberté
la question que je pose maintenant : on en fait quoi ? des poèmes, des vidéos youtubes qui appellent au grand soir ? ou alors on se tire les doigts, on écrit des articles, on devient la masse visible ?



A vous les studios
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Jeu 10 Mar - 14:57

Pour ceux qui lisent Chrétien de Troyes dans le texte mais qui rechigne à un paragraphe virtuel, la question initiale est la suivante :


Pourquoi est-ce que l'école républicaine ne donne pas les moyens de penser la république ?
Revenir en haut Aller en bas
Princesse Alice

avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Jeu 10 Mar - 15:51

Tin on est dans la merde, y'a rien à faire !!
Fin bon des fois j'ai l'espoir... Y'a des gens bien il me semble !

C'est vrai que des fois j'ai l'impression on assure !

Yo la classe, mais oui faut qu'on parle.

MARIO PRESIDENT !!

Si tu te présentes je prends la carte zélectorale, sinon zeubi !
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Ven 11 Mar - 1:10

Lu.



"ou alors on se tire les doigts, on écrit des articles, on devient la masse visible ?"

--->

Écrire des articles à l'encre noire - et illisible - sur des feuilles rêches qui te pompent toute la transpiration des mains au moindre malheureux contact, des articles avec des encadrés rouges dépassés depuis la chute du mur de Berlin, des articles qu'on distribuerait à deux passants trop timides pour refuser prendre le morceau de papier qu'on leur tend, à une jeune étudiante qui cherche juste un truc d'à peu près plat pour caler sa table pendant son partiel de sociologie parce que le gouvernement préfère financer des ogives nucléaires que des salles de cours, des articles qu'on distribuerait à un anarchiste de 45 ans qui fume les joins d’étanchéité de sa fenêtre ouverte pour oublier quarante-cinq ans de paroles vaines et d'inaction, ou à une jeune prof de philo révolutionnaire qui le fera lire à son petit-ami une fois rentrée chez-elle, sans réussir à le faire changer d'avis sur le fait que quand même il faut des riches et des pauvres pour faire fonctionner un pays et que si on a rien à se reprocher on se fout de savoir si les écoutes téléphoniques seront intensifiée, des articles qui finiront en masse de papier-mâché informe dans une flaque d'eau boueuse d'où la vie ne parvient même pas à naître ?


C'est de ça dont tu parles ?

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Ven 11 Mar - 10:19

Si on était encore en 1990-1991, la chute de la regrettée URSS, mon année de naissance, oui ; fort heureusement nous pouvons écrire maintenant sur d'autres supports. Et sur des supports qu'il nous reste à inventer - naaaaooooon, pas ce mot, c'est trop dur, trop compliqué, laissez-nous en paix, on ne veut pas réfléchir naaaaooooon !
(et là tu entends que Youtube réinvente le support, et là tu rigoles)

Au passage, la résignation est un suicide quotidien. Je ne sais plus où je l'ai lu, mais je ne parle pas aux morts, à ceux qui ont renoncé, aux désespérés et aux cyniques. J'ai moi-même assez de désespoir pour ne pas me laisser déborder par d'autres, et je préfère y croire. De plus, ton accumulation d'exemples pourrait se décliner sur des millions de personnes - quand l'important, c'est ce que toi tu commences par faire. Pleurer et renoncer, d'accord. Très peu pour moi. Mais enfin si tu crois encore au journal papier, tu peux continuer ta chiale de fatalisme social, pendant que d'autres se tirent les doigts à ta place. En mode français 1944, à la libération de Paris on passe de 0.2 à 75% de résistants.

Qui plus est, tu as une vision consumériste et égocentrée des choses, comme tout le monde. Puisque j'ai des idées, il faut que le monde les adopte. Non, il faut tenir ses idées d'abord et avant tout pour soi-même - pour ensuite les considérer dans la multitude (ça rejoint mes propos sur le vote), comme il faut tenir sa poésie pour la façonner dans la vie, jusque dans la mort - et pas simplement la voir comme un jeu teinté de nihilisme cynique, la grande maladie de notre siècle. Bien sûr il faut lutter, il faut se confronter socialement, mais penser qu'il faut absolument convaincre, absolument convertir, alors l'erreur et la dictature ne sont pas loin. Une pensée bien ordonnée commence par soi-même, alors si tu désespères du monde, au moins fais l'effort de ne pas désespérer de toi-même. J'appelle ça du respect ou de l'estime de soi. Sans quoi fais-toi sauter le caisson et laisse les enfoirés continuer leurs saloperies en silence.
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Ven 11 Mar - 10:39

Revenir en haut Aller en bas
Princesse Alice

avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Ven 11 Mar - 12:24

"comme il faut tenir sa poésie pour la façonner dans la vie, jusque dans la mort -"


Je me souviens encore le premier poème qui m'a attrapée, c'était tout tendre de voir comment "moi-même" était dans un effort d'amour pour moi-même, pour les autres et comment je m'accrochais à un autre que j'avais lu de droite à gauche et gauche à droite de bas en haut en diagonale dans tous les sens, que malgré tout du coup, je l'aimais à travers, en continuant à m'en dissocier, je parle de Rimbaud là... C'est bizarre parce que j'ai beaucoup aimé Nerval, que j'entends en moi des fois, mais qui reste une sorte moule-gentil plus qu'un interrupteur MALEFIQUE, nan je rigole, j'aime bien sa voix.

Pour recentrer mon discours, c'est peut-être ainsi que je conçois le concept de "république", je trouve que Rimbaud est assez facile à accepter dans le sens où son oeuvre trace un cheminement psychologique et que sa voix transparait, c'est pour cela que j'ai souvent eu en idée de ne pas travailler mes textes pour laisser ma voix apparaitre, lol j'ai envie de pleurer, parce que je me dis que bien sur il faut des supports et que peut être notre époque et le flux internet ne permet plus trop malgré qu'il le permette grandement (loi des paradoxes) de suivre un fil idée d'un autre, j'ai envie de dire pour le coup que la pertinence n'a même pas d'intérêt pour moi vu qu'elle se replace d'elle même, dès lors je suis perdue pour donner un quelconque fil à qui que ce soit, sauf peut être à qui veut bien le trouver, du coup bien sûr on en revient à cet "élitisme" que décrient certains, mais que leur dire si ce n'est des fucks fucks accompagnés de bisous bisous... (à l'infini) pour qu'un message remonte à la pointe du système ? Hein bon, ça doit être ça... En attendant on se fout des nions et ça fait la sourde oreille. Ce qui me donne envie de glorifier les grands suicidés qui nous ont offert l'image de ce que la mort de plus sublime dans un alentour vide de reconnaissance. Parler nous met à nu, nous on est nus ça va, c'est pas tant la honte, peu importe, juste j'espère des fois avoir rassurer, je vous avouerai que ça me fait chier des fois d'avoir quitté jeune écrivain pour ça, parce que je vois plus les jeunes arriver et que j'y suis plus pour rassurer, lol et que j'ai décidé de faire payer (bon j'y suis pas encore) pour ça. Bref, c'est le système, à un niveau on a plus en s'en vouloir, c'est la vie, on a fait beaucoup d'efforts.

Bisous !
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Ven 11 Mar - 13:24

*oublie de respirer en lisant*

blouerg
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Ven 11 Mar - 23:31

Je ne répondrai pas sur les analyses douteuses et les accusations grotesques à mon sujets. Mais j'en viens à ma question principale.


"fort heureusement nous pouvons écrire maintenant sur d'autres supports. Et sur des supports qu'il nous reste à inventer - naaaaooooon, pas ce mot, c'est trop dur, trop compliqué, laissez-nous en paix, on ne veut pas réfléchir naaaaooooon !"



Voilà ce qui vraiment intéressant et à propos dans ton message.
A quels supports (inventés ou en cours d'inventions) penses-tu ?




*

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Sam 12 Mar - 11:10

Des supports papier déjà (une invention pas si vieille si on l'étend sur une chronologie de l'histoire humaine...). Oui, j'arrête de troller.

Je pense bien sûr à internet, à la vidéo, au stream, à d'autres méthodes qui sont en cours de développement (certaines dans ma petite tête, mais qui demandent une équipe avec moi), et qui se penchent davantage sur la diffusion concrète plutôt que le partage dans l'entre-soi caractéristique de la poésie. Le problème selon moi n'est pas que la poésie ne se vend plus, ne se montre plus, mais plutôt qu'elle n'essaie plus. Comme pour tous les autres arts, elle n'est simplement que ce qu'on en fait, et dans la plupart des cas, c'est surtout rien. Rien de pensé, rien de tenté, rien d'essayé - avec sérieux et rigueur, avec bienveillance et volonté. Alors on baigne dans un fatalisme débilitant "oui mais ce n'est plus le meilleur medium alors ah ben ouais mais bon" non, ce n'est simplement qu'un medium qui dépend de ce qu'on en fait.

J'en veux pour preuve mon raisonnement suivant : je connais grosso modo une vingtaine de poètes potentiellement publiables en vue d'intéresser des lecteurs. 7 d'entre eux (1/3 donc) sont des proches qui me connaissent de près ou de loin. 5 d'entre eux sont tout à fait partants pour créer des choses : un site, un blog, des vidéos, et sont partants pour tous les projets. Au final, je reste tout seul à lancer et tenter de faire survivre des trucs. Est-ce que ça vient des projets ? De la poésie ? J'ai tendance tout de même à croire que ça vient, de base, des gens. J'ai des projets d'éditions ailleurs, des travaux qui peuvent relancer la machine, qui tentent des choses, juste parce que la personne en face, en l'occurrence une poète qui comprend les mêmes problématiques que moi et qui souhaite s'en débarrasser, possède ce que les autres n'ont pas : une conscience du travail à fournir dans le plaisir de l'écriture. Tu peux appeler ça du sérieux, c'est simplement une volonté de ne pas simplement écrire des inutilités, de poser des mots et de traverser sa propre histoire sans trouver le moyen/le courage de la saisir. De faire vivre sa poésie. De ne pas se laisser déborder ou envahir par des théories fumantes sur les nouvelles technologies. L'homme est à la base de tout, et les supports nous tendent les bras, la poésie doit ré-inventer la vie. J'ai des milliers d'idées, mais ce qu'il manque, en réalité, ce ne sont pas les idées ou les inventions, ce sont les poètes. Le support principal de la poésie.

Mais il paraît que tout ceci est bien trop sérieux, alors on préfère écrire dans son coin et avancer dans le monde en avançant en culbuto. Et là on se retrouve dans ton paragraphe de dépressif notoire. Il s'agit de ne jamais renoncer, à toutes les époques de sa vie.

Enfin il nous manque l'esprit situationniste qui existait, qui est l'occupation et l'invasion de l'espace. Je le dis depuis que Platoon a pris poétiquement la parole : nous sommes en guerre. Il s'agit de lutte dans le sens de l'histoire pour avoir son nom sur les pages des manuels - mais celle-ci ne nous concerne pas. Non, il s'agit d'une lutte dans le sens de l'histoire si nous avons un peu de respect pour nos idées et nos façons de vie, nos vers et nos concepts poétiques les plus fumeux - autant la fantaisie que l'hymnancisme.
Mais en étant d'un tel réalisme concret, je suis peut-être trop sérieux pour des poètes qui se comportent en branlotins éternels.

Pour tous ceux qui veulent ré-inventer la vie, la Léproserie est ouverte.



Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Sam 12 Mar - 11:18

Tout ceci est tout à fait hors-sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Sam 12 Mar - 12:43

Je me disais aussi.



...mais par contre c'était très intéressant. J'y réfléchirai.

_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Princesse Alice

avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Sam 12 Mar - 15:34

Non, tu vois c'est ce que je disais, c'est pas grave que ce soit hors sujet, on parle c'est déjà ça.

J'ai eu mon premier cours d'initiation à la psychanalyse, bon faut que j'adopte le vocabulaire pour leur parler... Bref, j'étais seule, sinon on est huit, c'était plutôt intéressant, d'ici 5 ans si je valide les tests et réussi mon analyse je pourrai exercer même avant dans 3 ans mais sous surveillance, surveillance pour moi-même et surveillance pour les patients. Apparemment, les autres étudiants de la session sont plutôt sympas ça va de 23 à 62 ans...

Je pense ça va enrichir ma poésie, je pense au vocabulaire, je suis contente.

Que tu parles de publications, je ferai bien un tri des miens des que j'appelle "significatifs" pour en faire un recueil. Je sais pas si ça servirait à quelque chose même pour moi, franchement... Pour les autres, j'en sais rien... Mais oui là avec le "Nouvel Aurelius" j'ai envie de faire un truc plus consistant, peut-être un "Vrai Aurelius" lol, que je proposerai à des maisons d'éditions.

Avez-vous entendu la dernière de Kery James ? Mouhamad Alix, pas mal, vraiment pas mal, j'attends la suite de l'album avec curiosité vraiment, ça m'a fait un plaisir !!! Vivre ou mourir ensemble était sombre, là ça repart, c'est génial j'ai envie de dire, il déboite !! Je suis un peu jalouse... ^^'

https://youtu.be/b9S88pvuuys


Et franchement, mon regard, sur la république... lol, j'ai envie de repleurer, j'ai failli là-bas mais je me suis retenue, je pense il l'a vu, j'ai profité qu'on était deux, j'avoue pour me lâcher un peu, je sais que c'est aussi eux qui m'enverront les patients si ils en ont de trop et qu'ils me considèrent "bien", franchement lol... Je sais plus c'était à quels propos, j'ai du refouler !!! Hs ça craint. J'ai l'impression y'a pas de république à moins que ce soit ce qu'enveloppe aussi le concept de "politique" ou c'est simplement la partie "réceptacle", bref si c'est ça je vous jure, là y'a un gros nion qui arrive dans vos gueules. Sinon pourrai-je avoir une définition ?

Laughing






Merci d'avance, chers confrères et consœurs...

Je vous fais de gros bisous !
Revenir en haut Aller en bas
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Sam 12 Mar - 16:04

Kery James, toujours en forme I love you


*


Mario a écrit:
J'en veux pour preuve mon raisonnement suivant : je connais grosso modo une vingtaine de poètes potentiellement publiables en vue d'intéresser des lecteurs. 7 d'entre eux (1/3 donc) sont des proches qui me connaissent de près ou de loin. 5 d'entre eux sont tout à fait partants pour créer des choses : un site, un blog, des vidéos, et sont partants pour tous les projets. Au final, je reste tout seul à lancer et tenter de faire survivre des trucs. Est-ce que ça vient des projets ? De la poésie ? J'ai tendance tout de même à croire que ça vient, de base, des gens. J'ai des projets d'éditions ailleurs, des travaux qui peuvent relancer la machine, qui tentent des choses, juste parce que la personne en face, en l'occurrence une poète qui comprend les mêmes problématiques que moi et qui souhaite s'en débarrasser, possède ce que les autres n'ont pas : une conscience du travail à fournir dans le plaisir de l'écriture. Tu peux appeler ça du sérieux, c'est simplement une volonté de ne pas simplement écrire des inutilités, de poser des mots et de traverser sa propre histoire sans trouver le moyen/le courage de la saisir. De faire vivre sa poésie. De ne pas se laisser déborder ou envahir par des théories fumantes sur les nouvelles technologies. L'homme est à la base de tout, et les supports nous tendent les bras, la poésie doit ré-inventer la vie. J'ai des milliers d'idées, mais ce qu'il manque, en réalité, ce ne sont pas les idées ou les inventions, ce sont les poètes. Le support principal de la poésie.




Est ce qu'il n'y a pas contradiction entre le début du paragraphe et la fin ? D'un côté tu connais une vingtaine de poètes, 7 plutôt bien, et de l'autre il te manque des poètes.
20 poètes, et même 7, écrivant bien, c'est déjà pas mal, des mouvements intéressants ont bien dû déjà émerger avec ce genre de chiffres, après, le travail, la motivation, les effets de réseau et de réputation se chargeront de faire grossir ce nombre.

Engage toi Mario.

*

Souvent on repousse à plus tard car pour pouvoir prendre le temps de s'occuper de projets "parallèles" il faut du temps, et pour avoir du temps, il faut une certaine stabilité dans sa situation afin de rendre les problèmes "matériels" (appelons ça les problèmes alimentaires) marginaux.
En somme, on peut avoir le sentiment que pour dénoncer le système il faut d'abord y rentrer dedans. Paradoxe paradoxal ?
Je pense qu'il est possible, sans tomber dans l'extrême et accepter de vivre dans un carton (message à ceux qui seraient tentés par cette solution... mauvaise idée), de se libérer du temps pour de tels projets, mais faut le décider, se faire un peu violence, quitte à réduire le temps passé à se branler.
La Silicon Valley s'est faite, et continue d'écraser le game, grâce/à cause (choisissez vous même) à des types qui ont sacrifié leur temps, des années de leur vie pour un projet qui leur tenait à cœur. La Silicon Valley of Poetry ne pourra naître sans un "sacrifice" comparable.
La poésie est elle un passe temps ou une façon de vivre ? La poésie est elle un plaisir égoïste ou un projet de vie ? Suis je prêt à réduire mon temps de touchage hebdomadaire pour faire avancer un projet commun ?

_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Sam 12 Mar - 19:51

Tu as mal compris. Sur la vingtaine, 1/3 disent oui, mais jamais rien ne se fait, c'est tout. C'est justement le manque d'engagement que je reproche ici.

Aussi, tu confonds sacrifice et manière de vivre. On ne demande aucun sacrifice, quand il s'agit de vivre poétiquement. Ce n'est pas dedans/dehors le système, c'est différemment. On peut ensuite considérer les deux facettes de tes questions, tout dépend de la façon dont on désire vivre.
Revenir en haut Aller en bas
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Sam 12 Mar - 20:52

Mario a écrit:
Aussi, tu confonds sacrifice et manière de vivre. On ne demande aucun sacrifice, quand il s'agit de vivre poétiquement. Ce n'est pas dedans/dehors le système, c'est différemment.

Même si je suis d'accord avec toi sur le vivre "différemment" et non pas en dehors, cette formule est caractéristique de ton discours.
C'est mou, c'est prudent. ça évite toute prise de position. Et au final on reste au point mort, on reste dans l'abstraction.
C'est à coup de formules comme celles là que l'on vide un projet de toute substance.

On ne demande aucun sacrifice quand il s'agit de vivre poétiquement.
Oui, de la même façon que l'on peut être banquier et anarchiste, sans être en contradiction. Avec de tels raisonnements, a priori sans faille, à l'image du banquier anarchiste, nous sommes tous consommateurs poètes.

Toute action tournée vers le meilleur demande un sacrifice. Une dynamique ne s'initialise pas sans effort. Même si j'aime écrire, passer ma nuit à travailler un texte pour trouver le bon mot et avoir un rendu de qualité est un sacrifice, même si c'est un plaisir, passer des journées entière dans un garage pour enregistrer un texte est un sacrifice quand je pourrais passer du temps en terrasse au soleil. Aider une association à faire des démarches après de l'administration pour une scène slam demande du temps, c'est à nouveau un sacrifice.

En face on a des types qui sont prêts à sacrifier leur vie pour le fric et nous vendre des rêves en silicone. Alors, sans sacrifice on continuera à sucer leurs bites en silicone.

Mais effectivement, "vivre poétiquement" ne demande aucun sacrifice, si vivre poétiquement se résume à garder sa fantaisie et signer ses mails par un "poétiquement votre".


_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Sam 12 Mar - 21:12

Vivre différemment est déjà une forme d'engagement, et de prise de positions. Qui me semble d'ailleurs moins prudente que ce que tu proposes, puisqu'il s'agit d'inventer de nouveaux cadres de vie. De nouvelles façons d'imaginer sa propre vie. Je t'invite à relire la fin de la Zone du Dehors pour savourer au mieux un exemple de ce qu'est une vie différente. C'est au-delà d'un engagement, pour moi. C'est un rêve, une volonté, une pensée ancrée dans le réel. L'engagement, je laisse ça aux gamins qui pensent avoir des convictions parce qu'ils ont une carte, ou qu'ils suivent quelconque mouvement. L'engagement profond va beaucoup plus loin. Pardon, c'est abstrait, mais c'est comme un bon vin, ça se savoure avec la douce langue de la pensée.

Pessoa a bien écrit le Banquier Anarchiste, bon. Sans contradiction, oui et non. Tout dépend comment tu vois l'anarchisme ; pour moi il y a plusieurs courants - dont certains qui ne me plaisent que peu -  et le mode de vie que le concept représente, relève d'une contradiction importante. Enfin, si une grande partie du monde n'est pas poète, il ne fait aucun doute que nous sommes tous consommateurs. Depuis que les tribus des premiers hommes se sont organisées, les chasseurs ramenant la bouffe pour l'ensemble de la communauté. Par ailleurs, tu te fourvoies complètement sur le sens de vivre différemment, car on peut demeurer consommateurs et changer pour autant sa façon de consommer. Ce n'est pas d'un côté tout blanc ou tout noir, tout et rien, c'est prendre conscience de ce qu'on consomme, comment naissent, se fabriquent et voyagent les produits par exemple. C'est prendre conscience qu'on vit sur l'esclavage et la misère du système. C'est voir ce qu'on mange et décider de changer les choses, déjà pour soi, et ensuite pour la société. Ce qui n'enlèvera jamais le fait de consommer, mais de consommer avec une conscience du monde tout autour de soi.

Toute action tournée vers le meilleur demande un sacrifice...Voilà le résultat de deux millénaires ou presque de pensée judéo-chrétienne ! Là où tu te goures, c'est qu'un effort n'est pas forcément un sacrifice ou un don de soi ! Tu considères ce que tu fais comme un sacrifice, c'est peut-être qu'il y a un souci. Moi je me sens pleinement vivant et je perds la notion du temps, du monde, de ma conscience toujours en état d'alerte quand j'écris. Je peux prendre une soirée, je ne verrai pas ça comme un sacrifice - plutôt comme un besoin, un état, une façon d'être au monde qui me sied mieux que toutes les autres. Cela étant, la subjectivité empêche tout dialogue de parler aux interlocuteurs, il est inutile de développer ou de répondre à ce point. Rimbaud disait "on naît poète", je commence à entrevoir son idée.

Enfin ce n'est pas parce que machin ou truc sacrifient leurs vies que je le ferai, sous prétexte qu'il faut répondre à tout prix à la terre entière. La guerre se mène avec sérénité, calme et oisiveté, aussi. Et je me doute que "vivre poétiquement" est soumis à débat, quand on pense qu'un banquier peut être anarchiste, quand l'écriture ou le don de temps se résument à un sacrifice, ou quand on est en lutte contre une espèce sous-évoluée de connards. Il te faudra, dès lors, trouver une autre voie mon lapin...j'en ai bien peur. Le vivre poétiquement est quelque chose de si intérieur qu'il est difficilement attaquable par tes débuts d'arguments...ça viendra avec le temps, peut-être, ce n'est pas sûr. L'évolution de l'entendement est une longue route sinueuse, allez.

Pour conclure, on peut aussi penser la vie comme n'étant pas un projet forcément à remplir, mais là, je doute d'être compréhensible...passons ^^




Dernière édition par Mario le Sam 12 Mar - 21:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Sam 12 Mar - 21:23

Tout ceci est une nouvelle fois hors-sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Daläa
Chef Administrateur
Chef Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Dim 13 Mar - 0:47

Je trouve tout ceci un poil con... descendant.


_________________

Je m'appelle Invité comme tous le monde.

Erik Satie



*
Revenir en haut Aller en bas
http://poetesecrivains.forum-actif.net
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Dim 13 Mar - 1:12

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Dim 13 Mar - 21:32

Ta pensée semble cohérente, robuste à la critique, et même plutôt convaincante. C'est beau. Fin du hors sujet en ce qui me concerne.

_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
Mario
Ecrivain
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Dim 13 Mar - 22:13

Je dois tout à ma maman.
Revenir en haut Aller en bas
The shadow
Chef correcteur
Chef correcteur
avatar


MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    Dim 13 Mar - 23:32

On oublie trop souvent de les remercier.

_________________
Quand je vois Aphrodite, je pense à « hermaphrodite » et du coup j’imagine un escargot.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Débat & états des lieux à propos de la République    

Revenir en haut Aller en bas
 
Débat & états des lieux à propos de la République
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des lieux découverts ou à découvrir grâce aux livres
» Les lieux austeniens !
» [Flynn, Gillian] Les lieux sombres
» La nouvelle loi anti-tabac dans les lieux publics
» De l'interdiction de fumer dans les lieux publics

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Espace de liberté et de communication
 :: Salon Débat
-
Sauter vers: