Bienvenue à l'Académie !
 
AccueilPortailFAQAnnexeNos partenairesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Études

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Études   Dim 24 Juil - 15:38

préambule aux études:
 


Dernière édition par Ghan Vo le Dim 24 Juil - 17:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Études   Dim 24 Juil - 15:45

Étude sur le nu


I

Nu perdu


je me souviens d'une voix dentelle ôtée
des nuits d'été je me souviens
joyeuse joyeuse infante dénudée

la vie était mer de vingt ans
aux lents embruns sur la ville

je me souviens des voitures surgies
dans l'ivresse des vents immaculés
les phares pleins feux de solitude

toi taquine par spasmes comme une adolescente
tes ongles plantés dans ma tendresse
et ma tendresse
agrippée

à ta jupe de silence

au chemisier du monde

à tes draps d'éclipse envolés dans l'or du ciel

c'était le linceul du temps
les suées folles

il faisait chaud il faisait froid

j'ai dit la fatigue n'existait plus

insomnie je me souviens
de ta santé étrange

joyeuse joyeuse infante dénudée

ton petit lit au pinacle des béatitudes
tes yeux à peine sauvages
qui de braise d'orage bordaient mon cœur

tes yeux clos prairies de fonds de fleuves
de fonds de rêve "je regrette" "je regrette"
aux paupières des fenêtres
embuées de lune

je me souviens cette gaieté des gestes que je bravais
(maladroit)
poumons rompus d'hymnes de triomphe
soupirs soulevés comme des danses d'extase
que j'exultais  
parce que la nature portait quelque chose de toi

ton odeur de beauté

sursaut de rire

cet air de violon sous la poitrine
que mes lèvres n'osaient toucher
de peur de l'interrompre

c'était peut-être l'hiver





II


voûtes pareilles à tes épaules
légères légères
pierres douces de ta peau
petits lierres du frisson
que l'hiver enlace à ses bras
d'aqueduc d'aqueduc
les dômes sous les vents guillerets
les montagnes où parut ton visage
(miracle miracle)
les nuées d'oiseaux
qui migraient migraient
(vers quelle Provence?)
ton parfum d'été regretté
l'église svelte aux hanches
dessinées à ton idée
les psaumes les hymnes
l'ecclésiaste récité
oublié oublié
les fontaines à notre image
taries taries
dans les bras de l'hiver
qui furent aussi mes bras
d'aqueduc d'aqueduc
en ruines douces en ruines éparses
aux pierres démolies
le plan du corps déshabillé
gommé jusqu'à la moelle
et recommencé
dans la solitude solitude
de la chair
Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Études   Dim 24 Juil - 15:52

Chambre mansarde mon amour

(étude sur les nus - en mouvement rotatif amoureux)


deux corps sont enlêmlés
un menton dessus l’autre
bras dsus bras dsous

du coin de l’oeil, l’un voit fenêtre
l’autre l'oreille déjà: MORDUE

la vitre, rectangle parfait,
s’émeut:  arrondie par
               son ouverture
au monde tournoyant
                 comme un vent ivre de
             notes qui                                  t      la chair
                                c                         n
                                    o                  e
                                         u         b
                                               r
                                               
et tout s'engouffre comme un public dans un théâtre

la vitre: buée
roule boule avec les corps
         oubliée
vrille et:          SOLEIL
à notre seuil
du dehors
                 au dedans
de la chambre au
                       lointain
d'un oeil rêveur
hubloté
couché,           au coin
        des ombres
aux pieds
               des dunes
fenêtre: ouverte
   ça tourne
        s'engouffre
ça pique
la peau
              SOLEIL
              qui
                          du bout des doigts

four
m
i l l e

passe l'odeur froide d'un fleuve

lequel? le Rhin pour l'ivresse légère, au coin
du feu des lèvres
le Rhin
pour la pâ
leur du désir
que j'ai de toi
qu'elle a de lui
pour la can
deur
alsacienne
de tes mains
colombes du Rhin
ou combles des ruines


             le Rhin
pour son SOLEIL
             glaçant
             d'hiver
             bâillant
             happé
pour le   vent
            à la fenêtre

             SOLEIL
d'où nuite cette chambre
                            moite et
                                  rusée
SOLEIL - devenu nôtre
(car nous t'avons volé)

deux corps sont enlêmlés
et l’ongle de l'une à l’angle de l'autre
caresse:
la joue
s'ébroue:
le coeur
étreint:
la cuisse
tiédie

et le geste chuchote:
chut, et toi tu
pelotes
émue
ma joue:          hihi
tu GRIFFES:       aïe!

un genou dévie,
l'autre
          s'écarte
                         déplie
    replie
               frôlé:      ce   d
                                           o
                                      s
         en pont cambré
 
            (brrrrh)

sous le drap —
                       — tiré          ) ) ) )       gonflé
                                                     de gestes

                              grimpant
              sternum/                             tendres                                                                                                                                                                       
                             
baisent les soupirs         ) ) ) )       ô tendres                                                                                             
                                                             
                                  
                                    orteils dé-                                  
                                                      collés                          F
                                                  dé-                           O        A
                                                       tendus            N                   L
                                             en é-                    D                           P
                                                     -ventail                     
                                                                                                       E
                                                     tendus                                        L
                                                            d'un fil  
                                 (in-                                                                  R
                                          visible
)                                                      A
                                                                              tiré                    P
                                                                     
                                 
                                   gorgé de nuit immense
                                      et d’envoûtements

               le buste dé-
grafé
                la lune dé-
vêtue

ventre de l'un bombé sous la moiteur de l'autre

et le miroir
      profond : dont tout mouvement

                             de lui
                                       vers elle va
                                comme aile dé-
                                                           ployée referme
                                                                                       la pointe de
                                                                                                             ses plumes
                                                                                                         à
                                                                                                             ses     seins    



**
*




                   et l'oreiller plié pour y dormir

                                    ton bisou-nez (blotti
                                                                        contre-mon-rêve (bâti
                                                                                                                 dans ton corps
                                                                                                                                            qui tremble (et me
                                                                                                                                                                              boulverse)
Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Études   Dim 24 Juil - 15:53

Etude du cou


Voici la longue feuille frissonnante
en suspens
dans le coin d'ombre de tes paumes

l’écorce, la cime qui trouve écho
hors de l’arbre, au long du doigt
du vent qui louvoie

Tout entier, secoué par l'averse froide, soudaine
me traverse ton parfum comme un geste d'été

Ta bise déshabille ma gorge
- lente griffe des profondeurs -
y mord la courbe, la fissure d'Adam:
pesante sainteté

Ah mécréante
ton doigt fait le vitrail de mes sursauts
tu y trempes ton rire, ton baiser, tes dents

Par coeur
cette cruauté, je la sais

Enfant
je meurs en sa tendresse
Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Études   Dim 24 Juil - 15:55

Études érotiques


Conte de chambre (I)


En certaines régions,
ta peau, bien plus proche du talc ou du grès rouge
que d'une peau, suspend mon désir
de l'effleurer, de
l'inspirer, de l'embrasser. Retient le geste
à sa pétrifiante origine : l'idée
qu'elle ne pût être que l'enveloppe illusoire
d'un corps à deux.

Alors quelque chose éclôt. Le regret
de n'être qu'un amant

au lieu de pouvoir me sentir comme cela:
statue
dont le bassin de pierre friable, enlacé par tes mollets,
dont le bras de craie fondu à ton dos, et la tempe à ta main
eussent, de craie, été friables immuablement. Peut-être,
statue, aurais-je aimé sentir
la souplesse des draps se mêler
à ce que d'autres yeux verraient luire en nous
de pleine sensation.

Peut-être aurais-je aussi voulu, comme ces poutres
de bois anguleuses
et ces fenêtres qui fondent, en nuit et jour, l'espace de la chambre,
fonder, moi aussi, l'espace érotiquement. Que mon désir, à toute matière,
se glisse et se révèle. Comme la lumière du ciel entre les persiennes.

Mais je ne suis qu'un amant
et tes cernes, à peine réelles, qu'effleurent en pensée mes doigts
à la recherche des pensées couchées en tes yeux
ne sont encore ces bouts d'ardoises où j'écris la tendresse.
Tu n'es pas là.



*



Dehors, je le sais, le béton est froid, peut-être pas sans beauté.

Dehors, je le sais, bien d'autres choses courent à perte.

Courent les temps, les vents, le morne de la ville.

Courent la fureur et l'ennui.

Court l'indifférente mécanique du monde

et bien d'autres choses












Conte de chambre (II)


Merveille, merveille des slips arrimés
Sur les poignées de porte
Quand cesserez-vous vos mauvais bouts rimés
Auprès des petites culottes ?



Revenir en haut Aller en bas
Ghan Vo

avatar


MessageSujet: Re: Études   Dim 24 Juil - 15:57

Étude d'une danseuse


Tes mains sauvages, ouvre-les comme des plages
de fleurs ouvertes sur tes joues, sur le chiffon
poupon de ton visage.
Tends ton bras droit bien haut, que ton petit index
couleur de sable blanc suive sa voie céleste
et ta taille-clarté taillée comme un silex,
tu l'étires, l'étirant tu arrêtes le flux
du sang qui incendiait nos âmes trop alertes.

Au cours de tes gestes l'espace fait juste-haut-corps
épouse la lenteur du soir, le bleu des nuits.
À ton ventre la neige a l'air faite de terre :
le coeur est allongé pour nos yeux qui t'adorent.
La scène sous ton pied comme d'un ricochet
ondoie, ton corps résonne, tes tendons d'eau s'élancent,
tes cheveux longs et noirs soulèvent la sonate,
Ange, quand tu retombes, le silence dit : oui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Études   

Revenir en haut Aller en bas
 
Études
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vos passions, votre métier, vos études...
» Quelles études ?
» Nicolas, termine ses études. dur dur...
» Avis de marché - Besançon - études péralables - arts graphiques, terres cuites et plâtres
» quelles sont les bonnes études?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poètes et écrivains du Monde :: 
Poèmes, Chansons & Slams
 :: Lyrique
-
Sauter vers: